1 min de lecture Claude Guéant

Guéant déplore des dysfonctionnements dans l'affaire Agnès

"Oui, il y a eu dysfonctionnement" dans l'affaire du meurtre de la jeune Agnès : déclaration faite lundi soir sur TF1 par le ministre de l'Intérieur. Claude Guéant a notamment évoqué le fait que le jeune homme qui a reconnu avoir tué l'adolescente la semaine dernière en Haute-Loire, avait été placé dans un lycée mixte alors qu'il était déjà accusé d'un viol. Il a également annoncé qu'une réforme de la justice des mineurs serait "une des priorités" après les élections présidentielle et législatives du printemps, relevant qu'"à 17 ans et onze mois, vous êtes soumis à un droit" et "à 18 ans, vous êtes soumis à un autre droit". Le meurtrier présumé d'Agnès, 13 ans, aura 18 ans à la fin de l'année.

Claude Guéant a souhaité que les expertises sur la dangerosité soient "pluridisciplinaires"
Claude Guéant a souhaité que les expertises sur la dangerosité soient "pluridisciplinaires" Crédit : AFP / Fred Dufour
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et Jérôme Chapuis

Pour Claude Guéant, une réforme de la justice des mineurs et de l'ordonnance de 1945 devra être "une des priorités" après les élections présidentielle et législatives de 2012.

Comme son collègue de la Justice Michel Mercier, il souhaite également que les professionnels de la justice, de l'éducation ou de la santé, échangent leurs informations sur les mineurs délinquants qui, pour les crimes les plus graves, devront être impérativement placés en centres éducatifs fermés (CEF) jusqu'à leur jugement. Il conviendra de le laisser "dans des centres éducatifs fermés dont le nombre doit être accru de 50%". Il y a actuellement 500 places, a rappelé Claude Guéant.

Car, a expliqué Michel Mercier, les parents du jeune meurtrier présumé d'Agnès avaient informé par courrier le collège-lycée Cévenol du Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire) que leur fils était en 2010 "en détention provisoire pour des faits graves qui les stupéfient eux-même", sans toutefois en préciser la nature.

Or, a relevé Claude Guéant, ni la maire de Chambon-sur-Lignon,ni la gendarmerie n'étaient au courant de l'affaire du viol de 2010 qui a valu quatre mois de détention préventive au jeune homme.


"Pour les crimes les plus graves, le garde des Sceaux demandera aux parquets de requérir le placement en centre éducatif fermé jusqu'au jugement", avait annoncé Matignon lundi à l'issue d'une réunion interministérielle convoquée en urgence. Il ne devra plus être possible de procéder à des inscriptions scolaires sans avoir fourni une information "complète" au chef d'établissement ou au psychiatre chargé du suivi.

Michel Mercier a par ailleurs plaidé pour une "évaluation pluridisciplinaire de la dangerosité" des délinquants, un sujet inclus dans une loi de programmation présentée mercredi en Conseil des ministres.

Ces mesures doivent permettre notamment "de renforcer le suivi des personnes présentant un risque de récidive" et d'améliorer "la prise en charge des mineurs délinquants en accroissant la capacité d'accueil" des CEF.

Pour François Fillon, "la prévention de la récidive" devra "être une priorité absolue de tous les services de l'Etat".  Le meurtrier présumé, bon élève de première, avait été placé sous contrôle judiciaire fin 2010 pour le précédent viol.

Le porte-parole du PS Benoît Hamon a jugé "nauséabond de voir la droite instrumentaliser ce fait divers". André Vallini, chargé de la Justice dans l'équipe du candidat socialiste François Hollande, a regretté que Claude Guéant ait "malheureusement franchi la ligne jaune, en élève zélé du sarkozysme", en annonçant "que le sujet de la justice des mineurs sera traité après l'élection présidentielle".

Carte de situation du Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire)

Lire la suite
Claude Guéant Faits divers Disparition
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7737243474
Guéant déplore des dysfonctionnements dans l'affaire Agnès
Guéant déplore des dysfonctionnements dans l'affaire Agnès
"Oui, il y a eu dysfonctionnement" dans l'affaire du meurtre de la jeune Agnès : déclaration faite lundi soir sur TF1 par le ministre de l'Intérieur. Claude Guéant a notamment évoqué le fait que le jeune homme qui a reconnu avoir tué l'adolescente la semaine dernière en Haute-Loire, avait été placé dans un lycée mixte alors qu'il était déjà accusé d'un viol. Il a également annoncé qu'une réforme de la justice des mineurs serait "une des priorités" après les élections présidentielle et législatives du printemps, relevant qu'"à 17 ans et onze mois, vous êtes soumis à un droit" et "à 18 ans, vous êtes soumis à un autre droit". Le meurtrier présumé d'Agnès, 13 ans, aura 18 ans à la fin de l'année.
https://www.rtl.fr/actu/gueant-deplore-des-dysfonctionnements-dans-l-affaire-agnes-7737243474
2011-11-22 09:53:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/dTYbOItyeqN9FbYn9P0Fng/330v220-2/online/image/2011/1122/7737246032_claude-gueant-a-souhaite-que-les-expertises-sur-la-dangerosite-soient-pluridisciplinaires.jpg