3 min de lecture Augmenté

VIDÉO - Le Concorde aurait eu 50 ans : où en sont ses successeurs ?

Quinze ans après le dernier vol du Concorde, les avions supersoniques pointent à nouveau le bout de leur nez. Plusieurs entreprises sont sur les rangs pour donner un descendant à "l'oiseau blanc".

>
VIDÉO - Les avions supersoniques sont de retour Crédit Image : Nasa | Crédit Média : RTL Futur | Date :
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Il y a cinquante ans, le mythe Concorde déployait ses ailes. Le 2 mars 1969 au matin, "l'oiseau blanc" s'élançait depuis l'aérodrome de Toulouse-Blagnac pour un vol inaugural de 27 minutes au-dessus de la vallée de la Garonne, l'aboutissement de sept années de coopération franco-britannique dans l'aéronautique. 

Lancé officiellement en 1976, l'avion supersonique opéré par Air France et British Airways volait à une vitesse de croisière maximale d'environ 2.200 km/h, 1,8 fois supérieure à la vitesse du son et deux fois plus rapide que l'Airbus A380 actuel. Cette célérité lui permettait de traverser l'Atlantique en à peine 3h30, contre 8 heures aujourd'hui, moyennant plusieurs milliers d'euros par passager.

La tragédie de Gonesse, 113 morts en juillet 2000, et l’essor du transport de masse ont fini par le clouer au sol en 2003. Le vol supersonique a ensuite été complètement délaissé par les compagnies aériennes en raison de ses coûts trop importants. Cela pourrait bientôt changer. 

Quinze ans après le dernier vol du Concorde, le 24 octobre 2003, plusieurs projets, portés par des acteurs de l'aérospatial de renom et des startup soutenues par des entrepreneurs milliardaires, espèrent relancer la filière dans les prochaines années et donner un successeur à "l'oiseau blanc".

Les descendants du Concorde promettent de corriger ses principaux défauts. Outre son coût d'exploitation, il s'agit de rendre supportable le "bang" supersonique, la fameuse détonation produite lors du franchissement du mur du son, à environ 1.220 km/h. 

À lire aussi
L'Association Internationale des Chauves Cheveux
Bientôt un remède efficace contre la calvitie ?

À cause de ce bruit assourdissant, le survol des États-Unis est interdit aux appareils supersoniques depuis les années 1970. Mais la loi pourrait évoluer si les constructeurs parviennent à réduire les nuisances sonores générées par cette onde de choc. Selon une étude récente, les zones les plus survolées pourraient subir plus de 150 "booms" quotidiens.

La Nasa sur les rangs

La Nasa s'est lancée au côté de l'avionneur militaire Lochkeed Martin dans un programme de recherche visant à résoudre ce problème sonore. Le fruit de leurs travaux a donné naissance au QueSST X-Plane, un appareil dont le design est pensé pour atténuer les ondes de choc lors du passage à vitesse Mach 1. L'agence spatiale américaine espère ainsi réduire le bruit perçu par les riverains à environ 75 décibels. L'appareil devra voler à un peu moins de 17.000 mètres d'altitude à la vitesse de 1.560 km/h. Les premiers tests grandeur nature sont prévus pour 2021.

Boeing est aussi sur les rangs. Le géant de l'aéronautique ambitionne d'assembler un appareil capable d'atteindre cinq fois la vitesse du son, soit plus de 6.000 km/h. Cet avion futuriste pourrait relier Londres et New York en seulement deux heures. Mais il ne sera pas prêt à conquérir le ciel avant 20 ou 30 ans. En attendant, le groupe s'est associé à la start-up du Nevada Aerion pour concevoir un avion d'affaires pouvant atteindre Mach 1,4, environ 1.700 km/h d'ici 2023.

Autre prétendant sérieux, la startup Boom Technology conçoit à Denver un avion supersonique capable transporter une cinquantaine de passagers à Mach 2,2, plus de deux fois la vitesse du son, pour traverser deux fois l'Atlantique dans la même journée. L'entreprise souhaite rendre les vols supersoniques accessibles au grand public en les facturant le prix d'une classe affaires actuelle avant de le faire baisser progressivement. Le projet a déjà réussi une levée de fonds de 100 millions de dollars en début d'année et séduit Japan Airlines qui a précommandé une vingtaine d'appareils.

Spike Aerospace a aussi enregistré des premières commandes pour son jet supersonique qui pourrait embarquer 18 passagers et traverser l'Atlantique en un peu plus de trois heures d'ici 2025. De son côté, Airbus poursuit le projet ZEHST, un avion de ligne capable de transporter une centaine de passagers à une vitesse Mach 4 avec aucune émission de gaz à effet de serre. En 2015, le constructeur annonçait des premiers vols commerciaux en 2050.

Annoncé au salon du Bourget en 2011, le projet Hypermach Aerospace se fait discret depuis. La société américaine promet un appareil capable de transporter une trentaine de passagers et de voler à vitesse Mach 5,5, plus de cinq fois la vitesse du son. Le premier vol est prévu pour 2025. Pour tous ces acteurs, la course au futur Concorde tient en un credo:  allier vitesse supersonique et rentabilité.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Augmenté Aviation Transports
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797081094
VIDÉO - Le Concorde aurait eu 50 ans : où en sont ses successeurs ?
VIDÉO - Le Concorde aurait eu 50 ans : où en sont ses successeurs ?
Quinze ans après le dernier vol du Concorde, les avions supersoniques pointent à nouveau le bout de leur nez. Plusieurs entreprises sont sur les rangs pour donner un descendant à "l'oiseau blanc".
https://www.rtl.fr/actu/futur/video-le-concorde-aurait-eu-50-ans-ou-en-sont-ses-successeurs-7797081094
2019-03-02 10:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/3AM0acMfKK5JTRnQmgZtMA/330v220-2/online/image/2018/0214/7792260630_llustration-du-projet-d-avion-de-demonstration-en-vol-de-la-nasa.jpg