1 min de lecture Justice

INFO RTL - Guerre des experts autour du Mediator

Un nouveau bras de fer s'engage dans l'affaire du Mediator. Selon les information RTL de Mathieu Delahousse, un chercheur sollicité par les laboratoires Servier est mis en cause pour son passé controversé et des études complaisantes pour l'industrie du tabac. D'autre part, les laboratoires pharmaceutiques viennent d'obtenir qu'un nouveau scientifique soit nommé en soutien des deux experts qui travaillent déjà sur les données alarmantes qui ont lancé l'affaire.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et La rédaction de RTL

Note scientifique

Ces deux rebondissements dans le dossier pénal, instruit chez les juges d'instruction du Pôle de santé publique, intervient alors qu'au civil, d'après des chiffres dévoilés au début du mois, seulement vingt dossiers sur 583 ont fait l'objet d'un avis positif des experts de l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux (Oniam). 

Le premier épisode concerne donc un chercheur dont le témoignage a été sollicité par les avocats des laboratoires Servier et versé dans le dossier judiciaire. Jean-Pol Tassin, neurobiologiste et directeur de recherches à l'Inserm, a  rédigé en décembre 2011 une note scientifique où il critique les conclusions scientifiques du rapport de l'IGAS sur le Mediator.

Complaisance avec l'industrie du tabac

Entendu en juin dernier par les juges, il a répété que le Benfluorex ne devrait pas être considéré comme un anorexigène (en un mot, que le Médiator ne devait pas être considéré comme un coupe-faim). Cette thèse est précisément celle de Servier, tandis que le rapport de l'IGAS dit le contraire. Et cette prise de position du neurobiologiste a donc fait bondir les avocats des parties civiles. Colère redoublée lorsqu'ils ont découvert que ce scientifique avait déjà été accusé par le passé d'études de complaisance avec l'industrie du tabac...

L'avocat de la Caisse nationale d'assurance maladie, Me Holleaux, s'en est même alarmé par deux courriers au vitriol expédiés aux juges d'instruction. Il détaille ses reproches qui, selon lui, disqualifient le neurobiologiste Tassin en raison de "son passé controversé".

Il aurait bénéficié des financements de l'industrie du tabac (notamment Philip Morris) durant onze ans, aurait estimé que le lien entre la nicotine et la dépendance des fumeurs ne pouvait être établie et enfin, selon l'avocat, aurait été utilisé dans le but de créer le doute sur le terrain scientifique. "Je m'interroge, écrit l'avocat, sur liens entre ce neurobiologiste et le groupe Servier".

Selon lui, les laboratoires se défendent à la manière des compagnie de tabac, contestant le lien épidémiologique au motif que le processus toxicologique n'a pas encore été établi. Dans une réponse cassante, les défenseurs du groupe pharmaceutique ont dénoncé auprès des juges la mise en cause du chercheur de l'Inserm, l'estimant calomnieuse.

Un nouvel expert

Comme si cette guerre autour des scientifiques ne suffisait pas, le second rebondissement de ces derniers jours concerne également les experts. Vendredi dernier, les laboratoires Servier ont obtenu gain de cause devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris : les magistrats imposent aux juges d'instruction spécialisés dans les affaires de santé de nommer un nouvel expert pour venir appuyer les scientifiques Rieu et Recordel nommés en juin dernier pour rédiger une expertise scientifique sur le Mediator qui à ce jour se fait toujours attendre.

Dans leur décision, les magistrats de la chambre de l'instruction soulignent notamment que les experts devront travailler sur les "données sources" qui avaient permis à la Caisse nationale d'assurance maladie ses rapports donnant l'alarme sur le médicament de Servier. Ces rapports affirmaient que les risques de valvulopatie pour les usagers de Médiator était multiplié par trois par rapport à un patient ordinaire.

Le dossier Médiator en arrive à une nouvelle phase. Après les auditions, perquisitions et mises en examen, c'est bien désormais sur le terrain scientifique que la guerre est déclarée. L'enjeu est de taille. Dans la balance, le rapport scientifique de Rieu et Recordel. Rapport attendu depuis plusieurs mois mais qui risque donc encore se faire attendre. 

DIAPORAMA - Comprendre l'affaire du Mediator en 3 minutes

(Cliquez sur l'image)



Lire la suite
Justice Santé Mediator
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants