2 min de lecture Connecté

La France et Facebook s'allient pour lutter contre la haine sur Internet

Emmanuel Macron a annoncé lundi 2 novembre la mise en place d'un groupe de travail commun avec Facebook. Pendant six mois, des représentants des autorités françaises pourront accéder aux outils et au personnel du réseau social chargés de faire la chasse aux discours haineux.

L'origine du groupe de travail commun entre la France et Facebook a pour origine le sommet Tech for Good qui s'est tenu en mai 2018 à Paris
L'origine du groupe de travail commun entre la France et Facebook a pour origine le sommet Tech for Good qui s'est tenu en mai 2018 à Paris Crédit : AFP
BenjaminHuepro
Benjamin Hue
et AFP

C'est une première mondiale. Facebook va entrouvrir ses portes à la France pour faire la chasse aux discours haineux sur ses plateformes. Le président de la République Emmanuel Macron a annoncé lundi 12 novembre, lors d'un discours au Forum sur la gouvernance d'Internet, la mise en place d'une expérience pilote de corégulation inédite pour lutter contre les contenus racistes, antisémites, sexistes ou homophobes sur le Web.

Début 2019, l'entreprise de Mark Zuckerberg accueillera pour six mois une délégation de régulateurs français qui pourront accéder aux outils et aux experts de Facebook en charge du contrôle des contenus sensibles sur la plateforme, fait savoir Le Monde.

Selon le quotidien du soir, ce groupe d'une dizaine de personnes sera composé pour moitié d'employés du réseau social et de représentants de régulateurs français des télécommunications, comme l'Arcep ou le ministère de la Justice.

À lire aussi
Adopte un gilet jaune 40 Connecté
"Gilets jaunes" : un groupe Facebook réunit des manifestants célibataires

Des experts français à Dublin et en Californie

Cette initiative vise à approfondir le dialogue entre la France et la plateforme aux 2,2 milliards d'utilisateurs, dont 35 millions d'internautes français, sur une problématique où les échanges n'ont pas toujours été évidents jusqu'ici. "Je me réjouis de cette démarche expérimentale très innovante qui permettra de réfléchir très concrètement aux meilleures voies pour garantir que les grandes plateformes appliquent un haut niveau de qualité dans la modération des contenus", a souligné Emmanuel Macron.

Facebook a confirmé la constitution d'un groupe de travail et indiqué que les régulateurs français pourront se rendre sur différents sites de l'entreprise autour du monde, dont son siège européen de Dublin et son quartier général californien de Menlo Park. Selon l'Élysée, l'idée de ce groupe de travail est née des discussions entre Emmanuel Macron et Mark Zuckerberg lors du sommet Tech for Good qui s'est tenu en mai à Paris.

Jamais Facebook n'avait amorcé une telle ouverture vers les autorités d'un pays. Cette annonce intervient alors que l'idée de réguler les grandes plateformes Internet apparaît de plus en plus inéluctable pour les décideurs politiques européens et américains. En Allemagne, qui a récemment fait le choix d'une régulation lourde, les plateformes s'exposent désormais à une amende de 50 millions d'euros si elles ne retirent pas les contenus haineux sous 24 heures.

Facebook accepte l'idée "d'un besoin de régulation"

La France et Facebook ont opté pour une approche plus souple. "États et acteurs privés du réseau mondial doivent "apprendre à réguler ensemble", pour "sauver l'Internet libre" des menaces qui se font de plus en plus précises contre lui, a insisté Emmanuel Macron.  Par cette initiative, la France espère saisir les contraintes inhérentes à la société, pouvoir suggérer de possibles améliorations tout en mettant à niveau ses experts.

L'ancien vice-Premier ministre britannique Nick Clegg, nouveau directeur des affaires publiques de Facebook pour le monde, a déclaré pour sa part que le réseau social acceptait l'idée d'un "besoin de régulation". "Le meilleur moyen de s'assurer qu'une régulation est intelligente et fonctionne (...) est que les gouvernements, les régulateurs et les entreprises travaillent ensemble pour apprendre de chacun et explorer des idées", a-t-il indiqué, cité par un communiqué de Facebook.  

Lors de son discours, Emmanuel Macron a également présenté l'appel de Paris pour la sécurité et la confiance dans le cyberespace, un texte visant à relancer les négociations sur un cadre juridique de bonne conduite sur Internet ratifié par plus de 370 États, organisations civiles et entreprises.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Facebook France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795540884
La France et Facebook s'allient pour lutter contre la haine sur Internet
La France et Facebook s'allient pour lutter contre la haine sur Internet
Emmanuel Macron a annoncé lundi 2 novembre la mise en place d'un groupe de travail commun avec Facebook. Pendant six mois, des représentants des autorités françaises pourront accéder aux outils et au personnel du réseau social chargés de faire la chasse aux discours haineux.
https://www.rtl.fr/actu/futur/la-france-et-facebook-s-allient-pour-lutter-contre-la-haine-sur-internet-7795540884
2018-11-12 20:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/p61nKXSRGCmggcAJUSJ7Jg/330v220-2/online/image/2018/1112/7795540858_l-origine-du-groupe-de-travail-commun-entre-la-france-et-facebook-a-pour-origine-le-sommet-tech-for-good-qui-s-est-tenu-en-mai-2018-a-paris.jpg