2 min de lecture Elon Musk

SpaceX autorisée à placer 12.000 satellites en orbite

La compagnie spatiale SpaceX a été autorisée par les autorités fédérales américaines à placer en orbite terrestre une constellation de 11.943 satellites destinés à fournir une connexion internet à très haut débit sur Terre dans les années 2020.

Une fusée SpaceX à Cap Canaveral, le 11 avril 2018
Une fusée SpaceX à Cap Canaveral, le 11 avril 2018 Crédit : AFP / KIM SHIFLETT
Leia Hoarau
Leia Hoarau
et AFP

SpaceX, la compagnie spatiale de l'excentrique Elon Musk, a reçu l'autorisation des autorités fédérales américaines d'envoyer 11.943 satellites en orbites d'ici à 2020. Ils auront pour objectif de fournir une connexion internet à très haut débit sur Terre dans les années 2020. 

Par comparaison, depuis Spoutnik en 1957, un peu plus de 8.000 objets ont été lancés dans l'espace par l'humanité, selon le Bureau des affaires spatiales de l'ONU qui en compte encore 4.880 (moins de 2.000 seraient encore actifs selon le registre de l'armée américaine). La constellation de SpaceX multiplierait à elle seule le nombre de satellites autour de la Terre, sans compter les projets concurrents d'autres sociétés que la FCC a également autorisé à lancer : Kepler (140 satellites), Telesat (117 satellites) et LeoSat (78 satellites). 

Une latence de communication réduite

Les autorisations se sont faites en deux temps. En mars dernier, la Commission fédérale des communications (FCC) avait déjà approuvé la mise en orbite de 4.425 satellites pour SpaceX. Jeudi 16 novembre, elle a annoncé une nouvelle autorisation pour le déploiement de 7.518 autres satellites pour la même compagnie. Aucun d'entre eux n'a encore été lancé. La compagnie spatiale américaine a six ans pour en placer la moitié en orbite, et neuf ans pour l'ensemble, selon les règles de la FCC. 

SpaceX veut opérer la majorité de cette constellation en orbite très basse : entre 335 et 346 km d'altitude, soit en-dessous de l'altitude de la Station spatiale internationale (ISS), qui est à environ 400 km. L'intérêt d'une orbite aussi basse que celle demandée par SpaceX est que le temps de communication sera très court entre les satellites et l'utilisateur internet sur Terre, ce qui s'appelle la latence. 

À lire aussi
La police de Dubaï figure parmi les premiers acquéreurs potentiels du Cybertruck de Tesla voiture électrique
Le Tesla Cybertruck est-il la voiture de police de demain ?

Dans un tweet en mai, Elon Musk, a écrit que ce temps était de 25 millisecondes pour deux satellites tests lancés en février, soit suffisamment pour des jeux vidéo rapides, selon lui. Mais cette basse altitude est difficile à maintenir, et les petits satellites ont généralement des durées de vie courtes, de quelques années seulement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Elon Musk Fil Futur Espace
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants