3 min de lecture La tête dans les étoiles

Yang Liwei, le premier Chinois dans l'espace

LA TÊTE DANS LES ÉTOILES - Le 15 octobre 2003, Yang Liwei devient le premier Chinois dans l'espace. Âgé de 38 ans, ce lieutenant-colonel de l'armée chinoise s'envole à bord d'un module Shenzou, "vaisseau divin" en Chinois.

micro générique La tête dans les étoiles 2019 Sophie Joussellin iTunes RSS
>
Yang Liwei, le premier chinois dans l'Espace Crédit Image : XINHUA / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Sophie Jousselin
Sophie Joussellin
Journaliste RTL

Le nouveau héros de la Chine communiste sourit dans sa combinaison bleue et blanche. Yang Liwei, le premier taïkonaute chinois, vient de passer 21 heures dans l'espace, a dormi 40 minutes et fait 14 tours de Terre. À sa sortie de Shenzou-5, son "vaisseau divin", le colonel de l'armée chinoise est en pleine forme, pourtant le retour sur terre a été compliqué. Yan Liwei le confirmait à la télévision chinoise CCTV il y a quelques années.

"Le verre d'un des hublots s'est fissuré, j'étais persuadé que c'était grave. C'était horrible, j'étais en nage. Finalement, le vaisseau s'est posé très violemment, a rebondi. J'avais la bouche en sang, je me suis essuyé avec mes gants, puis avec à travers le hublot j'ai vu le médecin qui arrivait."

Le succès de ce premier vol habité fait entrer la Chine dans la cour des grands, comme l'expliquait à l'époque sur RTL Isabelle Sourbès-Verger, chercheuse au CNRS. "L'intérêt pour la Chine s'est finalement d’apparaître comme un pays qui surtout rejoint les États-Unis et la Russie dans un domaine, où ils sont les deux seuls et où la Chine va représenter le troisième, qui est l'occupation humaine de l'espace."

>
China's First Manned Space Flight -Yang Liwei (¿¿¿) Documentary from training to launch.

Pour les autorités chinoises, ce premier vol habité revêt une importance capitale. Le président Hu Jintao est d'ailleurs venu exprès de Pékin pour saluer Yang Liwei quelques minutes avant son départ. "Félicitations. Dans quelques instants, Yang Liwei sera le premier courageux combattant de l'espace de notre pays à partir en mission." Le taïkonaute se déclarait ensuite prêt à remplir sa mission.

À lire aussi
Aldrin sur la Lune au cours de la mission Apollo 11 le 21 juillet 1969 La tête dans les étoiles
47 ans après le dernier homme sur la Lune, qui y retournera en premier ?

Mais les téléspectateurs chinois ne vont pas assister en direct au décollage de la fusée Longue Marche depuis le cosmodrome de Jinquan. Les autorités pas vraiment sûres d'elles préféreront retransmettre le lancement en différé. "On craint effectivement que tout ne se passe pas comme prévu et on ne souhaite pas montrer ce qui pourrait mal se passer. Et finalement ça se passe très bien", explique Philippe Coué auteur du livre Shenzou, les Chinois dans l'espace. "Yang Liwei est autorisé à se détacher, mais il n'est pas autorisé à aller dans le module orbital. Il est vraiment cantonné dans la capsule. Il dira par la suite avoir été impressionné."

Impressionné, notamment par les premières minutes du vol, éprouvantes. "Il y avait de très fortes vibrations que je ressentais dans tout mon corps. J'avais même l'impression que mon corps n'était pas fait pour ça. Je me sentais tellement impuissant. Je me disais que je ne résisterais pas."

La Chine vise plus loin et plus haut

Pour les observateurs, ce premier vol habité chinois n'est pas vraiment une surprise. "On s'attendait quand même à ce que la Chine réalise au XXIe siècle un événement de ce type. On a un premier vaisseau : Shenzou-1 qui s'envole à l'automne 1999. C'est un grand événement parce que peu d'observateurs s'attendaient à la maîtrise de technologies de type vol habité par la Chine. Et puis après tout est allé assez vite. Il y a eu trois autres essais et finalement le premier vol habité avec le colonel Yang Liwai", explique Philippe Coué.

Avec cette maîtrise des vols habités, les Chinois ont un autre objectif : la vie dans l'espace sur de longues périodes. "Ces vols vont effectivement être effectués dans Tiangong-3 et on devrait avoir une station opérationnelle à partir de 2022". Une station qui serait habitée en permanence par trois taïkonautes.

Mais les Chinois visent beaucoup plus loin et beaucoup plus haut. Leur objectif c'est la Lune. Ils envisagent d'y construire une base de recherche habitée sur la face cachée et de s'y installer à partir des années 2040.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La tête dans les étoiles Espace Propulsé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants