3 min de lecture Connecté

Journée pour un Internet sans crainte : comment repérer les "fake news"

La journée pour un Internet sans crainte a lieu ce mardi 6 février pour sensibiliser les jeunes à la nécessité de développer un esprit critique et leur donner les bons réflexes face aux informations qu'ils voient sur le Web.

Une salle de classe avec des ordinateurs, à Montpellier le 28 septembre 2015
Une salle de classe avec des ordinateurs, à Montpellier le 28 septembre 2015 Crédit : SYLVAIN THOMAS / AFP
BenjaminHuepro
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Une journée pour promouvoir un usage plus sûr d'Internet pour les enfants et les jeunes. La journée pour un Internet sans crainte (aussi connue sous le nom de "Safer Internet Day") a lieu ce mardi 6 février avec pour thème principal les fausses informations, ou "fake news", au sortir d'une période marquée par la propagation de nombreuses informations délibérément fausses, rumeurs et autres manipulations - à l'occasion des dernières campagnes électorales aux États-Unis et en France notamment.

Dans un contexte de défiance généralisée envers les médias et l'information, l'objectif de cette journée de sensibilisation est de "développer l'esprit critique et donner aux jeunes les bons réflexes face aux infos qu'ils voient sur Internet", explique à l'AFP, Cécile Rousselle, coordinatrice du programme Internet sans crainte pour la France.

Organisé à l'initiative de la Commission européenne dans 110 pays, l'événement sera l'occasion pour les établissements scolaires de mettre en place des ateliers et conférences autour de la thématique des "fake news". Dans cette perspective, des ressources en ligne pédagogiques à destination des 7/12 ans, des 13/18 ans et des parents sont disponibles en accès libre sur le site du programme durant tous le mois de février.

À lire aussi
Une personne codant sur un ordinateur (illustration) Connecté
Tchap : la nouvelle messagerie sécurisée de l'État français déjà piratée

Le principe élémentaire : identifier d'où vient l'information

Pour éviter que les plus jeunes ne tombent dans le piège des "fake news", "on ne se place pas sur un plan consistant à dire ce qui est vrai et ce qui est faux.  Mais on propose une démarche intellectuelle, proche des méthodes journalistiques : on s'interroge sur la source de cette information, comment elle a été diffusée, comment en vérifier la crédibilité et la fiabilité...", explique Cécile Rousselle.

L'un des meilleurs moyens de débusquer une fake news est de s'interroger sur la provenance de l'information, en se demandant qui parle, si la source est officielle (gouvernement, autorités, entreprise) ou non. Croiser les sources permet de vérifier si l'information est relayée par plusieurs médias de confiance puis de remonter à la source initiale. Plus l'information est éloignée de la source primaire, plus elle a de chances d'être erronée.

Remonter à la source permet aussi de s'assurer qu'il s'agit d'un site d'information, d'un site parodique, d'un site de divertissement ou d'un forum. La rubrique "à propos" permet généralement de se renseigner sur l'identité d'un site. L'identité de l'auteur donne aussi des éléments de compréhension. Est-il un journaliste ou un militant ? Où se trouve-t-il ? A-t-il pu assister aux événements qu'ils décrit ?

Des outils pour vérifier en cas de doute

Les images doivent être traitées avec attention. Les photos et vidéos utilisées pour illustrer un article peuvent avoir été choisies pour manipuler le lecteur. La date doit être cohérente avec les faits décrits, le décor, la langue et la tenue des sujets doivent l'être avec le pays dans lequel est censé se dérouler l'action. Amnesty International, Tineye et Google fournissent des outils en ligne permettant de vérifier quand des images ont été mises en ligne.

Certains sites d'information consacrent des rubriques entières à la lutte contre la désinformation, comme Arrêt sur imagesLe Monde ou Libération. Une quinzaine de médias français sont également alliés au réseau First Draft (Facebook et Google) pour contrer les fausses informations à travers le dispositif Cross Check en permettant aux internautes de signaler aux médias les informations qui leur paraissent douteuses. YouTube va bientôt signaler aux internautes lorsqu'une vidéo diffusée sur sa plateforme provient d'un média financé par un État.

Former l'esprit critique des enfants

Plus largement, la formation d'un esprit critique est essentielle pour permettre aux plus jeunes de décrypter l'actualité. "Les enfants doivent être éduqués à l'image en général. Très tôt, il faut leur montrer comment est tourné un film, comment est prise une photo, et leur parler du cadre ; quand on élargit, qu'est-ce qu'on voit autour ? Derrière chaque photo, chaque histoire, il y a un parti pris", explique encore Cécile Rousselle au site de l'hebdomadaire La Vie.

Dans cette perspective, les enfants peuvent consulter des sources d'information adaptées à leur âge comme Mon Quotidien1jour1ActuLe Journal des EnfantsLe P'tit LibéArte JuniorFranceTVEducation ou L'actu pour les enfants

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Information Médias
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792139992
Journée pour un Internet sans crainte : comment repérer les "fake news"
Journée pour un Internet sans crainte : comment repérer les "fake news"
La journée pour un Internet sans crainte a lieu ce mardi 6 février pour sensibiliser les jeunes à la nécessité de développer un esprit critique et leur donner les bons réflexes face aux informations qu'ils voient sur le Web.
https://www.rtl.fr/actu/futur/journee-pour-un-internet-sans-crainte-comment-reperer-les-fake-news-7792139992
2018-02-06 07:02:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/CMNetdcQ_3YWyFz2j3fXGA/330v220-2/online/image/2017/0831/7789901179_une-salle-de-classe-avec-des-ordinateurs-a-montpellier-le-28-septembre-2015.jpg