2 min de lecture Connecté

Seriez-vous prêt à partager votre solde bancaire avec Facebook pour 8 euros par mois ?

Une étude menée dans une demi douzaine de marchés a tenté d'évaluer le prix de la vie privée en fonction des pays. Elle jette un nouvel éclairage sur les préoccupations des internautes.

Facebook est le premier réseau social mondial avec plus de 2 milliards d'utilisateurs actifs
Facebook est le premier réseau social mondial avec plus de 2 milliards d'utilisateurs actifs Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Quelle valeur accordent les utilisateurs des réseaux sociaux à leurs informations personnelles ? À l'heure où les plateformes technologiques sont sous le feu des critiques pour la manière dont elles collectent et monétisent les données des internautes, des pratiques qui poussent les législateurs à adopter des normes plus strictes en la matière dans plusieurs marchés, une nouvelle étude a tenté d'évaluer le prix de la vie privée en fonction des pays.

Le groupe de réflexion américain Technology Policy Institute a interrogé des internautes aux États-Unis, en Allemagne, au Mexique, au Brésil, en Colombie et en Argentine pour savoir quelle somme ils souhaiteraient qu'un réseau social leur verse pour pouvoir partager à des tiers des informations comme leurs coordonnées, leur solde bancaire ou leurs empreintes digitales.

D'une manière générale, l'enquête montre que les personnes accordent une plus grande importance aux informations financières et aux données biométriques au contraire des informations relatives à la localisation qu'elles considèrent comme moins précieuses. 

Les Allemands plus soucieux que les Américains

Une plateforme technologique devrait payer en moyenne 8,44 dollars mensuels pour partager le solde bancaire de leurs utilisateurs avec des tiers, 7,56 dollars pour des données d'empreintes digitales, 6,05 dollars pour lire leurs messages et 5,80 dollars pour des informations relatives à leurs retraits bancaires. En revanche, 1,82 dollar suffirait pour transmettre leurs données de localisation.

Graphique issu de l'étude du Technology Policy Institute
Graphique issu de l'étude du Technology Policy Institute Crédit : techpolicyinstitute
À lire aussi
Le logo de l'opérateur Orange. coronavirus
Confinement : Orange a suivi l'exode d'un million de Franciliens, grâce à la géolocalisation

L'étude révèle également des disparités géographiques importantes. Les Allemands se sont montrés les plus soucieux de la confidentialité de leur vie en ligne. Ils n'accepteraient par exemple pas une somme inférieure à 8 dollars par mois pour permettre à Facebook de partager leurs coordonnées. Les Américains consentiraient à ce partage en échange de 3,5 dollars mensuels. De leur côté, les Sud-Américains sont plus enclins à transmettre leurs informations de contact que leurs données biométriques. 

Pour les auteurs de l'étude, ces différences culturelles doivent être prises en compte dans les débats publics préalables à l'instauration de nouvelles législations sur la confidentialité en ligne car elles suggèrent que les internautes seraient prêts à accepter des normes plus permissives dans certains pays et plus strictes dans d'autres.

En France, une application pour vendre des données

En France, le cercle de réflexion Génération Libre a émis l'idée fin 2018 que les données personnelles fassent l'objet d'un droit à la propriété en permettant aux internautes de choisir celles qu'ils souhaitent vendre en ligne et celles qu'ils souhaitent préserver, quitte à payer pour accéder à des services comme Facebook, gratuits jusqu'ici. 

Les opposants à ce type de système estiment au contraire que cela pourrait accroître les inégalités entre les personnes les plus aisées et celles qui n'auraient pas les moyens de s'offrir une vie privée en ligne. En France toujours, la startup Tadata a lancé en début d'année une application proposant de rémunérer les jeunes en échange du partage de certaines données personnelles.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Facebook Réseaux sociaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants