1 min de lecture Info

Carmat : un cœur artificiel autonome implanté sur un patient en France

Un coeur artificiel autonome conçu par une société française a été implanté cette semaine. Il s'agit d'une première mondiale.

L'entreprise est aujourd'hui, capable de produire 250 cœurs artificiels par an, et espère les commercialiser au 2ème semestre 2013 au prix de 160 000 euros
L'entreprise est aujourd'hui, capable de produire 250 cœurs artificiels par an, et espère les commercialiser au 2ème semestre 2013 au prix de 160 000 euros
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

Un coeur artificiel autonome conçu par la société française Carmat a été implanté mercredi sur un patient souffrant d'insuffisance cardiaque terminale par une équipe de l'hôpital Georges-Pompidou à Paris, a annoncé vendredi la société.

"Cette première implantation s'est déroulée de façon satisfaisante (...). Le patient est actuellement sous surveillance en réanimation, réveillé et dialoguant avec sa famille", a ajouté le groupe Carmat, en qualifiant cette opération de première mondiale. Les autorités sanitaires françaises avaient donné leur feu vert fin septembre à une telle opération, ouvrant de nouvelles perspectives à des malades condamnés par la rareté des greffons disponibles.

"Nous nous réjouissons de cette première implantation mais il serait bien entendu prématuré d'en tirer des conclusions car il s'agit d'une seule implantation et d'un délai post-chirurgical encore très court", a commenté le directeur général de Carmat, Marcello Conviti, cité dans un communiqué. L'entreprise, fondée par le chirurgien Alain Carpentier, mondialement connu pour avoir inventé les valves cardiaques Carpentier-Edwards, veut pallier le manque notoire de greffons dont sont victimes des dizaines de milliers de personnes souffrant d'insuffisance cardiaque avancée.

À lire aussi
"L'Obs" consacre un dossier aux "fausses informations" médias
"Fake News" et théories du complot : la pensée progresse en France

"Une qualité de vie sans précédent"


Sa prothèse, fondée sur des bases scientifiques "solides", vise, selon Carmat, "une fonctionnalité et une durabilité exemplaires". "Elle mime totalement un coeur humain normal avec deux ventricules qui mobilisent le sang comme le ferait le muscle cardiaque, avec des capteurs qui permettent d'accélérer le coeur, de décélérer, d'augmenter le débit, de diminuer le débit. Le malade dort, ça diminue. Il monte les escaliers, ça accélère, donc ça n'a rien à voir avec une pompe mécanique", avait expliqué en septembre Philippe Pouletty, le co-fondateur du groupe.


Le patient implanté, dont l'identité n'a pas été rendue publique, devait souffrir, pour être opéré, d'une insuffisance cardiaque terminale, avec un pronostic vital engagé et ne bénéficiant d'aucune alternative thérapeutique, selon les conditions posées par les autorités sanitaires françaises. Carmat assure que son coeur artificiel pourrait sauver chaque année la vie de dizaines de milliers de patients sans risque de rejet et en leur assurant une qualité de vie sans précédent.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info Santé Sciences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7768123770
Carmat : un cœur artificiel autonome implanté sur un patient en France
Carmat : un cœur artificiel autonome implanté sur un patient en France
Un coeur artificiel autonome conçu par une société française a été implanté cette semaine. Il s'agit d'une première mondiale.
https://www.rtl.fr/actu/futur/premiere-mondiale-un-c-ur-artificiel-a-ete-implante-sur-un-patient-en-france-7768123770
2013-12-20 17:56:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/3KqCjjnQipBU2u_OGOY9fg/330v220-2/online/image/2013/1220/7768124067_l-entreprise-est-aujourd-hui-capable-de-produire-250-c-urs-artificiels-par-an-et-espere-les-commercialiser-au-2eme-semestre-2013-au-prix-de-160-000-euros.jpg