2 min de lecture Connecté

WhatsApp : vos conversations privées sont peut-être accessibles sur Internet

Des liens générés pour inviter des utilisateurs à des conversations WhatsApp ont été indexés par des moteurs de recherche. Plus de 500.000 discussions privées se sont ainsi retrouvées accessibles au public.

WhatsApp a dépassé le cap des 2 milliards d'utilisateurs
WhatsApp a dépassé le cap des 2 milliards d'utilisateurs Crédit : Flickr
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Soyez vigilants lorsque vous partagez un lien vers une conversation de groupe sur WhatsApp. Une enquête du média américain Vice a révélé le 21 février que près de 500.000 discussions de groupe hébergées sur la messagerie chiffrée appartenant à Facebook étaient directement accessibles sur Google et d'autres moteurs de recherche. Par conséquent, l'ensemble de la liste des participants et leurs numéros de téléphone étaient également référencés et accessibles pour tous les internautes. 

En exploitant cette faille, le site Numerama a réussi à accéder à un groupe dans lequel figuraient les numéros de téléphones et les correspondances de plusieurs membres du parti Europe Écologie-Les Verts en île-de-France. À l'heure où nous écrivons ces lignes, Google a fait le ménage dans ses résultats de recherche. Mais des liens vers des groupes de discussion sont toujours accessibles depuis Bing ou Yahoo!.

À l'origine du problème, on retrouve une mauvaise manipulation de Facebook, et plus précisément une fonctionnalité permettant de partager un lien d'accès à une conversation pour inviter d'autres utilisateurs. Ces liens sont générés lorsque l'administrateur d'un groupe clique sur l'option "Inviter à intégrer le groupe à partir d'un lien". Sauf que ces liens peuvent devenir publics lorsqu'ils sont diffusés sur des sites qui sont référencés par les moteurs de recherche.

Sur Twitter, un cadre de Google a expliqué que "les moteurs de recherche comme Google recensent les pages Web" et que "ces pages son traitées comme n'importe quel site ayant une adresse URL publique". Selon lui, WhatsApp aurait dû indiquer à Google de ne pas indexer ces contenus : "Nous proposons des outils aux sites désirant bloquer le référencement de leur contenu", souligne-t-il. 

À lire aussi
Un homme sur son smartphone dans le métro parisien le 23 mars 2020 Connecté
Coronavirus : vers une application de suivi des malades respectueuse de la vie privée ?

De son côté, WhatsApp met en garde les internautes : "Les liens que les utilisateurs souhaitent partager en privé avec des personnes qu'ils connaissent et en qui ils ont confiance ne doivent pas être publiés sur un site Web accessible au public". En clair, faites attention à ne partager de liens vers des discussions WhatsApp et plus largement vers toute conversation sur les réseaux sociaux  depuis un site ou un blog public, faites-le plutôt sur une messagerie privée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Réseaux sociaux Vie privée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants