2 min de lecture Espace

SpaceX va enfin pouvoir transporter des astronautes vers l'ISS

L'entreprise d'Elon Musk a simulé avec succès, ce dimanche 19 janvier, l’éjection d'urgence d'astronautes d'une fusée en cas de problème, quelques instants après le lancement. Un test réussi avant d'envoyer une équipe de la Nasa à la Station Internationale.

SpaceX va tester à nouveau sa nouvelle capsule Crew Dragon dans l'espace
SpaceX va tester à nouveau sa nouvelle capsule Crew Dragon dans l'espace Crédit : JIM WATSON / AFP
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini
et AFP

La capsule habitée de SpaceX a réussi un ultime test crucial ce dimanche 19 janvier. SpaceX a simulé avec succès l'éjection d'urgence d'astronautes d'une fusée quelques instants après le lancement depuis la Floride, rapprochant la Nasa du moment où elle n'aura plus besoin des Russes pour envoyer ses astronautes vers la Station spatiale internationale (ISS).

Les données initiales indiquaient que le test avait été "parfait", a déclaré Elon Musk, le patron de SpaceX, lors d'une conférence de presse. L'administrateur de la Nasa, Jim Bridenstine, a vanté un "test très réussi". 

Le prochain vol de la capsule de SpaceX, Crew Dragon, sera donc son premier vol avec des astronautes à bord, et il pourrait avoir lieu au deuxième trimestre de cette année selon Elon Musk. Ce serait la première fois que des Américains s'envolent dans l'espace à bord d'une fusée américaine depuis 2011, quand les navettes spatiales ont été arrêtées.

Une panne simulée à 19 km au-dessus de l'océan

Le lancement-test, sans personne à bord, a commencé à 10h30 au centre spatial Kennedy avec le décollage d'une fusée Falcon 9, au sommet de laquelle la capsule Crew Dragon était fixée. La fusée était programmée comme si elle devait lancer le vaisseau en orbite.

À lire aussi
L'espace (illustration) Propulsé
Espace : il faut débourser 1.000 dollars pour réserver son vol avec Virgin Galactic

Une minute et 24 secondes après le décollage, à une altitude d’environ 19 kilomètres au-dessus de l’Atlantique et alors que la fusée filait à plus de 1.500 km/h, une séquence d’abandon a été déclenchée pour simuler une anomalie. La capsule a allumé ses puissants propulseurs SuperDraco pour s’éjecter de la fusée et s’en distancer le plus vite possible.

Dans une mission habitée, cela permettrait de sauver les astronautes

Dans une mission habitée, cela permettrait de sauver les astronautes sanglés à l’intérieur de Dragon, si jamais la fusée avait un problème ou suivait une mauvaise trajectoire.Peu après la brusque séparation, la fusée s’est désintégrée dans une grande boule de feu, une image impressionnante, mais dont SpaceX avait prévenu. "Il n’y a rien à récupérer de la fusée", a précisé Elon Musk.

Crew Dragon a continué, seule, sa course vers le ciel jusqu'à environ 40 km d'altitude, avant de retomber naturellement vers l'océan Atlantique. Puis les quatre grands parachutes de la capsule se sont ouverts afin de ralentir la chute et l'amerrissage dans l'Atlantique, où des équipes de sauvetage avaient été prépositionnées. Neuf minutes après le décollage, Crew Dragon a amerri, apparemment sans dommage.

La Nasa veut retrouver une autonomie spatiale

Chaque étape était filmée et retransmise en direct, avec notamment une caméra embarquée à bord du véhicule. La Nasa doit désormais certifier que Crew Dragon est fiable pour y placer des astronautes. Mais le déroulement sans encombre de ce test périlleux est une excellente nouvelle pour SpaceX et pour la Nasa, qui a urgemment besoin de certifier un véhicule pour transporter ses astronautes vers l'ISS dès cette année, afin de rompre sa dépendance envers les fusées russes Soyouz, les seules à avoir cette capacité depuis la retraite des "shuttles".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Espace Propulsé Futur
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants