1 min de lecture Drogue

Le fisc réclame 40.000 euros à un dealer : "Le trafic est considéré comme un travail", dit une association

RÉACTIONS - L'administration fiscale veut imposer les revenus de ses trafics. Une possibilité offerte par une loi de 2009 et qui freinerait la réinsertion, selon des associations.

Une feuille d'impôts (illustration)
Une feuille d'impôts (illustration) Crédit : AFP
Cindy Hubert et La rédaction numérique de RTL

Il s'était fait rattraper par la justice, il ne pensait pas l'être par le fisc. Farid faisait du trafic de résine de cannabis et il s'est fait prendre. Condamné en 2011 à trois ans de prison, il était sur le point de sortir, fin 2012, lorsque l'administration fiscale l'a contacté. L'homme doit aujourd'hui plus de 40.000 euros, calculés en fonction de ce qu'a saisi la police à l'époque.

"Quand il m'a amené le courrier de l'administration fiscale, je me suis renseignée sur un service juridique et il n'y avait pas grand chose à faire", explique à RTL Nathalie Vallet, de l'Arapej, association de réinsertion de détenus qui suit son dossier. "Ce qui est totalement incroyable, c'est qu'on considère en fait que le trafic de stupéfiants est un travail."

Les revenus de la délinquance potentiellement imposables

Effectivement une loi de finances de 2009 prévoit que les revenus liés à la délinquance peuvent être imposés. Le texte vaut pour la drogue mais aussi pour la prostitution par exemple. Aujourd'hui Farid a obtenu un contrat aidé comme serveur, mais il croule sous les dettes. Absurde, estime François Bes, de l'Observatoire International des Prisons.

"Il se retrouve avec une feuille d'imposition de 40.000 euros", explique-t-il. Conséquence : "Quand il va demander de l'aide aux services sociaux, on lui refuse puisqu'il a une feuille d'imposition qui dit qu'il a eu des revenus extrêmement importants."

À lire aussi
Des gardiens dans le centre pénitentiaire de Fresnes en octobre 2018 Prisons
Fresnes : plus d'un kilo de cocaïne saisi dans une cellule de prison

Un courrier a été envoyé au ministère de la Justice pour dénoncer des "exigences" qui freinent toute réinsertion, en plein débat sur la réforme pénale. 

>
Le fisc réclame 40.000 euros à un dealer : "On considère le trafic comme un travail" Crédit Média : Cindy Hubert | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Drogue Faits divers Fiscalité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants