2 min de lecture Histoire

L'homme de Florès, le "Hobbit" de la Préhistoire, n'est pas de notre espèce "Homo sapiens"

Découvert en 2003, l'homme de Florès, vieux de 18.000 ans, mesurait environ 1 mètre et son crâne n'était pas plus grand que celui d'un chimpanzé.

Le crâne d'Homo floresiensis à gauche lors de sa découverte à Yogyakarta (Indonésie)
Le crâne d'Homo floresiensis à gauche lors de sa découverte à Yogyakarta (Indonésie) Crédit : AP/SIPA
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Depuis sa découverte en 2003 dans une caverne de Florès, une île indonésienne, ce petit crâne fascine les scientifiques du monde entier. D'après les premières mesures et extrapolations des scientifiques, l'Homo floresiensis, qui foulait la Terre il y a 18.000 ans, mesurait 1 mètre, pesait 25 kg et son cerveau était comparable à celui d'un chimpanzé en poids et taille. 

Immédiatement, la communauté scientifique s'est déchirée sur l'ascendance et la descendance de l'homme de Florès. Cousin éloigné de l'Homo sapiens ? Nouvelle espèce de primate ? Descendant de l'Homo erectus, plus petit à cause d'un manque de ressources dans son environnement ? L'une des théories les plus discutées fut celle faisant de Homo florensiensis, un Homo sapiens malade, atteint de nanisme, de microcéphalie ou encore de trisomie. Les médias, eux, se sont focalisés sur la petite taille de l'individu et l'ont surnommé le "Hobbit de la préhistoire", référence directe aux personnages de l'oeuvre de J.R.R. Tolkien.

Il n'est pas un Homo sapiens malade

Dans une étude publiée dans le Journal of Human Evolution le 15 février 2016, la piste d'une proximité avec l'Homo sapiens, l'être humain contemporain, a été écartée. L'homme de Florès "n'a clairement pas les caractéristiques d'un Homo sapiens", a déclaré Antoine Balzeau, chargé de recherche au CNRS. "On se basait sur des images où on ne voyait pas grand chose. C'était important de compléter la description du crâne pour arrêter de parler dans le vide". Avec Philippe Charlier, paléontologiste et spécialiste français des énigmes médico-historiques (il est celui qui a reconstitué le visage d'Henri IV), ils ont procédé à l'étude d'images de très haute résolution, réalisés il y a peu au Japon. 

"On a eu accès à tout ce qui est à l'intérieur de l'os et on a pu étudier la structure du crâne", explique Antoine Balzeau. "Dans l'os crânien, il y a plusieurs couches différentes, plein d'informations". Selon l'étude, la structure et la forme du crâne montrent de claires ressemblances avec Homo erectus. Aucune trace en revanche du nanisme ou de la trisomie connue chez l'Homo sapiens. Reste à savoir si l'homme de Florès est un Homo erectus différent ou une toute autre espèce. Pour l'heure, les scientifiques ont besoin d'autres éléments que l'étude du cerveau de Homo floresiensis pourrait bientôt apporter.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Histoire Découverte scientifique Sciences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants