4 min de lecture Connecté

Pourquoi la Silicon Valley se mobilise contre le décret de Donald Trump

En interdisant temporairement l'entrée aux États-Unis aux ressortissants de sept pays majoritairement musulmans, Donald Trump s'est attiré les foudres de l'industrie des nouvelles technologies.

Une marionnette anti-Trump à l'aéroport international de San Francisco dimanche 29 janvier 2017
Une marionnette anti-Trump à l'aéroport international de San Francisco dimanche 29 janvier 2017 Crédit : AFP
BenjaminHuepro
Benjamin Hue
Journaliste RTL

La réconciliation de Donald Trump avec la Silicon Valley, mise en scène mi-décembre à la Trump Tower, aura finalement fait long feu. Dix jours après son investiture, le 45e président des États-Unis est de nouveau dans le viseur des figures de l'industrie des nouvelles technologies. Le décret anti-immigration du nouveau locataire de la Maison Blanche a ravivé l’opposition manifestée par les patrons du secteur pendant la campagne présidentielle. À l'époque, aucune star du numérique n'avait soutenu le candidat républicain, à l'exception de Peter Thiel (cofondateur de Paypal et membre du board de Facebook). 

Le texte entré en vigueur vendredi interdit l’entrée sur le sol américain de ressortissants d’Iran, d’Irak, de Libye, de Somalie, du Soudan et du Yémen pour une durée de 90 jours et de Syrie jusqu’à nouvel ordre. La décision a semé la pagaille dans les principaux aéroports du pays où des manifestations ont été organisées tout au long du week-end. D'habitude peu enclines à prendre position dans le débat public, plusieurs personnalités de la Valley y ont assisté. Notamment le cofondateur de Google, Sergey Brin, immigré aux États-Unis à l’âge de six ans après avoir fui l’Union soviétique.

Parce qu'il menace leurs employés

Le décret anti-immigration menace directement les intérêts des entreprises du secteur qui embauchent les talents les plus brillants pour créer des produits et des services. Profitant à fond de la mondialisation, la Silicon Valley emploie une importante main d’œuvre étrangère afin de combler le manque d’Américains diplômés en informatique. D’après Bloomberg, deux tiers des salariés en informatique et mathématique et six ingénieurs sur dix sont issus de l’immigration dans la région. Selon les chiffres de Join Venture Silicon Valley, les étrangers représentent 37% des habitants de la baie de San Francisco, contre 13% en moyenne dans le reste du pays.

À lire aussi
Un satellite (illustration) Connecté
Cyber-défense : nos satellites, des brèches potentielles dans notre sécurité


Environ 187 employés de Google sont directement concernés par les nouvelles restrictions, a affirmé dans un courriel interne le PDG de Google, Sundar Pichai, arrivé aux États-Unis à l’âge de 22 ans en provenance d’Inde et "inquiet de l’impact de ce décret et de toute proposition qui pourrait imposer des restrictions sur les employés de Google et de leurs familles et qui pourrait créer des barrières pour importer des talents aux États-Unis".

"Les mesures de Trump affectent les employés de Netflix à travers le monde", a écrit sur Facebook, Reed Hastings, le PDG de Netflix. "Il est temps de joindre les mains pour protéger les valeurs américaines de liberté et d’opportunité". Microsoft a prévenu dès jeudi dans un document boursier que les nouvelles restrictions pourraient nuire à sa capacité à pourvoir tous les postes dans ses équipes de recherche et développement.

Parce qu’il s’attaque à leur histoire

Les entreprises de la Silicon Valley montent aussi au créneau pour défendre les valeurs de la Californie, symbole de liberté et de diversité. Plus de la moitié des licornes ont été fondées par des immigrés. Ces nouvelles restrictions font directement écho aux trajectoires personnelles de leurs patrons. "Apple n’existerait pas sans l’immigration", a réagi samedi son PDG, Tim Cook, dans un courriel adressé à ses salariés. Une allusion au parcours de Steve Jobs, père fondateur de la marque à la pomme et fils d’immigré syrien, l’une des sept nationalités désormais indésirables sur le territoire américain.


Quelques jours après avoir démenti les rumeurs autour de ses ambitions politiques, le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a réagi dès vendredi sur le réseau social. L’entrepreneur a rappelé ses origines allemande et autrichienne ainsi que les origines chinoise et vietnamienne de sa femme Priscilla afin de souligner combien "les États-Unis sont une nation d’immigrants. Mark Zuckerberg milite depuis longtemps pour un assouplissement des règles d’immigration, que Donald Trump s’est engagé à réduire pendant la campagne.

Le réseau social Twitter a rappelé qu’il est le fruit "d’immigrants de toutes les religions" et que l’entreprise sera "toujours à leurs côtés". Le patron du réseau social, Jack Dorsey, a souligné pour sa part combien les États-Unis "bénéficient de ce que les réfugiés et les immigrants rapportent". "En tant qu’immigré et PDG, j’ai conscience de l’impact positif que l’immigration a sur notre entreprise, sur le pays et sur le globe", a affirmé Satya Nadella, le patron d’origine indienne de Microsoft.

Au chevet des employés bloqués

De nombreux voyageurs se sont trouvés stoppés samedi à leur entrée aux Etats-Unis, ou interdits de prendre leur vol à destination de l'Amérique. Les compagnies américaines ont annoncé des mesures pour parer à l’urgence à travers la mise en place de cellules juridiques et d’assistance aux salariés impactés. "Nous sommes en train de déterminer l'impact sur nos effectifs et de voir la meilleure façon de les protéger eux et leurs familles", a indiqué Facebook à l'AFP.

Google a débloqué un fonds d'urgence de 4 millions de dollars. Chris Sacca, un des grands financiers du secteur, a promis samedi de doubler au moins la somme que lèverait l'organisation de défense des droits American Civil Liberties Union (ACLU), qui a attaqué devant la justice américaine ces restrictions à l'immigration. Le PDG d’AirBnb, Brian Chesky, a annoncé de son côté que son entreprise allait "fournir un hébergement gratuit aux réfugiés et à toute personne interdite d’entrée aux États-Unis".

Accusé d'avoir voulu tirer profit d'une manifestation contre le décret pour faire grimper les prix de son application, Travis Kalanick, le patron d'Uber, s'est engagé à soulever la question lors d'une réunion prévue vendredi à Washington avec le conseil industriel, un cénacle de grands patrons américains mis en place par Donald Trump pour le conseiller sur sa politique économique où figure également le boss de Tesla et Space X, Elon Musk. D'autres comme Dell, Oracle ou IBM se sont fait beaucoup plus discrets sur la question.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté États-Unis Donald Trump
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786996233
Pourquoi la Silicon Valley se mobilise contre le décret de Donald Trump
Pourquoi la Silicon Valley se mobilise contre le décret de Donald Trump
En interdisant temporairement l'entrée aux États-Unis aux ressortissants de sept pays majoritairement musulmans, Donald Trump s'est attiré les foudres de l'industrie des nouvelles technologies.
https://www.rtl.fr/actu/futur/pourquoi-la-silicon-valley-se-mobilise-contre-le-decret-de-donald-trump-7786996233
2017-01-30 18:44:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/TPCXcSasfozJAIbGVb3TlA/330v220-2/online/image/2017/0130/7786996897_une-marionnette-anti-trump-a-l-aeroport-international-de-san-francisco-dimanche-29-janvier-2017.jpg