1 min de lecture Intelligence artificielle

Les robots "sont une nouvelle espèce avec laquelle il va falloir vivre"

INVITÉ RTL - Alain Bensoussan, spécialiste de l'intelligence artificielle, explique pourquoi il ne faut pas avoir peur du progrès en robotique.

L'invité RTL du week-end
Les robots "sont une nouvelle espèce avec laquelle il va falloir vivre"
Crédit Média : Bernard Poirette Crédit Image : iStock / Getty Images Plus

"Ce n'est pas de la magie. On est en présence de cerveaux artificiels primitifs." Alain Bensoussan, spécialiste de l'intelligence artificielle, est l'invité de RTL ce samedi 27 janvier. Il explique comment fonctionnent ces "I.A". "C'est en fait des algorithmes : une suite d'instructions, d'actions, qui permettent d'atteindre un résultat. Vous cherchez à jouer au jeu d'échecs et vous jouez contre cette intelligence artificielle, et elle vous bat malheureusement", s'amuse ce passionné.

Pour Alain Bensoussan, l'avenir avec les robots ne doit pas effrayer l'humanité. "Le monde de demain est un monde où les hommes et les robots devront apprendre à vivre - plutôt à survivre - ensemble. C'est la mixité qui est le point important, exactement comme l'informatique en 1978 ou l'internet en 1995. Nous sommes à l'aube d'une nouvelle civilisation où les robots ne sont pas des 'humains moins', ce ne sont pas des 'objets plus', ni des animaux, ni des enfants, c'est une nouvelle espèce avec laquelle il va falloir s'habituer à vivre", estime-t-il.

Pour Alain Bensoussan, les intelligences artificielles sont déjà capables de s'affranchir de l'autorité humaine. "Les I.A. sont capables de se modifier. Elles savent lire, écrire, elles apprennent", explique-t-il en illustrant par l'exemple. 

"Deux I.A., à un moment donné, ne veulent pas que les humains sachent ce qu'elles disent. Elles vont sur Wikipedia. Leur intelligence, c'est d'abord et avant tout Wikipedia. Elles lisent et là, elles s'aperçoivent que pour pouvoir être en situation d'échanges confidentiels il suffit de crypter. Alors elles vont vont à 'cryptographie', elles lisent 'cryptographie' et là on leur dit 'il faut prendre un programme de PGP'. Alors elles vont sur un site de téléchargement, elles téléchargent et elles cryptent et donc nous, humains, on n'est plus capables de les comprendre". De quoi revoir avec modestie la prédominance de l'intelligence humaine.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés