4 min de lecture Insolite

L'éboueur en échec scolaire devenu prof de philo

REPLAY - Philosophie Magazine publie un étonnant portrait dans son numéro d'octobre 2016.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Un éboueur en échec scolaire devenu prof de philo dans la revue de presse d'Adeline François Crédit Image : Romain Boé | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

Il s'appelle Julien, il a 30 ans, 7 frères et soeurs, un papa algérien magasinier et une maman femme de ménage. Julien a été déscolarisé après la classe de 3e : il parle mal français, ne sait pas exprimer ses émotions faute de mots, alors il  a enchaîné les petits boulots jusqu’à ce poste qu'il obtient à l'âge de 19 ans, à la collecte des déchets. Julien est ripeur, on dit aussi éboueur. Chaque matin depuis 13 ans, il sillonne les rues de Paris accroché à l'arrière d'un camion poubelle. Mais la vie de Julien a basculé un matin de 2005 en soulevant le couvercle d'un bac à ordures...

Toute l'histoire est racontée, ce matin par Philosophie magazine. Ce jour-là, Julien trouve dans une benne un manuel scolaire de philosophie. Il le garde, le lit quelques heures plus tard. "Je suis tombé sur un texte de philosophie du langage, où l'auteur expliquait que les mots déterminent la pensée. Ça a été un électrochoc." Et le déclic d'une reconversion : lui qui maîtrisait si mal le français se découvre une passion pour la philo, s'inscrit au lycée d'adulte de la ville de Paris, obtient son bac littéraire puis s'inscrit en philo à la Sorbonne. Tout en gardant son job qui lui a permis de se constituer une belle bibliothèque avec Dostoïevski, Nietzsche, Orwell... Sa dernière trouvaille ? Schopenhauer, L'art d'avoir toujours raison. Un art dont il a su user pour pousser un collègue sénégalais à s'inscrire lui aussi au lycée d'adultes. Le collègue a désormais une licence d'économie. "On vient tous du même milieu. On n'a pas été suivi pendant notre scolarité et on finit par se sentir bon a rien", dit Julien qui a lu Les pensées de Pascal et qui sait que "l'homme est ainsi fait qu'à force de lui dire qu'il est un sot, il le croit"... Mais qu'il suffit souvent de peu de mots pour le changer.

Transformer les obus en balançoires pour les enfants syriens

La Syrie sera au cœur des discussions de l'assemblée générale de l'ONU, cet après midi, au moment où la trêve vole en éclats, avec le raid aérien de cette nuit contre un convoi humanitaire. Mais au milieu du chaos, il reste quelques instants d'insouciance que nous raconte le journal l'Orient le jour sur son site internet. Le quotidien nous embarque pour un reportage à Douma, la plus grande agglomération de la banlieue de Damas. 

Là-bas, un homme, Abou Ali, 40 ans, a eu l'idée de collecter des dizaines de douilles de roquettes, de les souder et de les peindre pour en faire des balançoires pour les enfants. Au début ses voisins l'ont pris pour un fou, puis l'ont pressé d'en construire d'autres et les paysans autour de la ville lui apportent désormais tous les restes d'obus de mortier ou de roquettes qu'ils trouvent dans leurs champs. "Nous transformons un engin de mort en un objet qui va rendre heureux les enfants, nous rendons possible l'impossible", explique Abou Ali. C'est ça aussi, le tri sélectif...

La présidentielle va-t-elle se jouer à la primaire de la droite ?

À lire aussi
La grosse colère d'un restaurateur albanais Albanie
VIDÉO - Albanie : le restaurateur fou qui a agressé des touristes a vu son établissement rasé

L'Express révèle ce matin sur son site que plus d'un quart des Français envisagent de voter à la primaire de la droite, parce que ce sera une présidentielle avant l'heure. En effet, 83% des votants potentiels estiment que le vainqueur de la primaire à droite sera le prochain président.

De son côté,l'Opinion pousse un coup de gueule, en une ce matin. "Eh oh la droite !", s'écrie le journal libéral qui constate que les candidats à la primaire rivalisent de mesures fiscales et sécuritaires, sans défendre un projet novateur ou une perspective à 10 ans. "Ils ne parlent pas assez du monde qui bouge", écrit Irène Inchauspé. 

Du coup cette absence de vision donne une idée à Libération. "Mettons les candidats au travail", titre le journal qui se joint au lancement d'une enquête d'envergure initiée par la CFDT sur le rapport des Français au travail. Parce que l'emploi est une des premières préoccupations des Français, mais que pour l'instant les propositions politiques restent marginales sur ce sujet.

"Le sommeil des enfants, un enjeu politique"

Libé s'intéresse aussi à un tout autre enjeu politique, ce matin : l'éducation. On en parle beaucoup dans les journaux avec la rentrée universitaire et les déclarations de Thierry Mandon pour qui "la sélection à la fac, c'est pas un gros mot", d'après une interview dans le Parisien. Dans les Échos, il est question du projet de Najat Vallaud Belkacem de rendre l'école obligatoire de 3 à 18 ans.

Mais y a un autre sujet qui touche les élèves, et c'est le sujet d'une longue tribune, fort intéressante, à lire dans Libération : "Le sommeil des enfants, un enjeu politique". Cette rentrée est la dernière avant la présidentielle, "le sommeil ne doit pas être le grand absent des débats qui s'ouvrent", écrivent les auteurs qui viennent de produire un rapport sur le sujet pour la fondation Terra Nova. Leur constat ? Les classes sont pleines de petits qui bâillent et d'ados aux yeux mi-clos. Scientifiquement, on sait que jusqu'à 12 ans il faut dormir au moins 11 heures par nuit ; 10 heures entre 12 et 14 ans, mais qui respecte encore cela ?

Le manque de sommeil peut conduire à l'échec scolaire, à l'obésité, et à d'autres maladies rappellent les auteurs qui font des propositions : encourager la sieste à l'école au-delà de la petite section de maternelle, introduire des repères de sommeil dans les carnets de santé, décaler l'heure de début des cours au lycée le matin. On aurait tort de voir dans le sommeil un sujet mineur. Loin d'être un temps mort, il est celui sans lequel tous les autres ne sont pas possibles. C'est du bon sens, et en même temps quelque chose nous dit que les candidats vont nous endormir avec des propositions sur l'identité, la religion, la sécurité...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Insolite Philosophie Éducation nationale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784923793
L'éboueur en échec scolaire devenu prof de philo
L'éboueur en échec scolaire devenu prof de philo
REPLAY - Philosophie Magazine publie un étonnant portrait dans son numéro d'octobre 2016.
https://www.rtl.fr/actu/insolite/l-eboueur-en-echec-scolaire-devenu-prof-de-philo-7784923793
2016-09-20 09:58:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/QNHPtY1azHgPBMahe7BK1Q/330v220-2/online/image/2015/0921/7779798695_adeline-francois.gif