1 min de lecture Chine

Les faux "gentils" robots de l'Empire du milieu

En Chine, pays des robots s'il en est, deux faux gentils robots font leur entrée dans la vie quotidienne des habitants.

Sophie Jousselin Innovations week-end Sophie Joussellin
>
Innovations week-end du 01 juillet 2018 Crédit Image : TechNode/Frank Hersey | Crédit Média : Sophie Joussellin | Durée : | Date : La page de l'émission
Sophie Jousselin
Sophie Joussellin
Journaliste RTL

C'est un petit chien robot qui fait la gueule. Il a un air boudeur, il est assis sur son derrière, les pattes avant croisées sur la poitrine, le regard grave et son maître, son inventeur, un étudiant chinois l'a surnommé "mauvais chien".

Pourtant, ce n'est pas du tout un mauvais chien, c'est même un très gentil toutou. Il s'appelle en réalité Fuli et a été inventé pour rompre la solitude de son maître et surveiller sa santé. Par exemple, si la personne reste immobile trop longtemps, il est capable de savoir si elle fait la sieste, si elle est malade, voire morte. Il peut si besoin appeler les secours. Il sait aussi débloquer une serrure électronique et ouvrir la porte à un livreur. 

Mis ce robot-toutou peut devenir moins sympathique si son maître n'est pas gentil avec lui. Car Fuli estime qu'on doit être gentil avec lui puisque lui est gentil avec vous. Ca veut dire le caresser régulièrement, lui parler. Il est d'ailleurs bardé de capteurs qui enregistrent les caresses du maître sur son chien robot en plastique et les paroles qu'il lui adresse. 

Si son maître ne lui montre pas de signes d'affection, ses yeux deviennent rouges, il s'approche de son maître et lui envoie des décharges électriques, pas trop fortes bien sûr. Il veut ainsi inciter son maître à s'occuper de lui comme s'il avait un vrai animal de compagnie.

À lire aussi
Un homme portant un masque avec des larmes de sang pour protester contre le sort réservé aux Ouïghours en Chine lors d'une manifestation en Belgique en 2018 Connecté
La Chine utilise le profilage génétique pour surveiller sa population avec l'aide de l'Occident

La colombe, symbole de la paix est elle aussi déclinée en robots. Les autorités chinoises ont décidé d'utiliser ces drones, qui ressemblent à s'y méprendre à des oiseaux, pour surveiller la population en toute discrétion. Apparemment, cette pratique aurait commencé il y a quelques années dans une demi-douzaine de provinces. 

Le drone-colombe de surveillance
Le drone-colombe de surveillance Crédit : Northwester polytecnical University

Elles volent à 40 km/h et chaque volatile a une autonomie de 30 minutes. Grâce à leur caméra HD, leur système GPS et leurs liaisons satellites, elles envoient des images aux autorités. Elles peuvent ainsi localiser tout mouvement de foule, tout regroupement suspect. Une des régions qui les utiliseraient le plus est le Xinjiang qui a des veléités indépendantistes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Chine Chiens Robots
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants