3 min de lecture High-tech

Snapchat accusé de provoquer des accidents en incitant les conducteurs à rouler vite

Aux États-Unis, la victime d'un accident de voiture poursuit Snapchat en justice et accuse le filtre "vitesse" de l'application d'inciter les conducteurs à rouler le plus vite possible.

Accusé d'inciter les conducteurs à rouler vite, Snapchat est mis en cause dans plusieurs accidents
Accusé d'inciter les conducteurs à rouler vite, Snapchat est mis en cause dans plusieurs accidents Crédit : RTLnet
BenjaminHuepro
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Omniprésents dans la vie quotidienne, les smartphones ont bouleversé les comportements des automobilistes et particulièrement des plus jeunes, dont l'attention est régulièrement détournées par les incessantes sollicitations des notifications. Selon la Sécurité routière, près d'un tiers des Français - deux tiers des moins de 35 ans - utilisent leur téléphone en conduisant. Aux États-Unis, l'usage du smartphone au volant est désormais la principale cause de mortalité des accidents de la route, devant l'alcool et la drogue. Dès lors, il n'est pas surprenant de retrouver les applications les plus prisées des jeunes sur le banc des accusés après certains drames de la circulation.

Une jeune américaine en a fait l'amère expérience au mois de septembre dernier dans la région d'Atlanta, rapporte CNN. Au volant de la Mercedes de son père, Chrystal McGee rentrait du travail en compagnie de plusieurs amis lorsqu'elle a failli perdre la vie et a laissé un autre conducteur à l'article de la mort en provoquant un accident de la route alors qu'elle utilisait l'application de partage de photos, vidéos et textes éphémères, Snapchat. La conductrice de 18 ans filait à pleine vitesse sur une autoroute à quatre voies à proximité de Hampton, en Géorgie, lorsqu'elle a percuté un véhicule qui s'insérait sur la voie de gauche et l'a propulsé en dehors de la chaussée sous la violence du choc.

Démontrer que Snapchat encourage les conduites à risque

Le conducteur, Wentworth Maynard, chauffeur Uber au moment de l'accident, a traversé le pare-brise de sa voiture. À la suite de l'accident, il a passé cinq semaines en soins intensifs pour traiter de graves lésions cérébrales. Il a désormais besoin d'un fauteuil roulant pour se déplacer et n'a pas pu reprendre son activité. Maynard et son épouse ont attaqué Chrystal McGee et Snapchat devant un tribunal civil. Selon la plainte, la jeune femme a reconnu qu'elle cherchait à atteindre la vitesse la plus élevée afin de la partager sur Snapchat. Au moment de la collision, McGee roulait à plus de 170 km/h sur la route limitée à 90 km/h. Ses passagers affirment qu'elle a même dépassé les 180 km/h.

À lire aussi
La mise à jour iOS 12 doit accélérer les iPhone ralentis par iOS 11 How To
iOS 12 est disponible lundi, comment installer la mise à jour sur son iPhone ?

Les avocats des plaignants demandent le remboursement de leurs frais médicaux et souhaitent démontrer les dangers que représente l'utilisation de Snapchat au volant. Ils accusent l'application d'encourager ses utilisateurs à dépasser les limitations de vitesse. Très populaire chez les 15-25 ans, Snapchat compte de nombreuses fonctions ludiques qui sont régulièrement renouvelées par des mises à jour. Parmi elles, le filtre "vitesse" utilise les capteurs du téléphone pour afficher la vitesse de l'utilisateur en mouvement sur une photo ou une vidéo qui peut ensuite être partagée à d'autres contacts. Un système de trophées récompense les utilisateurs les plus assidus et ceux qui atteignent les vitesses les plus élevées. 

Snapchat déconseille l'utilisation du filtre mais ne le retire pas

Les avocats veulent savoir pourquoi Snapchat n'a pas retiré le filtre en question alors que la société était au courant des accidents antérieurs causés par l'utilisation de l'application au volant. Plusieurs pétitions ont même été lancées sur Change.org demandant le retrait de la fonction. Snapchat a refusé de commenter l'affaire et se défend en affirmant que l'application inclus depuis toujours un avertissement déconseillant l'utilisation du logiciel pendant la conduite. Ce n'était visiblement pas suffisant. Après l'accident, pendant son transport à l'hôpital en ambulance, le visage ensanglanté maintenu par une minerve, la jeune conductrice s'est empressée de capturer l'instant pour le partager sur Snapchat, assorti du commentaire "Chanceuse d'être en vie". Un sénateur américain a récemment déposé un projet de loi pour lutter contre le manque de concentration des automobilistes sur les routes. 

Capture d'écran du Snap envoyé par la conductrice à l'origine de l'accident
Capture d'écran du Snap envoyé par la conductrice à l'origine de l'accident Crédit : http://bgr.com/
La rédaction vous recommande
Lire la suite
High-tech Snapchat Auto
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783040583
Snapchat accusé de provoquer des accidents en incitant les conducteurs à rouler vite
Snapchat accusé de provoquer des accidents en incitant les conducteurs à rouler vite
Aux États-Unis, la victime d'un accident de voiture poursuit Snapchat en justice et accuse le filtre "vitesse" de l'application d'inciter les conducteurs à rouler le plus vite possible.
https://www.rtl.fr/actu/futur/snapchat-accuse-de-provoquer-des-accidents-en-incitant-les-conducteurs-a-rouler-vite-7783040583
2016-04-29 17:39:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/KZTsJoj_MkLxvjcOeG1wiA/330v220-2/online/image/2016/0429/7783045522_accuse-d-inciter-les-conducteurs-a-rouler-vite-snapchat-est-mis-en-cause-dans-plusieurs-accidents.jpg