4 min de lecture Augmenté

VIDÉOS - Les voitures volantes vont-elles bientôt envahir le ciel ?

La technologie arrive à maturité et les projets se multiplient. La voiture volante n'a jamais paru aussi près de révolutionner le monde des transports.

Les voitures volantes vont bientôt envahir le ciel
Crédit Média : RTLnet Crédit Image : Volocopter

Elles font fantasmer le public depuis des années au cinéma dans des films de science-fiction comme Blade Runner, Le Cinquième Élément ou Total Recall. Les voitures volantes n’ont jamais paru aussi près de révolutionner le monde des transports. Leur avènement s'annonce salutaire à plusieurs titres : pour décongestionner les villes au trafic routier encombré et dire au revoir à la pollution et au bruit

La technologie est proche de la maturité. Le coût de l'électronique a baissé et les startups investissent comme jamais. Ces derniers mois, des dizaines de jeunes entreprises et des groupes aéronautiques ont dévoilé des prototypes plus ou moins aboutis. Certains sont déjà prêts à décoller pour des exercices grandeur nature. Les spécialistes les voient se généraliser dans les prochaines années.

Des voitures-hélicoptères

Parmi les dizaines de projets existants, on trouve d'abord ceux qui ressemblent à de petits hélicoptères. Une startup tchèque a conçu le Gyrodrive, un biplace à moteur hybride capable de circuler jusqu'à 40 km/h sur route et à près de 180 km/h dans les airs grâce à des moteurs électrique et à essence. Le projet a obtenu son autorisation de vol en mars 2017. 

La société néerlandaise Pal-V a développé un gyrocoptère biplace à trois roues. Propulsé par un moteur hybride, l'engin fil à 100 km/h sur Terre et 180 km/h dans les airs avec une autonomie de 4h20 en vol et de 1.315 km au sol. Ce modèle doit être commercialisé l'an prochain à partir de 300.000 euros.

PAL-V Launches the PAL-V Liberty

Le constructeur japonais Toyota finance le projet SkyDrive, une voiture volante développée par de jeunes ingénieurs qui rêvent de voir leur engin allumer la flamme olympique des Jeux olympiques de Tokyo en 2020. Doté de trois roues et d’une hélice, l'appareil décolle à la verticale comme un hélicoptère et peut transporter un unique passager avec un pilote à bord jusqu’à 10 mètres d’altitude et 100 km/h en vol.

Skydrive Ingenieros japoneses presentarán un coche volador en el año 2020

Des voitures de course ailées

Au carrefour de la voiture et de l’avion, il y a aussi les bolides de course ailés, comme le Terrafugia TF-X, un avion biplace à propulseurs électriques et aux ailes repliables qui a déjà reçu l’aval de l’administration américaine. Le premier prototype sera dévoilé en 2018. Mais la commercialisation n’est pas prévue avant 2028.

The Terrafugia TF-X™

Née en Slovaquie, l’AeroMobil est une voiture-avion biplace à moteur hybride capable de rouler à 200 km/h et de voler à 160 km/h. Les premiers modèle seront livrés dans trois ans dans la limite de 500 exemplaires et à un prix pouvant grimper jusqu’à 1,5 million d’euros.

AeroMobil 4.0 official video

D'autres sont inspirés des drones, dont ils empruntent le décollage à la verticale et le système de propulsion par rotors. Le Lilium Jet est l'un des plus aboutis. Cet avion électrique propulsé par 36 moteurs électriques peut transporter cinq personnes à une vitesse de 300 km/h sur une distance de 300 km. Après avoir effectué son baptême de l’air en avril, sa commercialisation est prévue pour 2025.

The Lilium Jet – The world's first all-electric VTOL jet

Le groupe chinois Ehang développe le 184, un drone taxi capable de transporter un passager sur des trajets interurbains d’une cinquantaine de kilomètres. Les premiers vols auront lieu cet été à Dubaï. 

EHANG 184 Flight Test

Dubaï est aussi le terrain de jeu du Volocopter, un drone taxi muni de 18 rotors, prévu pour transporter deux passagers sur des trajets en ville à l’aide d’un système de navigation totalement autonome.

Volocopter - Making of Dubai Public Demonstration Flight

D'abord utilisées comme des taxis

Une certitude, tous ces engins ne dormiront pas dans un garage. Les voitures volantes ne seront pas des véhicules pour particuliers. Elles seront d'abord utilisées comme des taxis, reliées à des applications avec un système de navettes. Beaucoup d'acteurs visent le marché des taxis volants.
 
Uber et la Nasa se donnent trois ans pour présenter le leur. Il s'agira d'un véhicule à mi-chemin entre l'avion et l'hélicoptère capable de parcourir 80 kilomètres en une quinzaine de minutes en utilisant les toits des immeubles pour décoller et atterrir à la verticale. 

uberAIR: Closer than you think (Uber Elevate)

Airbus est aussi sur la piste du taxi aérien avec deux concepts. D'abord, le projet Vahana, un appareil à décollage vertical prévu pour 2020 dont le premier vol doit intervenir à la fin de l’année.

Rendez-vous sur l'article complet pour voir ce contenu

Voir l'article complet

Et le projet Pop.Up, une voiture volante à motorisation électrique dédiée aux transports interurbains.

Urban mobility takes shape with Italdesign and Airbus’ Pop.Up

Il y a également ceux qui volent au-dessus de l’eau, comme le projet Kitty Hawk du cofondateur de Google Larry Page et les célèbres SeaBubbles du navigateur Alain Thébault.

Encore des obstacles à franchir

Mais avant de devenir réalité, la voiture volante doit faire face à plusieurs freins. Si la technologie n'est plus un obstacle, il faut encore adapter la législation et mettre en place des infrastructures pour soutenir le trafic aérien. Pas question de décoller sur les routes lorsqu’un bouchon bloque la circulation. Il faut un aérodrome et le feu vert d'une tour de contrôle. 

Les constructeurs doivent aussi démontrer la fiabilité et la sécurité de leurs produits et surtout résoudre le problème de l'autonomie, car les batteries lithium-ion ne rivalisent pas encore avec le kérosène. Les experts ne voient pas les voitures volantes envahir le ciel avant 2025.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés