1 min de lecture Internet

Un bikini "effet seins nus" pour contrer les censures de Facebook et Instagram

EN IMAGES - The TaTa Top propose un bikini "seins nus" en réaction à la censure de Facebook et Instagram contre les chairs dénudées. Le tout en finançant la recherche contre le cancer du sein.

Bikini The TaTa Top
Bikini The TaTa Top
Marion Dautry
Marion Dautry
Journaliste RTL

La censure à l'oeuvre sur Facebook et Instagram n'inspire pas que les internautes. Dans la continuité de la campagne #freethenipples ("libérez les tétons"), l'entreprise The TaTa Top propose à la vente des bikinis couleur chair ornés de tétons très réalistes.

La marque surfe ainsi sur les politiques anti-nudité très strictes des deux réseaux sociaux. Jusqu'à très récemment, Facebook interdisait systématiquement jusqu'aux photographies de femmes allaitant leurs bébés.

"Bien plus que des tétons sur un bikini"

Les deux jeunes femmes à l'origine de ce bikini, Robyn et Michelle Lytle, veulent faire bien plus que "le buzz". "En tant que marque, nous promouvons le questionnement des normes sociales", expliquent-elles sur leur site. Les clientes sont d'ailleurs encouragées à poster des photos d'elles portant le bikini sur Instagram. Le site les répertorie et conserve même les clichés supprimés par le réseau social.

Le maillot de bain, vendu 28$ (le bas est inclu), est bien plus qu'un simple gag. The TaTa Top soutient le Lynn Sage Cancer Research Foundation, une fondation pour la recherche contre le cancer du sein. "C'est formidable de créer un produit qui fait rire les gens, mais c'est encore mieux de faire quelque chose de sérieux de ce succès", expliquent les deux créatrices.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Internet Instagram Facebook
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants