5 min de lecture Espace

Quelles exoplanètes sont susceptibles d'accueillir la vie extraterrestre ?

Plus de 8.000 exoplanètes ont été découvertes par l'Homme à ce jour. Certaines sont plus prometteuses que les autres pour accueillir une forme de vie biologique.

Vue d'artiste d'une exoplanète en orbite autour de son étoile (illustration)
Vue d'artiste d'une exoplanète en orbite autour de son étoile (illustration) Crédit : SIPA
Leia Hoarau
Leia Hoarau
Journaliste

La recherche de la vie extraterrestre a toujours fasciné l'Homme, animé par l'envie de découvrir qu'il n'est pas seul dans l'Univers. Jusqu'à ce jour, les appareils de recherche ont réussi à détecter plus de 8.000 exoplanètes, dont 3.560 ont été découvertes par le télescope spatial Kepler à lui seul. Et parmi tous ces corps, certains seraient habitables, voire accueilleraient déjà une forme de vie biologique...

Mais au fait, qu'est-ce qu'une exoplanète ? Il s'agit d'une planète qui ne fait pas partie du système solaire. Contrairement à la Terre, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune, une exoplanète ne tourne pas autour de notre étoile, le Soleil

Certaines exoplanètes découvertes sont rocheuses et ont une taille correspondant à peu de chose près à celle de la Terre, tandis que d'autres présentent des caractéristiques se rapprochant davantage de Neptune (elles sont alors appelées "super-Terres" ou "mini-Neptunes" car ce sont des planètes gazeuses avec un corps rocheux). Elles ont donc les bonnes bases pour permettre le développement de la vie à leur surface.

La première exoplanète présentant des conditions de vie la rendant habitable a été découverte en 2009 grâce à Kepler : il s'agit de Kepler-186 f. Depuis, près de 1,8 million d'autres exoplanètes (habitables ou non) ont été trouvées par les astronomes, dont la désormais très célèbre Proxima Centauri B, la fameuse "jumelle" de la Terre.

À lire aussi
Illustration de la sonde Hayabusa-2 et de l'astéroïde Ryugu Japon
La sonde Hayabusa-2 a réussi à se poser sur l'astéroïde Ryugu
Région observée par le télescope spatial Kepler, projetée sur une image du ciel nocturne
Région observée par le télescope spatial Kepler, projetée sur une image du ciel nocturne Crédit : CC / Nasa

Certaines exoplanètes sont plus prometteuses que les autres pour les scientifiques. Parce qu'elles présentent des conditions météorologiques et atmosphériques idéales, des températures égales à la Terre et une possible présence d'eau... Ces planètes ne sont pas forcément très connues, mais elles portent certains des plus grands espoirs de la recherche de vie biologique.

Kepler 438-b, la plus similaire à la Terre

Vue d'artiste représentant Kepler-438b
Vue d'artiste représentant Kepler-438b Crédit : CC / Wikipédia

Kepler-438 b est une exoplanète en orbite dans la zone habitable de l'étoile Kepler-438, une naine située à une distance d'environ 475 années-lumière du Soleil, dans la constellation de la Lyre. D'après le Catalogue des exoplanètes habitables (HEC) du Laboratoire d'habitabilité planétaire (PHL) de l'université de Porto Rico à Arecibo, Kepler-438 b est l'exoplanète dont l'indice de similarité avec la Terre est le plus élevé (0,88). 

D'un rayon environ 12% plus grand que la Terre, Kepler-438 b serait de type tellurique. Elle se trouve dans la zone habitable de son étoile, et pourrait être un exemple de planète analogue à la Terre si elle regroupe les principales caractéristiques essentielles pour abriter de la vie et comparables à la Terre : une surface solide, de l'eau liquide en surface, une atmosphère comparable.

Trois planètes habitables pour un seul système

Vue d'artiste d'un paysage à la surface de Gliese 667 Cc
Vue d'artiste d'un paysage à la surface de Gliese 667 Cc Crédit : CC / Eso

Dans le système solaire Gliese 667, l'étoile Gliese 667 C sort du lot. Elle se situe à environ 23 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Scorpion. Découverte par le spectrographe Harps de l'Eso (l'Observatoire européen austral), Gliese 667 C posséderait 7 planètes en orbite autour d'elle, dont 3 sont situées dans sa zone habitable.

L'une des exoplanètes de ce système, Gliese 667 Cc, possède une masse estimée entre 2 et 5 masses terrestres et son année ne dure que 28 jours environ. Les scientifiques estiment qu'elle est semblable à la Terre à hauteur de 85%. Et même si la majeure partie de la lumière reçue par Gliese 667 Cc est composée de rayons infrarouges, la température à sa surface tournerait en moyenne autour de 3°C

Les deux autres exoplanètes situées en zone habitable sont Cf et Ch. Leur existence est néanmoins toujours controversée dans la communauté scientifique.

Kepler-442 b, élue "meilleure planète que la Terre"

Vue d'artiste de Kepler-442 b (à gauche), comparée à la Terre (à droite)
Vue d'artiste de Kepler-442 b (à gauche), comparée à la Terre (à droite) Crédit : CC / Ph03nix1986

Cette exoplanète est en orbite autour de son étoile Kepler-442 et serait probablement rocheuse. Située à environ 1.120 années-lumières de la Terre, dans la constellation de la Lyre, son volume est comparable à celui de la Terre. Certaines données démontrent qu'elle pourrait également avoir de l'eau liquide à sa surface. 

Elle se trouve dans la liste des planètes les plus semblables à la Terre, selon le le Catalogue des exoplanètes habitables (HEC) du Laboratoire d'habitabilité planétaire (PHL), et pourrait même être une candidate au statut de "planète super-habitable", c'est-à-dire une planète dont les conditions sont encore plus appropriées pour l'émergence et l'évolution de la vie que notre propre planète bleue.

Kepler-62 f, la super-Terre

Vue d'artiste représentant Kepler 62 f orbitant autour de l'étoile Kepler 62.
Vue d'artiste représentant Kepler 62 f orbitant autour de l'étoile Kepler 62. Crédit : CC Wikipédia / Nasa JPL Caltech

Il s'agit d'une des plus importantes découvertes de Kepler, en 2013. Cette super-Terre, à 1.200 années-lumières de notre planète, se situe dans la zone habitable qui entoure son étoile, Kepler-62. Étant donné son âge, sa taille et le taux de rayonnement qu'elle reçoit de son étoile, les scientifiques sont d'avis qu'une composition rocheuse ainsi qu'une grosse quantité d'eau sont plausibles. 

Selon une étude de modélisation réalisée par des astrophysiciens, Kepler-62 f serait même l'une des deux premières planètes candidates viables (avec sa voisine Kepler-62 e) en tant que planètes-océan, c'est-à-dire entièrement recouvertes d'eau. Elle a une taille similaire à la Terre (elle est 1,41 fois plus grosse), ce qui implique qu'elle serait probablement composée d'une atmosphère et de températures vivables... elle présenterait ainsi les caractéristiques idéales pour la vie.

Kepler-452 b, une image du futur de la Terre ?

>
Kepler-452 b, la jumelle de la Terre

Hormis Proxima Centauri B, Kepler-452 b est la plus connue des exoplanètes à ce jour. Elle est celle qui ressemble le plus à la Terre, à tous les points de vue. Elle a un rayon 60% plus grand que celui de la Terre, et son orbite autour de son étoile est de 385 jours. 

Située dans la constellation du Cygne, à 1.400 années-lumières de notre planète, Kepler-452 b pourrait être la première planète tellurique détectée dans la zone habitable d'une étoile de type solaire, autre que le Soleil lui-même (avant cette découverte, les exoplanètes détectées étaient en orbite autour d'étoiles plus faibles et plus froides que notre Soleil). 

Probablement constituée de roches, et non de gaz, la gravité à la surface de Kepler-452 b pourrait bien être le double de celle de la gravité terrestre. Légèrement plus âgée que la Terre, 6 milliards d'années, Kepler-452 b permet aujourd'hui d'avoir le meilleur aperçu de la situation dans laquelle se trouvera la Terre à cet âge, notamment concernant la hausse des températures et l'évaporation d'éventuels océans en surface. 

Après Kepler, un télescope de technologie plus avancée

Après neuf années passées dans l'espace, le télescope spatial Kepler cessera bientôt sa mission, faute de carburant. Parmi son catalogue de découvertes, Kepler a également permis à l'Homme de découvrir une exolune. Mais le télescope a déjà trouvé son successeur : Tess, un télescope spatial nouvelle génération, est entré en fonction en avril dernier et a déjà détecté ses deux premières exoplanètes. 

D'une technologie plus avancée, Tess aura également pour but d'épauler les scientifiques dans la recherche de vie biologique, en continuant la recherche active des quelque 17 milliards de Terres potentielles qui seraient présentes dans notre seule galaxie. De son côté, la Nasa a officiellement annoncé, mardi 25 septembre 2018, se lancer dans la recherche active de vie extraterrestre au-delà des frontières de notre système solaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Espace NASA Fil Futur
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794968059
Quelles exoplanètes sont susceptibles d'accueillir la vie extraterrestre ?
Quelles exoplanètes sont susceptibles d'accueillir la vie extraterrestre ?
Plus de 8.000 exoplanètes ont été découvertes par l'Homme à ce jour. Certaines sont plus prometteuses que les autres pour accueillir une forme de vie biologique.
https://www.rtl.fr/actu/futur/quelles-exoplanetes-sont-susceptibles-d-accueillir-la-vie-extraterrestre-7794968059
2018-10-21 09:32:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/2MJKS7r3ScD-ptrcVCz19A/330v220-2/online/image/2016/0816/7784461930_sipa-00606734-000001.jpg