1 min de lecture Insolite

États-Unis : un perroquet témoin-clé dans une affaire de meurtre ?

Le perroquet de compagnie d'un homme tué par balle en 2015 aux États-Unis ne cesse de répéter les mêmes paroles depuis un an. Celles-ci désignerait le nom du tueur, selon la famille de la victime.

Un perroquet dans un parc animalier à Hong Kong, le 27 septembre 2013 (illustration)
Un perroquet dans un parc animalier à Hong Kong, le 27 septembre 2013 (illustration) Crédit : AFP / Alex Ogle
Christophe Guirard

En mai 2015, Martin Duram est retrouvé abattu à son domicile dans le Michigan. A ses côtés gît sa femme, gravement blessée après avoir reçu une balle dans la tête. Si les enquêteurs privilégient dans un premier temps la tentative de double homicide, ils en viennent ensuite à considérer la femme, Glenna, comme suspecte potentielle. Elle aurait pu, selon eux, assassiner son mari avant de tenter de se donner la mort. Des accusations qu'elle a réfutées.

C'est à ce stade de l'enquête qu'entre en jeu un témoin pour le moins inattendu : Bud, le perroquet du couple. Selon des membres de la famille de Martin Duram, qui ont recueilli l'oiseau après le drame, celui-ci répète régulièrement une conversation, utilisant à tour de rôle des voix graves et aiguës, et terminant avec les mêmes mots :"Don't fucking shoot !" ("p*tain, ne tire pas !"). Un élément qui viendrait renforcer l'hypothèse d'un drame familial et la théorie des policiers.

Selon l'enquête, Martin et Glenna Duram connaissaient des problèmes financiers liés en particulier à des paris. Glenna aurait, même si elle l'a ensuite nié, laissé plusieurs lettres de suicide dont l'écriture, qui a été analysée, correspond à la sienne. Bud sera-t-il mis à contribution par la justice américaine dans cette affaire ? Des spécialistes des perruches ont réagi, estimant qu'il était peu probable que l'oiseau puisse répéter une phrase ou une conversation qu'il n'aurait entendue qu'une seule fois.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Insolite Monde États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants