2 min de lecture Propulsé

La Chine va mettre en orbite sa nouvelle station spatiale l'année prochaine

L'agence spatiale chinoise souhaite achever la construction de sa future station spatiale d'ici 2023. Onze lancements sont prévus pour assembler les trois modules de l'engin qui est censé pouvoir accueillir trois astronautes en permanence.

Ce modèle de taïkonaute recouvre la réplique de la station spatiale chinoise, présentée lors du salon Airshow China à Zhuhai
Ce modèle de taïkonaute recouvre la réplique de la station spatiale chinoise, présentée lors du salon Airshow China à Zhuhai Crédit : WANG ZHAO / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Alors que les Etats-Unis viennent de retrouver leur autonomie spatiale, la Chine prépare son arrivée en orbite de la Terre. L'agence spatiale chinoise a annoncé le 28 mai que la future station spatiale du pays, Tiangong-3 ou "palais céleste 3", sera assemblée entre 2021 et 2023, rapporte SpaceNews. Pas moins de onze vols seront lancés ces deux prochaines années afin de mettre en orbite et assembler les trois modules de cette station d'une soixantaine de tonnes censée pouvoir accueillir trois "taïkonautes" simultanément pour des missions scientifiques de six mois.

Le lancement du module principal, le lieu de vie et de travail des astronautes dans la station, devrait intervenir dès le début de l'année prochaine. Il sera suivi d'un vol habité puis d'un vol de ravitaillement. Cette nouvelle étape du programme spatial chinois intervient quelques semaines après le succès du test de la dernière version du lanceur Long Marche 5 et d'un prototype de capsule dédiée aux vols habités qui avait rassuré le pays sur ses capacités après plusieurs échecs passés.

Avec son nouveau "palais céleste", qui succède à deux prototypes de station spatiale brièvement occupés par des équipages, la Chine pourrait bientôt être la seule puissance à disposer d'une installation orbitale en service puisque la Station spatiale internationale (ISS) est appelée à disparaître dans sa forme actuelle d'ici à 2025 au profit d'une station située près de la Lune, le Lunar Orbital Platform Gateway. Malgré sa conception chinoise, Tiangong-3 sera accessible à tous les pays désireux d'y mener des expériences scientifiques.

Prototype de la future station spatiale chinoise
Prototype de la future station spatiale chinoise Crédit : China National Space Administration (CNSA)

Tiangong-3 est le symbole des ambitions spatiales de la Chine. Le pays investit des milliards dans le secteur pour mettre des satellites en orbite et mener des missions d'exploration. La Chine est devenue début 2019 la première nation à faire atterrir une sonde sur la face cachée de la Lune. Un prélude à l'envoi d'un homme et à l'établissement d'une base sur l'astre lunaire dans la prochaine décennie. La Chine prévoit également de lancer une sonde vers Mars d'ici la fin de l'été pour y faire évoluer un petit robot téléguidé, une manoeuvre que seuls les Etats-Unis ont réussi à ce jour.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Propulsé Espace Chine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants