1 min de lecture Santé

Hôpital de Carhaix : un rapport accablant sur la mortalité

L'hôpital de Carhaix, dans le Finistère, est sur la sellette. Des finances dans le rouge (près d'1.300.000 euros de déficit fin 2007) et surtout un taux de mortalité exceptionnellement élevé, 14 morts sur 28 opérations du colon et du rectum. Le rapport de mission du Dr Marie-Ange Desailly-Chanson demandé par le ministère de la Santé critique le fonctionnement de l'hôpital et requiert la fermeture des services de maternité et de chirurgie.

Frédérique Prabonnaud
Frédérique Prabonnaud

RTL s'est procuré le rapport demandé par le ministère de la Santé sur l'hôpital de Carhaix, cet hôpital du Finistère dont les services de maternité et de chirurgie sont menacés de fermeture. Un rapport qui souligne une surmortalité pour certaines opérations, un problème de recrutement ou encore les pratiques financières douteuses de certains praticiens.

Ce rapport tombe alors que des manifestations ont lieu pour défendre cet hôpital qui dessert plus de 60.000 habitants et emploie quelque 600 salariés. Il a enregistré un déficit de plus d'un million d'euros en 2007.

28 personnes ayant subi une grave opération en chirurgie digestive en 2006 et 14 décès: c'est sans doute le chiffre le plus inquiétant de ce rapport. Alors, il faut préciser que ces patients présentaient des complications ou plusieurs pathologies mais le taux de décès est ici de 50% contre 12% au niveau national. Les médecins de l'hôpital expliquent que leurs malades sont plus vieux que la moyenne et qu'ils viennent tard se faire soigner, quand leur maladie est déjà avancée. Mais le rapport parle d'un "taux de surmortalité important". Et l'équipe hospitalière a demandé à un de ses chirurgiens de moins opérer. L'hôpital de Carhaix est aussi au delà de la moyenne nationale en matière d'infections nosocomiales, en particulier en chirurgie viscérale.

Autre secteur pointé du doigt: la maternité. Le taux de césarienne, même s'il a baissé en 2007, variait ces dernières années entre 21 et presque 23% soit 5 à 7 points au dessus du taux régional. L'équipe de gynéco-obstétrique manque de personnel médical: quand le chef de service est en vacances,  des intérimaires le remplace, et l'hôpital n'a pas de pédiatre, ce sont ceux de l'hôpital voisin de Morlaix qui viennent faire des vacations. Conséquence: si un nouveau né a besoin de soins une après midi où il n'y a pas de pédiatre ou la nuit, ce sont les sages-femmes ou l'anesthésiste qui s'en chargent. Il sera vu le lendemain par le pédiatre ou transféré si besoin.

Plus généralement, plusieurs équipes médicales sont insuffisantes et l'hôpital a beaucoup de mal à recruter. Il tourne en ayant recours à des intérimaires, ce qui coûte très cher: l'an dernier, les remplacements ont coûté plus de 800.000 euros soit l'équivalent de 5,6 temps plein. Et puis certains praticiens profitent de la situation: le rapport parle de "petite activité et de fortes rémunérations organisées" et donne l'exemple de gardes fictives. Le déficit a dépassé le million d'euros l'an dernier.

Au final, le rapport estime que "des indicateurs sont défavorables": pénurie de médecins qui entraine un recours à l'intérim, des recrutements aléatoires, des exigences financières de certains voire des dérives et un défaut d'activité parce que nombre d'habitants vont se faire opérer ailleurs. En conclusion, il préconise de maintenir et de renforcer le service d'urgence mais de transformer la maternité en centre de périnatalité qui s'occupe de l'avant et de l'après mais pas d'accouchement. Et pour la chirurgie, une unité serait maintenue mais transformée, avec uniquement une activité de jour, sans hébergement.

Lire la suite
Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
91031
Hôpital de Carhaix : un rapport accablant sur la mortalité
Hôpital de Carhaix : un rapport accablant sur la mortalité
L'hôpital de Carhaix, dans le Finistère, est sur la sellette. Des finances dans le rouge (près d'1.300.000 euros de déficit fin 2007) et surtout un taux de mortalité exceptionnellement élevé, 14 morts sur 28 opérations du colon et du rectum. Le rapport de mission du Dr Marie-Ange Desailly-Chanson demandé par le ministère de la Santé critique le fonctionnement de l'hôpital et requiert la fermeture des services de maternité et de chirurgie.
https://www.rtl.fr/actu/hopital-de-carhaix-un-rapport-accablant-sur-la-mortalite-91031
2008-04-27 11:32:00