2 min de lecture Connecté

VIDÉO - Une faille de sécurité sur des jouets connectés expose les enfants

Une association de consommateurs britannique alerte sur une faille de sécurité liée à la connexion Bluetooth de certains jouets connectés et appelle à ce que ces derniers soient retirés de la vente.

Connected toys pose child safety risk - Which? Investigates
Crédit Image : YOSHIKAZU TSUNO / AFP

Alors que certains ont déjà effectué les premiers achats de Noël, l’association britannique de consommateurs Why ? alerte les consommateurs sur le risque présenté par plusieurs jouets connectés : la peluche Furby Connect, le robot i-Que, le petit chien Toy-Fi Teddy et les animaux CloudPets. En cause : une faille de sécurité qui permet à toute personne ayant une connexion Bluetooth et ayant téléchargé l'application de ces jouets de se connecter à ces derniers, sans mot de passe ou étape de sécurité.

Une situation rendue possible par la non-sécurisation de la connexion Bluetooth de ces jouets, selon les tests réalisés par Why ? avec l’aide de Stiftung Warentest, l’équivalent allemand de l’UFC Que choisir.

Comme le note numerama.com, en ce qui concerne le Furby Connect, il est "possible à toute personne présente dans un périmètre de 10 à 30 mètres de se connecter au jouet et donc potentiellement de parler à l’enfant qui joue avec ce produit par le biais du "robot intelligent" i-Que".

Concrètement, une personne ayant réussi à se connecter au jouet serait en capacité de lui faire dire ce qu'il écrit depuis son smartphone ou sa tablette, même s'il ne se trouve pas dans la même pièce. 

Hasbro se défend

Hasbro, qui commercialise le Furby Connect, assure avoir pris connaissance de l'étude de Why ? et tente de rassurer les acheteurs. "Nous sommes convaincus que la conception de notre produit et de son appli garantissent sa sécurité. Le Furby Connect (…) n’a pas été conçu pour récolter le nom, l’adresse ou les informations de contact en ligne des utilisateurs. (…) Il ne recourt pas au microphone de votre appareil et n’enregistre pas votre voix", explique la société, citée par numerama.com.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés