1 min de lecture Insolite

L'industrie du cercueil ne connaît pas la crise

Marché plutôt conservateur, où la concurrence reste limitée aux frontières nationales, l'industrie du cercueil ne semble pas touchée par la récession économique : à l'usine OGF de Reyrieux, dans l'Ain, quelque 60.000 cercueils, du plus humble au plus luxueux, sortent chaque année des ateliers.

Des modèles de cercueils d'une société de pompes funèbres
Des modèles de cercueils d'une société de pompes funèbres Crédit : AFP / Stéphane de Sakutin
micro générique
La rédaction numérique de RTL

OGF, premier constructeur français et européen de cercueils

Avec son usine soeur de Jussey en Savoie, qui en produit 80.000, le groupe Omnium de gestion et de finances (OGF), qui chapeaute également les Pompes funèbres générales (PFG), se classe au premier rang français et même européen de la production de cercueils en bois massif. Et il détient un quart du marché national que se disputent seulement 7 à 8 fabricants.

Car si le secteur est soumis à la concurrence depuis sa libéralisation en 1993, celle-ci reste cantonnée à l'Hexagone, souligne Yann Marion, le jeune responsable production de l'usine de Reyrieux.

"Pour un fabricant étranger les coûts de transport du bois seraient trop imortants", précise-t-il.

A l'extérieur de l'usine, des tonnes de bois, des troncs de chênes grossièrement découpés, attendent sur des plots de passer dans les séchoirs, des énormes hangars où ils resteront deux à quatre mois avant d'être usinés.

Du bois, l'usine de Reyrieux en utilise plus de 16.000 m3 par an, principalement du chêne en provenance des forêts de Franche-Comté, mais aussi du pin des Landes et un peu de hêtre.

A deux pas des terres du ministre du Redressement indue de l'usine et le séchage du bois, ou vendu pour faire du charbon de bois.

Associer tradition et modernité: ce credo vaut aussi pour les "produits" proposés par OGF Industrie. Mais dans ce domaine, il faut bien reconnaître que la première l'emporte sur la seconde.

"C'est un marché assez conservateur, où la demande reste stable (environ 520.000 décès par an) et les exigences des familles évoluent peu", souligne Yann Marion.

A la sortie des chaînes de montage, un magnifique cercueil en laque rouge attend dans son emballage. "Celui-là, il est destiné à un salon commercial", assure le responsable de production.

Lire la suite
Insolite Économie Toussaint
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants