2 min de lecture Connecté

Huawei va-t-il devoir arrêter de vendre des smartphones ?

Après Google, plusieurs entreprises ont coupé les ponts avec Huawei, dont le britannique ARM qui conçoit l'architecture des processeurs de ses smartphones.

Washington estime que Huawei est à la solde de Pékin et menace sa sécurité nationale
Washington estime que Huawei est à la solde de Pékin et menace sa sécurité nationale Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Le placement de Huawei sur la liste noire des sociétés suspectes auxquelles il est interdit de vendre des technologies par l’administration de Donald Trump provoque un effet domino mondial. Après le gel des échanges commerciaux avec Google, qui privera les smartphones du géant chinois du système Android qui équipe la grande majorité des téléphones dans le monde, plusieurs entreprises sont sur le point de prendre leurs distances avec la firme de Shenzhen pour se conformer au droit américain.

L’annonce la plus spectaculaire vient de l’entreprise britannique ARM qui a indiqué mercredi qu’elle allait stopper tous les contrats et les supports en cours pour se mettre en règle avec les dernières régulations mises en place par le gouvernement américain.

Propriété du japonais Softbank, ARM est un partenaire incontournable pour les fabricants de smartphones. C’est lui qui conçoit l’architecture des processeurs développés par Apple (A12), Samsung (Exynos) et Huawei (Kirin) mais aussi par Qualcomm (Snapdragon). La société britannique utilise pour cela des technologies brevetées aux États-Unis et est donc soumise aux mêmes restrictions que les entreprises américaines.

Les portes se ferment sur Huawei

En imposant à ARM de couper le cordon avec Huawei, les États-Unis priveraient l’entreprise chinoise du coeur du moteur de ses smartphones. Selon la BBC, le processeur prévu pour le prochain smartphone haut de gamme de Huawei cet automne serait déjà finalisé. Mais Huawei serait dans l’impossibilité de fabriquer de nouvelles puces pour les prochains modèles à moins de concevoir sa propre architecture matérielle, une tâche qui serait colossale. 

À lire aussi
Huawei est attendu sur sa capacité à surmonter les conséquences des sanctions commerciales prises par les Etats-Unis Connecté
Huawei Mate 30 : le smartphone le plus controversé de l'année dévoilé jeudi

Comme ARM, Panasonic et Toshiba ont également mis entre parenthèses leurs partenariats commerciaux avec Huawei. Les deux entreprises japonaises veulent s’assurer que certaines de leurs pièces ne sont pas produites ou fabriquées partiellement aux États-Unis. 

Face aux incertitudes planant sur les produits du groupe chinois, des opérateurs nippons et britanniques ont aussi reporté le lancement de nouveaux modèles de Huawei. En France, le lancement des derniers Honor 20 pourrait être perturbé.

90 jours pour trouver une sortie de crise

Ces annonces sont autant de nouveaux coups durs pour le mastodonte chinois des télécommunications, premier fournisseur de réseaux et deuxième fabricant mondial de smartphones avec 206 millions d’appareils écoulés l’an passé. Elles confirment l'importance du soft-power américain sur la scène technologique mondiale. 

La mise à l'index de Huawei pourrait aussi s’appliquer aux fournisseurs de services du cru comme Facebook et Netflix et contrarier la possibilité de voir émerger un magasin d’applications alternatif au Play Store de Google pour contrer la révocation de la licence Android et permettre à Huawei de continuer de proposer des smartphones attractifs en Europe. 

Mais la Chine a aussi certains arguments à faire valoir dans les discussions. Elle est le principal fournisseur mondial des terres rares utilisées dans la fabrication des smartphones, véhicules électriques et armements de pointe, ce qui rend la planète, y compris les États-Unis, dépendants de Pékin. Avec le sursis de trois mois accordé par le département américain du Commerce à Huawei, les États-Unis et la Chine ont désormais jusqu’au 19 août pour imaginer une sortie de crise politique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Économie États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797692473
Huawei va-t-il devoir arrêter de vendre des smartphones ?
Huawei va-t-il devoir arrêter de vendre des smartphones ?
Après Google, plusieurs entreprises ont coupé les ponts avec Huawei, dont le britannique ARM qui conçoit l'architecture des processeurs de ses smartphones.
https://www.rtl.fr/actu/futur/huawei-va-t-il-devoir-arreter-de-vendre-des-smartphones-7797692473
2019-05-23 15:28:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/PA_0tEvBE2Rq_Ksp1magkQ/330v220-2/online/image/2019/0521/7797674700_huawei.jpg