3 min de lecture High-tech

Pourquoi Google affiche les résultats des recherches en noir à la place du bleu

REPLAY - Le moteur de recherche du géant américain expérimente une nouvelle interface auprès d'utilisateurs du monde entier.

micro générique Clics à la une La rédaction de RTL
>
Pourquoi Google affiche les résultats des recherches en noir à la place du bleu Crédit Image : SIPA / Jeff Chiu | Crédit Média : Julien Absalon | Durée : | Date : La page de l'émission
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

En vous connectant à Google ce lundi 9 mai, vous vous êtes peut-être aperçu que quelque chose avait changé : les résultats des recherches s'affichent désormais en noir à la place du bleu emblématique du moteur de recherche. De nombreux utilisateurs ont rapporté ce changement ces dernières 24 heures aux États-Unis et ailleurs. Plusieurs journalistes de RTL.fr l'ont également constaté par eux-mêmes. 

Tous les utilisateurs ne sont pas concernés par ce lifting. Il s'agit a priori d'une expérimentation en cours auprès de certains internautes. Ainsi teintée de noir, la page de résultats de Google affiche une esthétique plus raffinée qu'avec sa traditionnelle couleur bleu. Le vert des URL ressort plus nettement mais la hiérarchie des résultats, tout comme la description des pages, sont moins évidents à distinguer. Selon un participant au forum Google Search Help, il est possible de rétablir les couleurs traditionnelles en se déconnectant puis en se connectant à nouveau à son compte Google.

Quand Google hésite entre deux nuances de bleu, il en teste 41

Ce n'est pas la première fois que Google expérimente des changements de design à plus ou moins grande échelle. Le moteur de recherche accorde énormément d'importance à l'expérience qu'il offre à ses utilisateurs et notamment à la couleur des différents éléments qui constituent ses pages. Des tests A/B, qui consistent à proposer plusieurs variantes de ses pages au sein desquelles ne diffère qu'un seul élément, sont régulièrement mis en oeuvre.

Prêter attention aux moindres détails a rapporté gros à l'entreprise par le passé. Lorsque Google a décidé d'introduire des publicités sur Gmail, un test a été déployé pour choisir entre plusieurs nuances de bleu la couleur des liens de redirection vers des sites internet. En 2014, le directeur général de Google au Royaume-Uni Dan Cobley a indiqué que cette expérimentation avait permis à l'entreprise de découvrir qu'une teinte légèrement violette était plus propice aux clics qu'un bleu légèrement teinté de vert et avait permis à Google de gagner 200 millions de dollars de revenus supplémentaires sur un an.

À lire aussi
La faille est apparue sur le modèle Galaxy S10. Samsung recommande d'effacer toutes ses empreintes à l'intérieur du téléphone. High-tech
Galaxy S10 : Samsung recommande de supprimer ses empreintes après une faille

Cette attention méticuleuse apportée aux détails a également valu certaines critiques à l'entreprise par le passé. Un ancien concepteur a par exemple justifié son départ de la société en 2009 par sa lassitude face à ces questionnements existentiels, rappelle The Telegraph. "Quand une équipe chez Google ne peut pas choisir entre deux bleu, elle en teste 41 pour voir lequel fonctionne le mieux. Je suis fatigué de débattre de telles décisions de conception minuscules. Il y a des problèmes de conception plus passionnants auxquels faire face dans ce monde".

Les géants du web scrutent leurs utilisateurs

Google n'est pas la seule société technologique à observer le comportement de ses utilisateurs. La plateforme de streaming vidéo payant Netflix a admis récemment qu'elle analysait les réactions de ses abonnés face aux changements de son interface, notamment en associant des vignettes différentes aux films et aux séries ajoutés à son catalogue.

Autre habitué des expériences comportementales réalisées à l'insu de ses utilisateurs, Facebook avait essuyé une vague d'indignation après avoir révélé qu'il avait conduit en 2012 une expérience secrète autour de la "contagion des émotions" en manipulant le flux d'actualité de près de 700.000 de ses membres sans qu'ils aient donné leur accord. Le réseau social avait finalement présenté ses excuses tout en s'abritant derrière une clause de sa politique de données. Ce qui ne l'a pas empêché de saboter volontairement son application Android auprès de certains de ses membres au début de l'année, afin de tester leur fidélité, au cas où il devrait entrer en guerre avec Google.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
High-tech Internet Google
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants