1 min de lecture Sciences

"Non identifiée" sur une photo il y a 47 ans, elle est retrouvée grâce à Twitter

L'HISTOIRE DU SOIR - En 1971, 38 scientifiques se retrouvaient pour une conférence sur la biologie des baleines. Un nom manquait à l'appel : Twitter a résolu l'énigme.

micro generique Clics à la une La rédaction de RTL
>
Clics à la une du 20 mars 2018 Crédit Image : http://maxpixel.freegreatpicture.com | Crédit Média : Marie-Pierre Haddad | Durée : | Date :
La page de l'émission
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Twitter a mis un point final à une énigme vieille de 47 ans. En 1971, une conférence scientifique internationale réunit les plus grands spécialistes de la biologie des baleines. Un photographe immortalise l'instant. Sur le cliché en noir et blanc figurent les 38 scientifiques. Si 37 d'entre eux sont identifiés, il est impossible de savoir quel est le nom de la seule femme présente sur place. Pour ne rien arranger, son visage est à moitié caché par les gens autour d'elle.

Année après année, le mystère demeure. Jusqu'à ce que l'illustratrice Candace Jean Andersen ait la bonne idée de faire appel aux utilisateurs de Twitter. Le 9 mars dernier, elle publie :

"Hey Twitter, je suis en mission. La femme sur cette photographie a participé à une conférence internationale sur la biologie des baleines en 1971. C'est la seule femme, et la seule personne dont la légende indique "non identifiée" dans l'article où j'ai trouvé la photo. Tous les hommes sont nommés. Est-ce que vous pouvez m'aider à l'identifier ?", demande-t-elle.

13.000 retweets et 27.000 "J'aime" plus tard, une piste sérieuse se précise. Après trois jours d'enquête, une femme travaillant à la Commission américaine des mammifères marins confirme. La scientifique en question s'appelle Sheila Minor Huff. Aujourd'hui âgée de 71 ans, elle a consacré sa vie professionnelle à la biodiversité et "en a adoré chaque moment", précise le New York Times.

À lire aussi
Des masques chirurgicaux (Image d'illustration). santé
Coronavirus : une étude danoise mal interprétée relayée par les anti-masques

Interrogée sur son absence d'identification, cette diplômée en biologie préfère insister sur le fond de sa mission plutôt que sur son nom : "Ce n'est pas très grave. Quand j'essaie de faire le bien, quand j'essaie de rendre justice à cette merveilleuse Terre que nous avons, quand j'essaie de la protéger, est-ce que c'est important que quelqu'un connaisse mon nom?" Une belle preuve d'humilité.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sciences Twitter
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants