2 min de lecture La tête dans les étoiles

Les secrets de fabrication d'Ariane 6, qui prendra la relève d'Ariane 5 en 2023

LA TÊTE DANS LES ÉTOILES - Ce nouveau lanceur doit permettre à l'Europe de résister à la concurrence féroce de Space X, l'entreprise d'Elon Musk.

micro générique La tête dans les étoiles 2019 Sophie Joussellin iTunes RSS
>
Les secrets de fabrication d'Ariane 6, qui prendra la relève d'Ariane 5 en 2023 Crédit Image : John MACDOUGALL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Sophie Jousselin
Sophie Joussellin
édité par Léa Stassinet

En 2012, Elon Musk annonçait la couleur : "Ariane 5 n'a aucune chance, elle ne peut pas rivaliser avec nos lanceurs Falcon 9 et Falcon Heavy. Si j'étais à leur place, j'irais vers Ariane 6, c'est ça la bonne direction".

Depuis, Space X est devenu leader sur le marché des lanceurs. Et bientôt Ariane 5 laissera sa place à Ariane 6. L'Agence spatiale européenne a donné le feu vert à la nouvelle fusée européenne en 2016. Elle devrait coûter 30 à 40% moins cher à fabriquer. 

Aux Mureaux, dans les Yvelines, la construction du premier étage de la nouvelle Ariane a été lancée il y a quelques mois. Pour réduire les coûts, l'entreprise a adopté de nouvelles méthodes de travail. "Ce qui frappe d'emblée, c’est que tout a été pensé et conçu à l’horizontal, c'est moins cher à entretenir et à chauffer", explique Stéphane Israël, le PDG d'Ariane Espace.

Ces nouvelles façons de travailler s'appliquent aussi à l'assemblage du nouveau moteur Vulcain à Vernon, dans l'Eure, avec à la clé un gain de temps appréciable. "Pour Ariane 5 , on a 30 à 40% de temps de manipulation du moteur. Là, sur cet outillage, le moteur est accroché a l'outillage et ne bouge plus. En revanche, c'est l'outillage qui amène le moteur à l'opérateur et ce n'est plus le moteur qui se déplace de poste en poste et ça, c’est vraiment une révolution dans notre manière de monter les moteurs. On divise par deux le cycle de réalisation de montage de nos moteurs", détaille Philippe Girard, responsable propulsion liquide chez Ariane.

Des lanceurs réutilisables comme chez Space X ?

À lire aussi
Aldrin sur la Lune au cours de la mission Apollo 11 le 21 juillet 1969 La tête dans les étoiles
47 ans après le dernier homme sur la Lune, qui y retournera en premier ?

Peu à peu, l'entreprise intègre également l'utilisation des nouvelles technologies. Notamment l'impression 3D, qui réduit le coup de fabrication. Évidemment se pose aussi la question des lanceurs réutilisables, comme chez Space X. Chez Ariane, le choix n'est pas fait mais on travaille sur un concept de nouveau moteur, Prometheus, à l'horizon 2030. Il intégrera peut-être un étage de lanceur qui pourrait servir plusieurs fois.


"Là où le moteur Vulcain 2 d’Ariane 5 vaut à peu près 10 millions d’euros, on vise un moteur à un million d’euros. Deuxième point, on cherche à avoir un vrai moteur capable d’être réutilisé facilement. Donc on est sur des fourchettes de taux de réutilisation qui sont entre 5 et 10", précise Philippe Girard. 

Premier vol prévu au second semestre 2020

Contrairement à Ariane 5 conçue pour lancers de lourdes charges, Ariane 6 existera en 2 versions pour s'adapter à la diversité des satellites à lancer. 

Pour être rentable, Ariane 6 devra effectuer au minimum 9 missions par an. Le premier vol, prévu au second semestre 2020, mettra en orbite les satellites de la constellation Oneweb. Ariane 5 prendra sa retraite en 2022 et Ariane 6 la remplacera totalement à partir de 2023. 


La rédaction vous recommande
Lire la suite
La tête dans les étoiles Propulsé Espace
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants