3 min de lecture Espace

Pourquoi la Chine veut éclairer la face cachée de la Lune

L'agence spatiale chinoise lancera, ce vendredi 7 décembre, une sonde en orbite autour de la Lune. Cette dernière déposera sur le sol un rover qui aura pour mission de déterminer l'habitabilité de notre satellite.

La sonde Chang'e 4 ressemble trait pour trait à sa prédécesseure, Chang'e 3, qui a atterri sur la Lune en 2013
La sonde Chang'e 4 ressemble trait pour trait à sa prédécesseure, Chang'e 3, qui a atterri sur la Lune en 2013 Crédit : CCTV / AFP
Leia Hoarau
Leia Hoarau
Journaliste

Ce sera une première mondiale, que ni les Américains ni les Russes n'ont réalisée : poser un rover sur la face cachée de la Lune. Sujet à tous les fantasmes pendant de nombreuses années, le côté sombre de notre satellite naturel a néanmoins pu être photographié par d'autres satellites en orbite autour de lui (le premier d'entre eux était la mission russe Luna 3, lancée en 1959) jusqu'à bénéficier d'une cartographie précise des lieux. Mais de nombreux mystères sont encore à éclaircir.

À son bord, la fusée emportera un atterrisseur et un rover. Ce dernier, nommé Chang'e 4 (du nom de la déesse de la Lune dans la mythologie chinoise), s'envolera de la base spatiale de Xichang, dans le sud-ouest de la Chine.

Il permettra de fournir des données de radioastronomie, mais aussi et surtout d'étudier les ressources du sol lunaire afin de déterminer si l'établissement d'une base lunaire permanente pourrait être envisageable d'ici 2030.

À lire aussi
Une météore traversant le ciel, le 12 août 2018 espace
Géminides : comment observer la pluie de météores ce week-end

Pas de communication directe

La difficulté principale du rover sera de communiquer avec la Terre. En effet, l'énigme qui touche la Lune est accentuée par la communication directe impossible entre un objet situé sur sa face cachée et la planète bleue car aucune onde ne peut la traverser. Navigation et atterrissage devront se faire "à l'aveugle", en totale autonomie. 

Bien que la technique soit réalisable (c'est également de cette manière que se sont posés les rovers de la Nasa sur Mars, à cause de la latence de communication), c'est une grande première pour les équipes chinoises. Les seules missions qu'elles ont envoyées dans l'espace jusqu'à aujourd'hui ont consisté en de "simples" mises en orbite de satellites ou des atterrissages de rovers sur la face visible.

Des tests de botanique

Concrètement, l'objectif de Chang'e 4 sur le sol lunaire sera de réaliser des expériences de biologie. Il emportera avec lui des œufs de bombyx du mûrier (qui donnent les vers à soie), des semences de pommes de terre (qui ont réussi à pousser dans la gravité réduite de la Station spatiale internationale) et d'arabette des dames (une plante résistante très utilisée en laboratoire).

L'éclosion et la germination seront filmées par une caméra et analysées par les équipes depuis la Terre. Les différents facteurs nécessaires à la pousse de plantes, tels que la lumière, la température, l'humidité et les apports nutritifs devront être régulés.

L'autre difficulté que rencontrera le rover sera donc le défi du climat. La face éclairée connaît des températures grimpant jusqu'à 150°C, alors qu'à l'ombre elles descendent à -150°C, voire -250°C là où le Soleil n'arrive pas, dans les profondes crevasses. Des températures extrêmes auxquelles devront lutter Chang'e 4 et ses échantillons de plantes.

Une mission de longue haleine

Initié en 2000, ce programme spatial se compose de cinq étapes. La première sonde lunaire, Chang'e 1, a été envoyée en 2007. Elle a ensuite été suivie par son double Chang'e 2 en 2010, puis Chang'e 3 en 2013. Ce dernier s'est posé à la surface lunaire (côté visible) en 2013, non loin de la Mare Imbrium, en pleine zone équatoriale. Ces différentes sondes ont permis de construire une carte en trois dimensions de la surface de la Lune, ainsi que d'analyser sa composition.

En novembre dernier, la fusée Longue Marche-4C a envoyé en orbite lunaire Queqaio, un satellite de télécommunications qui permettra à Chang'e 4 de communiquer avec la Terre lorsqu'il sera de l'autre côté de l'astre. 

Chang'e 5, qui constitue la dernière phase, sera envoyée en 2019 : le rover qu'il emportera se posera sur la face visible, dans l'océan des Tempêtes, et effectuera un prélèvement de deux kilos de roche lunaire qu'il aura ensuite pour mission de ramener sur Terre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Espace Lune Plantes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795840789
Pourquoi la Chine veut éclairer la face cachée de la Lune
Pourquoi la Chine veut éclairer la face cachée de la Lune
L'agence spatiale chinoise lancera, ce vendredi 7 décembre, une sonde en orbite autour de la Lune. Cette dernière déposera sur le sol un rover qui aura pour mission de déterminer l'habitabilité de notre satellite.
https://www.rtl.fr/actu/futur/pourquoi-la-chine-veut-eclairer-la-face-cachee-de-la-lune-7795840789
2018-12-07 14:01:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/X4FmUoyNuZrWoKBgeNsTIA/330v220-2/online/image/2018/1207/7795840865_la-sonde-chang-e-3-a-atterri-sur-la-lune-le-14-decembre-2013.jpg