2 min de lecture High-tech

Pourquoi Facebook ne devrait pas chiffrer les messages par défaut dans Messenger

Selon "The Guardian", Facebook envisage de déployer dans les prochains mois une option permettant de chiffrer de bout en bout les conversations de son service de messagerie Messenger.

Facebook envisage de chiffrer les conversations de Messenger
Facebook envisage de chiffrer les conversations de Messenger Crédit : Facebook
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Les utilisateurs de Facebook Messenger seront bientôt confrontés à un choix. Souhaitent-ils bénéficier de paramètres de sécurité renforcés ou profiter d'une meilleure intelligence artificielle, plus intégrée à leur quotidien ? Selon le quotidien britannique The Guardian, qui cite trois sources proches du projet, Facebook envisage de déployer dans les prochains mois une option permettant de chiffrer de bout en bout les conversations de son service de messagerie Messenger, utilisé par plus de 900 millions de personnes à travers le monde. 

Le système permettra aux utilisateurs qui l'ont activé de sécuriser leurs messages en les rendant illisibles pour une personne extérieure à la conversation. Facebook lui-même ne pourra pas y accéder et répondre à d'éventuelles demandes d'accès des autorités. Le réseau social de Mark Zuckerberg marche dans les pas d'applications de messagerie comme WhatsApp, propriété de Facebook, Signal, Telegram ou Viber qui ont également opté pour cette technologie afin d'apaiser les craintes suscitées par les révélations d'Edward Snowden sur les pratiques de surveillance de l'agence américaine du renseignement.

La Silicon Valley prise dans ses contradictions

Contrairement à WhatsApp, le chiffrement de Messenger ne sera pas activé par défaut. Il prendra la forme d'une option à activer par les utilisateurs. Cette technologie entre conflit avec l'utilisation des intelligences artificielles intégrées par Facebook dans Messenger. Pour profiter pleinement des capacités d'assistance de son assistant virtuel, les algorithmes doivent être en mesure d'analyser les conversations, ce qui n'est possible que si les conversations ne sont pas cryptées.

C'est la raison pour laquelle Google a renoncé à déployer le chiffrement de bout en bout par défaut dans sa prochaine application Allo, au grand dam de nombreux experts en sécurité qui s'interrogent sur la pertinence d'une telle fonction, arguant que de nombreux utilisateurs ne feront pas la démarche de l'activer et qu'elle équivaut à une absence de sécurité. 

À lire aussi
La faille est apparue sur le modèle Galaxy S10. Samsung recommande d'effacer toutes ses empreintes à l'intérieur du téléphone. High-tech
Galaxy S10 : Samsung recommande de supprimer ses empreintes après une faille

Depuis le bras de fer entre Apple et le FBI au sujet du chiffrement de l'iPhone d'un terroriste, les entreprises de la Silicon Valley tentent de trouver le juste milieu entre des communications sécurisées et une évolution de leurs messagerie vers des plateformes regroupant tous les services en un même endroit.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
High-tech Facebook Sécurité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants