2 min de lecture Propulsé

Le Soyouz transportant Fedor, le robot humanoïde russe, n'a pas réussi à s'arrimer à l'ISS

À bord de la Station spatiale internationale, Fedor était censé tester ses capacités en conditions de gravité très basse.

Un vaisseau arrimé à la Station spatiale internationale (illustration)
Un vaisseau arrimé à la Station spatiale internationale (illustration) Crédit : -- / AFP
Leia Hoarau
Leia Hoarau
et AFP

Le vaisseau spatial Soyouz, transportant le premier robot humanoïde russe Fedor à son bord, n'est pas parvenu à s'arrimer samedi à la Station spatiale internationale (ISS) à l'heure prévue, ont rapporté les agences de presse russes.

Prévu pour 5h30 GMT en régime automatique, l'arrimage n'a pas eu lieu et le vaisseau a dû recommencer les manœuvres en vue de s'arrimer, avant de s'éloigner de l'ISS à une "distance de sécurité", ont précisé les agences de presse russes, citant le Centre russe de contrôle des vols spatiaux. Le vaisseau n'a pas pu s'arrimer à l'ISS à l'heure prévue en raison de "défaillances" dans le système d'arrimage de cette dernière, selon une source au sein de l'industrie spatiale russe citée par l'agence de presse publique RIA Novosti.

Une réunion d'urgence visant à décider une éventuelle deuxième tentative d'arrimage était en cours au Centre de contrôle des vols spatiaux, selon la même source. Il s'agit d'une nouvelle déconvenue pour le secteur spatial russe qui a enchaîné ces dernières années accidents humiliants et scandales de corruption

Conquérir l'espace lointain

Le robot, qui porte le numéro d'identification Skybot F850, a décollé jeudi 22 août du cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan. Fedor, au corps anthropomorphe argenté, mesure 1,80 m de haut et pèse 160 kg. Son nom correspond à l'acronyme de "Final Experimental Demonstration Object Research". 

À lire aussi
Le bolide, invisible sur les images, est capable d'atteindre les 10.620 km/h Propulsé
États-Unis : l'armée dévoile un véhicule se déplaçant à plus de 10.000 km/h

Ce robot dispose de comptes sur les réseaux sociaux Instagram et Twitter, qui détaillent sa vie quotidienne. À bord de l'ISS, Fedor était censé tester ses capacités en conditions de gravité très basse, sous la supervision du cosmonaute russe Alexandre Skvortsov. 

Parmi ses principaux savoir-faire figure notamment celui d'imiter les mouvements humains, ce qui veut dire qu'il pourrait aider les spationautes à réaliser leurs tâches. Ses opérations devaient l'amener à manier un tournevis ou des clés, selon Alexandre Blochenko, le directeur des programmes prometteurs à l'Agence spatiale russe (Roskosmos).

Ce robot a été conçu pour travailler dans les conditions les plus difficiles qui seraient dangereuses pour l'homme, a précisé Alexandre Blochenko dans un récent entretien avec le journal officiel Rossiïskaïa Gazeta. Les autorités russes ont également dit vouloir utiliser Fedor à l'avenir pour la conquête de l'espace lointain.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Propulsé Espace ISS
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7798219829
Le Soyouz transportant Fedor, le robot humanoïde russe, n'a pas réussi à s'arrimer à l'ISS
Le Soyouz transportant Fedor, le robot humanoïde russe, n'a pas réussi à s'arrimer à l'ISS
À bord de la Station spatiale internationale, Fedor était censé tester ses capacités en conditions de gravité très basse.
https://www.rtl.fr/actu/futur/le-soyouz-transportant-fiodor-le-robot-humanoide-russe-n-a-pas-reussi-a-s-arrimer-a-l-iss-7798219829
2019-08-24 08:39:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/l7SYTBvFYZrHgp6nVYoSzA/330v220-2/online/image/2016/1005/7785124035_un-vaisseau-arrime-a-la-station-spatiale-internationale-illustration.jpg