1 min de lecture Sciences

Homo naledi : "Plus proche de l'australopithèque que de l'Homo", selon Georges Chapouthier

REPLAY - INVITÉ RTL - Une nouvelle espèce du genre humain a été découverte. Baptisée Homo naledi, elle a été classée dans le genre Homo, une décision anticipée pour Georges Chapouthier, neurobiologiste français.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Homo naledi : "Plus proche de l'australopithèque que de le l'Homo", selon Georges Chapouthier Crédit Image : Elodie Grégoire | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et Eléanor Douet

Des chercheurs internationaux ont découverts les ossements de 15 hominidés dans une grotte en Afrique du Sud. Une nouvelle espèce d'ores et déjà baptisée Homo naledi. Depuis cette découverte des spécialistes se demandent si l'Homo naledi ne serait pas ce qu'on a appelé le chaînon manquant ? C'est-à-dire l'espèce qui marque le passage de l'animal à l'homme. "C'est très difficile à savoir parce qu'on nous propose des chaînons manquants très régulièrement", explique Georges Chapouthier, neurobiologiste et philosophe français. 

Pour le spécialiste, cette nouvelle espèce est plutôt un australopithèque. Un classement en partie dû à son volume crânien "légèrement plus grand que celui d'un singe, analyse Georges Chapouthier. Il a certains signes comme les mains qui ressemblent à celle de l'Homme donc on l'a appelé Homo. Je ne suis pas convaincu qu'on maintienne le mot Homo indéfiniment".

C'est une magnifique découverte mais qu'on l'ai baptisé Homo, c'est anticipé.

Georges Chapouthier, neurobiologiste
Partager la citation

L'Homo naledi se situerait donc entre l'australopithèque primitif et les hominidés. Serait-il alors un étrange ancêtre ? "C'est un ancêtre ou un cousin, précise Georges Chapouthier. On ne peut pas être sûrs que ce soit exactement sur la lignée directe qui mène à nous. On s'est séparés de l'australopithèque entre 4 et 2 millions d'années alors ce sont des cousins à nous. Mais est-ce que ce sont des ancêtres directs ? La question se pose". Pour tenter de répondre à cette question deux solutions : l'analyse de fossiles ou les méthodes génétiques pour différencier les espèces.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sciences Humains Afrique du Sud
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants