1 min de lecture Animaux

Royaume-Uni : l'ADN de son chat permet de confondre un meurtrier

Un meurtrier britannique a récemment été condamné grâce à l'analyse de l'ADN des poils de son chat retrouvés sur le corps de la victime. La preuve par le matou.

Un chat (photo d'illustration).
Un chat (photo d'illustration). Crédit : Flickr - CC - kevin dooley
Daniel Caron et La rédaction numérique de RTL

Les experts ont fait parler l'ADN. Au Royaume-Uni, un ferrailleur s'était fait accuser d'avoir tué et découpé en morceaux son compagnon de beuverie. Son torse avait été retrouvé sur une plage et en guise d'indice matériel, la police n'avait trouvé que huit poils de chats sur les lieux du crime. Restait à prouver qu'il s'agissait bien de ceux du félin possédé par le suspect.

Une aubaine pour les experts de la police

Comme pour les humains, les empreintes génétiques du matou, établies par un laboratoire américain puis confirmés par les spécialistes de l'université de Leister ont permis de résoudre le crime. Une première outre-Manche.

Cette université, où avaient été découvertes il y a 29 ans les premières empreintes génétiques, a d'ailleurs commencé à créer un fichier ADN des chats. Les félins laissent des poils partout, ils sont présents dans plus d'un quart des foyers... Une telle banque de données serait donc, selon un chercheur, une aubaine pour la police scientifique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Animaux Faits divers Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants