2 min de lecture Technologie

Voitures autonomes à Phoenix, un expert décrypte cette "première mondiale"

INVITÉ RTL - Guillaume Duvauchelle, directeur de l'innovation pour l'équipementier Valeo, se réjouit de voir les taxis autonomes se développer à Phoenix, aux États-Unis, où les particuliers peuvent commander un taxi sans chauffeur. Une technologie qui pourrait être utilisée à Paris pour les JO 2024.

Yves Calvi 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Voitures autonomes à Phoenix, un expert décrypte cette "première mondiale" Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Chloé Richard-Le Bris

Ça paraît presque banal aujourd'hui. En Arizona, dans la région de Phoenix, et dans quelques villes américaines, on peut commander une voiture autonome pour réaliser ses déplacements du quotidien. Ces voitures bardées de capteurs ne sont plus en phase de test. Guillaume Duvauchelle, directeur de l'innovation de l'équipementier Valeo, connaît bien l'expérience puisque son entreprise produit ces fameux capteurs.

"Il faut le dire, pour être totalement honnête, que Phoenix est plus facile que d'autres zones. Ce n’est pas comme ce matin, à Paris, où il gèle un petit peu. À Phoenix, c'est plus rare, les routes sont droites, il n'y a pas beaucoup de piétons, mais c'est une très belle expérience", explique le chef d'entreprise sur RTL.

Une expérience qui est aussi "une première mondiale" en tant que service commercial pour les particuliers. "Mais il existe plein d'autres sujets et notamment pour le transport de biens, cette fameuse livraison du dernier kilomètre. À titre d'exemple, on va le montrer à Las Vegas, un dossier qu'on a avec Meituan, un grand chinois, qui entend livrer 28 millions de repas par jour avec un petit droïde autonome. 28 millions de repas par jour ça fait 100.000 véhicules sur les routes en Chine très prochainement."

Un robot qui livre la nourriture

Une technologie Française à la fois pour la motorisation du droïde et pour tous les systèmes de perception, les yeux et oreilles du véhicule. "Alors là aussi, attention, c'est un véhicule qui roule à 12km/h, mais dans un centre urbain très très dense et qui va vous livrer votre bol de nouilles, votre pizza, votre bol de riz, etc."

À lire aussi
Intérieur d'une cabine d'un avion (illustration) États-Unis
États-Unis : un robot anti-coronavirus testé par une compagnie aérienne

Quant aux spécificités techniques, "tout d'abord, il faut remplacer l'homme par des yeux et des oreilles électroniques, des capteurs. Techniquement, il y a trois natures de capteurs différentes, il y a le scanner leader qui reconstruit à 360 degrés un environnement, ensuite il y a des caméras qui vont interpréter des objets, donc c'est de la classification d'objets. Par exemple, un piéton, on en est à comprendre l'intention du piéton, le piéton qui est sur le trottoir va-t-il traverser ou pas ? (...). Ensuite, il y a les radars qui définissent les vitesses différentielles." 

À partir des informations, "on construit une image riche où on a détecté tous les objets intéressants, on les a classés et puis on connait leur vitesse relative par rapport à votre véhicule." Tout est décidé en temps réel, "on va décider 20 à 30 fois par seconde de la suite à donner".

Pour les Jeux olympiques de Paris en 2024, des navettes automatiques pourraient assurer les liaisons entre les aéroports et les sites de compétition. Une information que n'a pas clairement confirmée le directeur de l'innovation. "En fait, d'ici à 2024, un grand nombre de fonctions qui vous paraissent extraordinaires aujourd'hui vont vous paraître banales dans quatre ans parce que vous y serez habitués."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Technologie Voiture autonome Voiture électrique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants