2 min de lecture Augmenté

Samsung invente une batterie au graphène rechargeable en 12 minutes

La marque sud-coréenne a breveté un procédé reposant sur un matériau aux propriétés extraordinaires, le graphène.

L'autonomie est l'un des points faibles récurrents des smartphones
Crédit Image : pexels.com

C'est un pas supplémentaire vers la résolution de l'un des problèmes récurrents des smartphones et des appareils électroniques en général : l'autonomie. Des chercheurs du Samsung Advanced Institute of Technology, la division de recherche de Samsung, ont mis au point un procédé permettant de stocker davantage d'énergie dans une batterie de smartphone tout en la rechargeant plus rapidement. Pour ce faire, les scientifiques ont utilisé du graphène, un matériau aux propriétés extraordinaires

Aussi fin qu'un atome, plus résistant que l'acier et imperméable au gaz, ce dérivé de l'atome est aussi connu pour sa grande conductivité de l'électricité et son hyper flexibilité. Dans la revue Nature, les chercheurs du SAIT expliquent comment ils l'ont synthétisé avec du silicium, à la manière d'un popcorn tridimensionnel, afin de l'intégrer dans une batterie en lithium-ion, la technologie utilisée depuis vingt ans pour stocker de l'énergie dans les appareils électroniques.

Le gain est considérable : dopée par le graphène, la batterie d'un smartphone augmenterait son autonomie de 45% et pourrait faire le plein en seulement douze minutes, contre près d'une heure pour les batteries actuelles les plus rapides. Sa température n'excède pas 60°C, ce qui augmente la durée de vie de la batterie. Les boules de graphène présentent aussi l'avantage d'augmenter la densité énergétique et volumétrique, ce qui pourrait permettre de réduire la taille des batteries.

Des applications potentielles nombreuses

Samsung a déposé une demande de brevet en Corée du Sud et aux États-Unis. Cette technologie permettrait à la marque de laver son image en remisant au placard les déboires du Galaxy Note 7 et ses batteries défaillantes .Mais cette avancée est encore loin de déboucher sur une production de masse de super batteries. Il s'agit d'une piste de plus autour du potentiel énorme du graphène. Des milliers de brevets ont déjà été déposés sur cette technologie, dont plusieurs centaines par Samsung.  

Isolé pour la première fois en 2004 par Andre Geim et Konstantin Novoselov de l'université de Manchester, ce cristal bidimensionnel est appelé à succéder au silicium. Il pourrait trouver de multiples applications en électronique, en permettant d'envisager des produits à la fois flexibles et résistants. Ses partisans estiment par exemple qu'il sera à l'origine de téléphones cellulaires aussi minces que des feuilles de papier. Mais sa production est encore très coûteuse. L'Union européenne finance un programme d'un milliard d'euros sur dix ans un programme de recherche réunissant une centaine d'acteurs industriels et académiques.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés