2 min de lecture Grande-Bretagne

Piggate : le scandale sexuel et porcin de David Cameron qui inspire Twitter

CLICS À LA UNE - Les révélations sur la jeunesse de David Cameron dans une biographie non-autorisée ont enflammé les réseaux sociaux.

micro générique Clics à la une La rédaction de RTL
>
Piggate : le scandale sexuel et porcin de David Cameron qui inspire Twitter Crédit Image : NIKLAS HALLE'N / AFP | Crédit Média : Aymeric Parthonnaud | Durée : | Date : La page de l'émission
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Comment y échapper ? L'histoire a tout pour plaire aux internautes : un homme politique de premier plan, un animal et un scandale de nature sexuelle. Sous le nom de code #Piggate (ou le scandale du cochon, en français), les internautes ont largement discuté ce lundi 21 septembre 2015 l'une des révélations d'une biographie non-autorisée du Premier ministre britannique David Cameron. Lors de la cérémonie d’initiation, David Cameron, alors étudiant à la prestigieuse université d'Oxford, aurait ainsi "mis ses parties intimes dans la gueule d’un cochon mort". La source de cette révélation ajoute avoir vu des photographies prouvant ses dires. La biographie est l'œuvre de Lord Ashcroft, un ancien du parti conservateur, qui souhaite se venger de David Cameron après avoir été éconduit alors qu'il espérait un haut poste ministériel.

Les tweets étaient du plus haut niveau sur le sujet : les photos de David Cameron dans des élevages porcins ont été retrouvées. Des jeux de mots en pagaille. Des détournements d'images aussi et même ce tweet philosophe de Marc Dorcel, le producteur français phare de films pornographiques : "Les anglais choqués par le #piggate. Habituez-vous, dans 30 ans nous serons envahis par les snaps (images) des politiques dans leur jeunesse"

À découvrir aussi dans Clics à la Une

Des émojis à la place d'un bouton "Je n'aime pas" sur Facebook ?

Vous vous rappelez du fameux bouton "Je n'aime pas" qui avait été évoqué comme une solution possible afin d'éviter d'aimer sur Facebook des statuts difficiles comme des ruptures, des décès etc ? Je vous disais la semaine dernière que ce bouton "Je n'aime pas" risquait de ne jamais voir le jour puisqu'il pourrait être utilisé à mauvais escient par les utilisateurs entre eux : imaginez-vous poster une photo de votre nouvelle coupe de cheveux et des amis viennent vous dire je n'aime pas… Pas très agréable. Ou encore du problème que cela pourrait poser aux marques et donc aux annonceurs : les consommateurs mécontents qui pourraient nuire à l'image d'une marque…

À lire aussi
Sarah Thomas a traversé quatre fois la Manche à l'âge de 37 ans records
Une Américaine traverse la Manche à la nage quatre fois de suite

Facebook devrait donc opter pour une solution plus variée et plus empathique d'après des brevets déposés en 2013 et 2014 avec des petites choses que connaissent très bien les internautes : les émojis (ou emoticon ou encore smiley). Smiley triste pour une rupture, avec des lunettes de soleil pour un départ en vacances voilà vers quoi le géant de Mark Zuckerberg irait.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grande-Bretagne David Cameron Animaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7779805783
Piggate : le scandale sexuel et porcin de David Cameron qui inspire Twitter
Piggate : le scandale sexuel et porcin de David Cameron qui inspire Twitter
CLICS À LA UNE - Les révélations sur la jeunesse de David Cameron dans une biographie non-autorisée ont enflammé les réseaux sociaux.
https://www.rtl.fr/actu/futur/piggate-le-scandale-sexuel-et-porcin-de-david-cameron-qui-inspire-twitter-7779805783
2015-09-21 23:51:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/nuATs2tn_ooWI4XuRDJyrg/330v220-2/online/image/2015/0921/7779805799_david-cameron-le-7-juillet-2015.jpg