1 min de lecture Insolite

Pompiers de "Hot Vidéo" : jugement le 17 novembre

Le directeur de la publication et un ex-journaliste du mensuel pornographique Hot video ont été jugés jeudi à Bobigny pour "diffamation" et "injure", après la publication d'un reportage mettant en scène des pompiers dans une caserne avec des actrices X. Un sujet qui n'a pas été du goût de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF), qui a déposé plainte. Le parquet a requis 4.000 euros d'amende assorti d'un sursis à l'encontre du directeur de la publication et 1.000 avec sursis pour le journaliste auteur de l'article. La décision sera rendue le 17 novembre.

La couverture polémique du magazine porno "Hot Video"
La couverture polémique du magazine porno "Hot Video" Crédit : DR
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et Georges Brenier

"Les pompiers et le sexe, enquête vérité". "Tout le monde aime les pompiers" : "Hot video" a publié en novembre 2010 sous ces titres un reportage "exclusif" de 14 pages, avec des photos montrant des pompiers floutés dans des positions explicites.

Le reportage, avec ses "images extrêmement choquantes", a suscité "une vive indignation au sein des sapeurs-pompiers", a affirmé à la barre l'avocat de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF), Henri Trumer. "Les pompiers sont présentés comme des obsédés sexuels et leur caserne comme un lieu de débauche", a-t-il dit.

Pour lui, le reportage a "sali l'image des sapeurs-pompiers, en contradiction avec leurs valeurs morales". Il pourrait aussi être "un frein majeur à la féminisation de la profession", selon l'avocat. "A part les déclarations de l'actrice X Dolce Elektra, aucune pièce ne prouve qu'il s'agit de vrais sapeurs-pompiers", a-t-il par ailleurs déclaré.

"Un article plutôt élogieux à l'égard de la profession de sapeur-pompier"

"Hot Video" refuse de donner l'identité des pompiers, auxquels la société a garanti "l'anonymat le plus total". Le magazine met en avant le secret des sources des journalistes pour ne pas dévoiler leurs noms.

Pour l'avocat du journaliste, Me Cédric de Kervenoaël, la fédération "joue les vierges effarouchées". "Ni la diffamation, ni l'injure ne sont constitués", estime-t-il. Il voit "un article plutôt élogieux à l'égard de la profession de sapeur-pompier" et salue "une enquête sérieuse". "Il y a des termes crus, mais c'est inhérent au support !", dit-il, avant de poursuivre : "Sinon, on ne peut plus écrire sur rien !".

"Ce n'est pas forcément du goût de tout le monde", reconnaît l'avocat du directeur de la publication, Me Alain Cléry, pour qui il s'agit d'"un article fait dans les règles de l'art dans une revue un peu osée".

(Avec AFP)

Lire la suite
Insolite Faits divers Sexe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7718643906
Pompiers de "Hot Vidéo" : jugement le 17 novembre
Pompiers de "Hot Vidéo" : jugement le 17 novembre
Le directeur de la publication et un ex-journaliste du mensuel pornographique Hot video ont été jugés jeudi à Bobigny pour "diffamation" et "injure", après la publication d'un reportage mettant en scène des pompiers dans une caserne avec des actrices X. Un sujet qui n'a pas été du goût de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF), qui a déposé plainte. Le parquet a requis 4.000 euros d'amende assorti d'un sursis à l'encontre du directeur de la publication et 1.000 avec sursis pour le journaliste auteur de l'article. La décision sera rendue le 17 novembre.
https://www.rtl.fr/actu/insolite/pompiers-de-hot-video-jugement-le-17-novembre-7718643906
2011-09-16 13:48:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/fBrZpzJlc1dN_44EPzc5rQ/330v220-2/online/image/2010/1110/7635604959_la-couverture-polemique-du-magazine-porno-hot-video.jpg