2 min de lecture Réseaux sociaux

Quand Emmanuel Macron devient un mème

REVUE DE TWEETS - Son envolée lyrique et tonitruante prononcée à la fin de son meeting du 10 décembre fait beaucoup rire les internautes, qui l'ont détournée.

micro générique Clics à la une La rédaction de RTL
>
Quand Emmanuel Macron devient un mème Crédit Média : Aymeric Parthonnaud | Durée : | Date : La page de l'émission
Morgane Giuliani
Morgane Giuliani
et Aymeric Parthonnaud

Pas facile de se lancer en politique. Il faut un message fort et clair pour rassembler, du charisme pour marquer les esprits. Emmanuel Macron, fraîchement lancé dans la course aux 500 parrainages nécessaires afin de prétendre au statut de candidat à l'élection présidentielle de 2017, l'a sûrement compris. Et ce n'est pas chose aisée. L'ancien ministre de l'Économie n'a jamais brigué de mandat, et cette fin d'année marque donc ses débuts en tant qu'homme politique en campagne.

Samedi 10 décembre, il a donné son premier grand meeting parisien Porte de Versailles, devant 15.000 personnes. Voulant peut-être asseoir sa légitimité à concourir aux fonctions de chef d'État, il a clôt son discours par une envolée lyrique et tonitruante : "Ce que je veux, c'est que vous, partout, vous alliez le faire gagner (le projet, ndlr), parce que c'est notre projet. Vive la République, vive la France !"

Une emphase raillée

Sur scène, Emmanuel Macron s'agite, hurle, pointe l'assistance, tend les bras dans une posture presque christique. Une attitude qu'on ne connaît pas à l'ancien banquier d'affaires, d'ordinaire très calme. Même les militants en arrière-plan semblent surpris. La séquence, pour le moins déroutante, n'a pas échappé aux internautes, qui s'en sont moqués. "Y-a-t-il un médecin dans la salle ?", s'inquiète ainsi OneRadex, utilisateur de Twitter.

Comparé au "Loup de Wall-Street" et à "Dragon Ball Z"

D'autres sont allés jusqu'à détourner la séquence. Certains, comme StreetPress, mais aussi, Aurélie Filipetti (dans une interview accordée à BFM TV le 11 décembre), ont comparé cette fin de discours à celui prononcé par Leonardo DiCaprio dans Le Loup de Wall-Street, où il motive ses troupes en hurlant et en grimaçant.

À lire aussi
Facebook compte plus de 2,3 milliards d'utilisateurs Connecté
Facebook, Instagram, Twitter... Que faire du compte d'un défunt sur les réseaux sociaux ?

De son côté, Konbini a poussé la plaisanterie plus loin en imaginant Emmanuel Macron en pleine transformation, façon Dragon Ball Z

En quelques tweets et blagues, Emmanuel Macron est devenu un mème, un élément culturel détourné et répliqué en grande quantité sur le Web. Alors, faut-il en conclure au bad buzz ? La plupart de ces détournements ont pour but de caricaturer, raillier le candidat. Ce qu'il veut faire passer pour de l'énergie pleine de force devient alors de l'agitation vaine. Mais un buzz, aussi négatif soit-il, est toujours souhaitable pour un politique désirant se faire une place. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réseaux sociaux Emmanuel Macron Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants