1 min de lecture Faits divers

Il y a un an, le petit Mathis disparaissait en Normandie

Mathis, 9 ans, a disparu le 4 septembre 2011. Il n'a jamais été ramené par son père, qui avait la garde partagée. Sylvain Jouanneau, interpellé en décembre 2011, mis en examen et écroué à Caen pour "enlèvement de mineurs par ascendant", est aujourd'hui en prison. Mais il refuse toujours de dire où est l'enfant. La maman de Mathis, Nathalie Barré, est persuadée qu'il a confié le garçonnet à quelqu'un ou à plusieurs individus, et que son fils est à l'étranger. Depuis un an, elle vit un calvaire, mais ne perd pas espoir.

Une image de Mathis Jouanneau, transmise en 2011 par la police
Une image de Mathis Jouanneau, transmise en 2011 par la police Crédit : AFP / Archives
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Frédéric Veille

Nathalie Barré et de son fils Mathis (DR)
Nathalie Barré et de son fils Mathis









Rappel des faits


Le 4 septembre 2011, l'homme âgé de 37 ans n'avait pas ramené Mathis à sa mère, dont il était divorcé depuis six ans. Avant de disparaître avec son fils, Sylvain Jouanneau a envoyé son téléphone portable à ses parents et leur a écrit une lettre, indiquant qu'il souhaitait disparaître volontairement avec son fils et qu'il n'avait pas l'intention de se suicider. Il indiquait dans sa lettre être parti avec 30.000 euros.

Sa voiture avait été retrouvée le 10 septembre près de Bayonne et son camping-car dans la région de Caen. Un appel à témoin lancé le 26 septembre avait permis de retrouver sa trace dans l'Hérault et le Gard.

Sylvain Jouanneau a été retrouvé début décembre, mis en examen et écroué à Caen pour "enlèvement de mineurs par ascendant". Depuis son interpellation, il refuse de dire où se trouve son fils. Il a affirmé que l'enfant était en sécurité chez des tiers et laissé entendre qu'il était à l'étranger. Un nouvel appel à témoin avait été lancé pour tenter de retrouver l'enfant après l'arrestation de son père.

Ce dernier avait lui aussi adressé une lettre à quelques médias début janvier dans laquelle il estimait que le mode de garde de son fils avant septembre n'était pas satisfaisant. Son avocate, Ophélie Minot, indiquait alors qu'il avait été privé de voir son fils entre septembre et décembre 2010.

En juillet dernier sur RTL
, la mère avait lancé un appel aux "ravisseurs" de son fils.

Lire la suite
Faits divers Disparition Exclu
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants