3 min de lecture Connecté

Huawei a trouvé une astuce pour lancer ses smartphones Mate 30 sans Google

Le Mate 30 et ses déclinaisons ne verront pas le jour en Europe dans l'immédiat. Ils pourraient être lancés d'ici la fin de l'année sans les services de Google mais avec des services alternatifs proposés par Huawei.

Huawei a annoncé ses nouveaux smartphones Mate 30 le 19 septembre à Berlin
Huawei a annoncé ses nouveaux smartphones Mate 30 le 19 septembre à Berlin Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Huawei esquisse une solution de sortie de crise pour ne plus être l'otage de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Le géant chinois a annoncé ce jeudi 19 septembre que ses derniers smartphones haut de gamme dévoilés le jour même à l’occasion d’une conférence de presse à Munich pourraient être commercialisés en Europe sans les applications de Google, mais avec un système de services alternatif appelé Huawei Mobile Services. 

Les quatre téléphones de la série Mate 30 sont les premières victimes de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Comme l’avait annoncée la presse spécialisée, ils n’ont pas pu bénéficier de la licence d’exploitation commerciale d’Android en raison de l’inscription de Huawei, visé par des accusations d’espionnage, sur la liste noire des entreprises avec lesquelles les firmes américaines n’ont plus le droit de faire du commerce ni de développer des produits. 

Les téléphones Mate 30 arriveront donc avec une version open source d’Android mais sans Gmail, Google Maps ou YouTube ni le magasin d’applications Play Store, qui constitue la porte d’entrée vers les services et les jeux les plus populaires comme Facebook, Instagram et Netflix.

Un nouvel écosystème Huawei Mobile Services

À la place, les utilisateurs des téléphones Mate 30 trouveront une interface EMUI 10 habituelle avec des applications alternatives aux services de Google et un magasin d'applications maison, l'App Gallery, facilitant le téléchargement et l’installation des services faisant défaut, mais pas ceux de Google.

À lire aussi
Google a présenté les Pixel 4 le 15 octobre 2019 à New York Connecté
Google lance une application Dictaphone qui retranscrit les enregistrements en texte

Appelé Huawei Mobile Services, ce nouvel écosystème doit compléter tous les services que Google ne peut pas fournir. Les utilisateurs trouveront un équivalent à Google Chrome, Google Photos, YouTube et tout un lot de services dans l’App Gallery. L'entreprise revendique plus de 45.000 applications sur sa boutique dont des applications françaises.

L’interface facilitera également le téléchargement direct des applications sous la forme de fichiers APK à récupérer sur Internet. Huawei a affirmé qu’il permettrait par exemple le téléchargement de Facebook, déjà disponible sur l’App Gallery.

La nouvelle gamme Mate 30 doit concurrencer l’iPhone 11

Mis sous pression par les États-Unis, Huawei a donc choisi d’emprunter une voie alternative plutôt que de renoncer à la commercialisation de ses nouveaux smartphones en Europe, son deuxième marché après la Chine. Ces smartphones revêtent une importance majeure pour le groupe qui a écoulé plus de 16 millions de Mate 20 l’an passé et brigue toujours le leadership mondial. 

La nouvelle gamme Mate 30 doit concurrencer l’iPhone 11 lors des fêtes de fin d’année avec un modèle Pro (1.099 euros) doté de quatre caméras (un grand angle de 40 Mpx, un ultra grand-angle de 40 Mpx, un téléobjectif de 8 Mpx à zoom 5X et un capteur 3D ToF), d’une nouvelle génération d’écran "Waterfall", d’une reconnaissance faciale en 3D, d’une compatibilité 5G et d’une batterie de fonctionnalités astucieuses. Les deux autres versions promettent d’offrir des configurations très qualitatives à des tarifs plus accessibles. 

Un certain flou entoure encore le lancement des Mate 30 en Europe. Les Mate 30 seront d’abord lancés en Chine et pourraient arriver en Europe d’ici la fin de l’année. La marque explique mener une réflexion sur la meilleure façon de proposer les mobiles en Europe.

Huawei a annoncé un plan d'investissement d'un milliard de dollars pour ouvrir son nouvel écosystème aux partenaires mais ne veut pas pour autant se positionner comme un concurrent à Google. La priorité reste de travailler avec Android. Le groupe se réserve la possibilité de changer de stratégie en fonction de l'issue des négociations avec les États-Unis d'ici la fin du moratoire prévue fin novembre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Huawei États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants