2 min de lecture Festivals

Dispense de peine pour le faux journaliste qui écumait les festivals

Le quinquagénaire, qui avait affirmé n'avoir "pratiquement pas d'amis", se faisait payer ses frais de transport, hébergement, restauration par les organisateurs.

Le festival du Hellfest 2014
Le festival du Hellfest 2014 Crédit : JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le tribunal correctionnel de Paris a dispensé de peine, jeudi, un homme de 55 ans qui écumait les festivals de musique en se faisant passer pour un journaliste de France Culture afin de rompre son isolement. Le faux journaliste, poursuivi pour escroquerie et usurpation de titre, avait déjà eu, au civil, à verser 2.000 euros de dommages et intérêts et 500 euros pour les frais de justice à Radio France.

Ironie du sort, depuis son procès en novembre, il a reçu une quarantaine de demandes d'interview... dont l'une émanant de France Culture, a rapporté son avocat, Grégoire Lafarge, précisant qu'il les avait toutes refusées. Pendant ses vacances, ses week-ends, le quinquagénaire, qui avait affirmé n'avoir "pratiquement pas d'amis", se faisait payer ses frais de transport, hébergement, restauration par les organisateurs de festivals auxquels il se rendait sous un faux nom. Il se gardait de se montrer trop exigeant et se contentait de billets de train en seconde classe, d'hôtels bon marché.

Des interviews "pour le souvenir"

"Le but, c'était de rencontrer des vedettes", Alain Souchon, Laurent Voulzy, Julien Clerc, Maxime Le Forestier, avait-il raconté à la barre. "Assez stressé et angoissé par la vie", il avait rapporté que, paradoxalement, le fait d'aller rencontrer des stars, le "désinhibait". La découverte des faits en 2010 et sa garde à vue, avaient été pour lui un traumatisme. Auditeur assidu de France Culture depuis ses 15 ans, l'auditeur se trouvait alors à un festival à Lorient (Morbihan). Il avait quitté précipitamment l'hôtel après qu'on lui eut demandé sa carte de presse. Il s'était déjà trouvé dans une situation identique et avait donné le change en exhibant les badges d'autres festivals.

À lire aussi
Les festivaliers de Rock en Seine en août 2016 festivals
Pourquoi la circulaire Collomb menace les festivals

Aspirant journaliste qui n'avait pas percé

Muni de son magnétophone, il réalisait des interviews, parfois même en anglais, et réécoutait les cassettes, "en souvenir". Celles-ci s'entassaient dans le désordre de son appartement, encombré de coupures de journaux, de photos d'artistes. Titulaire d'un DEA d'anglais, d'une maîtrise de linguistique et d'informatique, il avait dit avoir "toujours eu envie de devenir journaliste". Il avait "essayé de faire des piges à droite à gauche" pendant un ou deux ans, mais ça n'avait "jamais fonctionné".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Festivals Insolite Europe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7778886797
Dispense de peine pour le faux journaliste qui écumait les festivals
Dispense de peine pour le faux journaliste qui écumait les festivals
Le quinquagénaire, qui avait affirmé n'avoir "pratiquement pas d'amis", se faisait payer ses frais de transport, hébergement, restauration par les organisateurs.
https://www.rtl.fr/actu/insolite/dispense-de-peine-pour-le-faux-journaliste-qui-ecumait-les-festivals-7778886797
2015-06-25 18:52:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/hugh3hkIV3sTZTvL07Z9PA/330v220-2/online/image/2014/1118/7775406898_le-festival-du-hellfest-2014.jpg