2 min de lecture Connecté

Comment la Libra de Facebook va révolutionner le monde du paiement

ÉDITO - Le projet de cryptomonnaie du groupe de Mark Zuckerberg, prévu pour 2020, va mettre un grand coup de pied dans la fourmilière en bouleversant les codes monétaires actuels.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Monnaie virtuelle : "Libra va révolutionner le monde du paiement", selon Martial You Crédit Image : FABRICE COFFRINI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Venantia Petillault

Elle s'appellera Libra. En 2020, Facebook a bien l'intention de mettre en circulation sa première monnaie virtuelle. 

C'est ce qu'on appelle des cryptomonnaies. Autrement dit, ce sont des monnaies virtuelles qui n'existent pas sous forme de pièces ou de billets. Libra aura une valeur qui sera calquée sur le dollar, l'euro et le yuan, les principales monnaies de référence dans le monde. Elle permettra aux 2 milliards d'utilisateurs de Facebook et de ses filiales de faire du commerce entre eux : c'est-à-dire de s'envoyer de l'argent d'un compte Facebook à un autre.

C'est une révolution dans le monde du paiement. Le premier changement de taille, c'est que l'on sort les cryptomonnaies de la niche où elles sont aujourd'hui, qui est réservée à des fans d'informatique. 

Les Bitcoins ce sont les montagnes russes : la valeur peut monter très haut comme redescendre très bas. Mais Facebook, avec ses milliards d'abonnés ne prend pas trop de risque. Pour les consommateurs, c'est aussi plus rassurant car l'échange se fait avec ses propres connaissances. Facebook réussi donc à toucher une autre génération de consommateurs qui sont nés avec le digital, qui ont l'habitude du e-commerce et des réseaux sociaux. 

Facebook va devenir un site marchand

À lire aussi
Un homme sur son smartphone dans le métro parisien le 23 mars 2020 Connecté
Coronavirus : vers une application de suivi des malades respectueuse de la vie privée ?

Le Libra de Facebook peut changer l'ensemble du commerce mondial dans les années qui viennent. Avec une telle force de frappe, il concurrencera d'autres géants qui vont devoir réagir comme Amazon, Alibaba...

Certains groupes ont d'ailleurs accepté de recevoir des paiements en Libra de Facebook comme Uber et Spotify. Les banques risquent aussi d'être contournées, car nous n'aurons plus besoin d'elles pour réaliser des achats.

Le Libra remet même en cause la souveraineté des États. La France fait partie des pays les plus opposés à cette monnaie apatride. Les états ont la main sur la législation et ont le pouvoir de limiter l'usage de ces monnaies virtuelles.

Par exemple, l'Américain Visa s'est retiré et la banque de France va lancer début 2020, sa propre monnaie virtuelle, tant qu'elle peut encore occuper ce terrain là avant Facebook. C'est une première pour la France qui a ensuite vocation a lancé un e-euro pour toute la zone, c'est-à-dire un euro virtuel.  

La crise des subprimes a cassé une confiance dans le système. Les jeunes générations n'envisagent pas les géants d'internet comme des dangers. Ils accordent d'ailleurs plus de confiance à une marque qu'ils connaissent plutôt qu'à un État ou une institution. 

Il y a 200 ans, aux États-Unis, chaque commerçant avait sa propre monnaie. Puis le dollar a été crée pour fluidifier le commerce sur tout le territoire et pour unifier le pays

Mais aujourd'hui, dans une économie mondialisée, le trait d'union entre les consommateurs et les citoyens passe par Internet. C'est d'ailleurs bien pour cela que les Etats prennent le Libra de Facebook très au sérieux. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Économie Monnaie virtuelle
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants