1 min de lecture Oiseaux

Nigel, "l’oiseau le plus seul au monde", est mort près de sa bien-aimée de pierre

Ce fou austral, unique représentant de son espèce sur l’île Mana au large de la Nouvelle-Zélande, est devenu célèbre en tombant amoureux d’une statue.

Jean-Alphonse Richard Un jour sur la terre Jean-Alphonse Richard
>
Nigel, "l'oiseau le plus seul au monde", est mort près de sa bien-aimée de pierre Crédit Image : AFP PHOTO / FRIENDS OF MANA ISLAND VIA THE DEPARTMENT OF CONSERVATION - NEW ZEALAND | Crédit Média : Jean-Alphonse Richard | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard Journaliste RTL

Nigel (c’est ainsi que ses découvreurs l’avaient baptisé) n’était pas un oiseau comme les autres. Récemment décédé, il était considéré comme une curiosité scientifique, une anomalie ornithologique. Ce fou autral, espèce fragile et protégée au bec pointu et au plumage de la tête légèrement doré, était un solitaire pur et dur, ce qui n’existe pas chez les oiseaux. Il a vite été surnommé "l’oiseau le plus seul au monde".

Il était arrivé seul en 2013 sur l’île Mana, déserte et caillouteuse, située à 25 kilomètres au large de Wellington, capitale de Nouvelle-Zélande. Une terre où étonnamment aucun oiseau n’avait jamais niché. Ce qui n’a pas empêché Nigel d’y vivre apparemment heureux, tout seul, ces cinq dernières années. Et même lui, le célibataire endurci, y est tombé follement amoureux.

C’est d’ailleurs pour cela qu’il est devenu célèbre. Cette histoire d’amour a été photographiée, filmée par les curieux, et elle était pour le moins spéciale. Car la Juliette de notre Roméo austral n’était autre qu’un oiseau de pierre, un leurre parmi la vingtaine installée par les ornithologues dans les années 1990 pour essayer d’attirer une colonie de ces spécimens rares.

À lire aussi
Nuée d'étourneaux (illustration) Ajaccio
"Et si on vivait dans un monde d’étourneaux, sans vautour ?" rêve Saporta

Ça n’a jamais marché, et seul Nigel a succombé au charme minéral de cette compagne en béton armé. Toujours la même auprès de laquelle il venait se blottir, à qui il faisait la cour et avec qui il tentait de temps à autre des accouplements. Il dormait à ses côtés, et c’est là qu’on l’a retrouvé un beau matin, mort de sa belle mort. Rien ni personne n’avait jamais empêché Nigel de s’envoler et de quitter l’île Mana. Mais l’amour, même quand on a un cœur de pierre, cet amour l’avait enchaîné. Nigel l’amoureux transi sera enterré sur l’île auprès de sa bien-aimée. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Oiseaux Nature Amour
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792313555
Nigel, "l’oiseau le plus seul au monde", est mort près de sa bien-aimée de pierre
Nigel, "l’oiseau le plus seul au monde", est mort près de sa bien-aimée de pierre
Ce fou austral, unique représentant de son espèce sur l’île Mana au large de la Nouvelle-Zélande, est devenu célèbre en tombant amoureux d’une statue.
https://www.rtl.fr/actu/insolite/nigel-l-oiseau-le-plus-seul-au-monde-est-mort-pres-de-sa-bien-aimee-de-pierre-7792313555
2018-02-18 10:41:06
https://cdn-media.rtl.fr/cache/DRifcr75eUvyLOaI2swdDQ/330v220-2/online/image/2018/0218/7792315107_nigel-et-la-colonie-de-faux-fous-austraux-parmi-laquelle-il-vivait.jpg