3 min de lecture Augmenté

Intelligence artificielle : comment la France veut rattraper la Chine et les États-Unis

Le gouvernement a dévoilé les grandes lignes de sa stratégie de recherche en intelligence artificielle qui prévoit au minimum 665 millions d'euros de dépenses jusqu'en 2022.

L'intelligence artificielle est au coeur des nouvelles luttes de pouvoir entre les États
L'intelligence artificielle est au coeur des nouvelles luttes de pouvoir entre les États
BenjaminHuepro
Benjamin Hue
Journaliste RTL

La France ne veut pas rater le train de l'intelligence artificielle. Depuis plus d'un an, le gouvernement façonne les contours de son plan pour développer cette technologie appelée à révolutionner tous les pans de l'économie et la société. Conceptualisée par Alan Turing dans les années 50, l'intelligence artificielle (la capacité d'une machine à produire un comportement intelligent) est au coeur des nouvelles luttes de pouvoir entre les États. La France dispose d'un savoir faire théorique certain en la matière grâce à l'excellence de sa formation en mathématiques et en informatique. Ses cerveaux sont très recherchés, mais elle manque encore de groupes leaders.

Pour ne pas perdre de terrain sur les États-Unis et la Chine, les leaders du secteur, et des pays émergents de la discipline comme le Canada, Israël et le Royaume-Uni, Emmanuel Macron a annoncé en mars dernier que l'État allait allouer une enveloppe d'un milliard et demi d'euros sur l'ensemble du quinquennat pour développer l'écosystème français. Le plan s'inspire du rapport commandé en septembre au mathématicien et député LREM Cédric Villani qui avait mis en lumière plusieurs axes stratégiques : favoriser un meilleur accès aux données dans le public et le privé, déterminer des secteurs prioritaires (défense, santé, sécurité...), défendre une intelligence artificielle éthique et développer la recherche.


La ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche Frédérique Vidal et le secrétaire d'État au numérique Mounir Mahjoubi ont dévoilé mercredi 28 novembre à Toulouse la stratégie du gouvernement pour ce dernier volet. Selon les grandes lignes du plan, 665 millions d'euros vont être alloués à la recherche en intelligence artificielle jusqu'en 2022 dans le budget de l'État. L'objectif est de faire en sorte que la France soit capable, avec l'Allemagne et l'Union européenne, de rivaliser avec la Chine et les États-Unis en matière d'IA, souligne-t-on dans l'entourage de Frédérique Vidal.

À lire aussi
Franky Zapata et son hoverboard le 24 juin 2018 Augmenté
VIDÉO - Un hoverboard aux applications militaires intéresse l'armée

Des pôles de compétence et des superordinateurs

Pour réaliser ces desseins, la France va consacrer 200 millions d'euros aux "3IA", des pôles de compétence interdisciplinaires ayant vocation à devenir les têtes de pont de la recherche française en IA en rapprochant le privé et le public. Quatre pôles universitaires sont candidats, Paris, Grenoble, Nice et Toulouse. Ils sauront au printemps s'ils reçoivent le label 3IA et les financements qui vont avec. Une centaine de millions d'euros supplémentaires viendront des entreprises. 

Pour enrayer la fuite des meilleurs cerveaux, le gouvernement entend par ailleurs augmenter les financements de doctorants en intelligence artificielle. À terme, il veut doubler le flux annuel de ces doctorants, qui est actuellement d'environ 250, selon le ministère. 

Le gouvernement prévoit également une enveloppe de 115 millions d'euros pour investir dans les superordinateurs, dont la puissance de calcul est nécessaire pour que les chercheurs puissent mener à bien leurs recherches. Un nouveau superordinateur va ainsi entrer en service au laboratoire Idris du CNRS à Saclay, en région parisienne, dès l'année prochaine. La machine aura une puissance de calcul de 10 petaflops : elle pourra réaliser 10 milliards d'opérations par seconde.

Le plan présenté par le gouvernement prévoit également 115 millions pour les coopérations, notamment avec l'Allemagne, et 100 millions d'euros pour les "Grands défis", des programmes de recherche ciblés. Malgré cette débauche de moyens, la France reste très en retrait des sommes colossales engagées par les États-Unis et la Chine. L'État chinois a par exemple annoncé l'an passé un plan d'investissement public de 22 milliards de dollars d'ici 2020. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Augmenté Intelligence artificielle Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795738158
Intelligence artificielle : comment la France veut rattraper la Chine et les États-Unis
Intelligence artificielle : comment la France veut rattraper la Chine et les États-Unis
Le gouvernement a dévoilé les grandes lignes de sa stratégie de recherche en intelligence artificielle qui prévoit au minimum 665 millions d'euros de dépenses jusqu'en 2022.
https://www.rtl.fr/actu/futur/intelligence-artificielle-comment-la-france-veut-rattraper-la-chine-et-les-etats-unis-7795738158
2018-11-28 17:38:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/We6IVz78eOqh7qE4aSmiug/330v220-2/online/image/2018/0904/7794653552_intelligence-artificielle.jpg