2 min de lecture Propulsé

Hayabusa-2 : cinq choses à savoir sur la sonde japonaise

La sonde japonaise Hayabusa-2 s'est posée dans la nuit du 10 au 11 juillet sur l'astéroïde Ryugu. Elle a pour mission d'aider les scientifiques à mieux comprendre l'origine du système solaire.

La mission Hayabusa doit nous éclairer sur l'origine du système solaire
La mission Hayabusa doit nous éclairer sur l'origine du système solaire Crédit : AFP
micro générique
La Rédaction RTL

Vive émotion dans la nuit du 10 au 11 juillet dans les locaux de l'Agence d'Exploration Aérospatiale Japonaise, la sonde Hayabusa-2 a réussi avec brio la dernière partie de sa mission spatiale. Le module nippon s'est posé sans accroches sur l'astéroïde Ryugu pour effectuer quelques prélèvements sous-terrain au sein du corps céleste. Ces informations inédites devraient permettre aux scientifiques d'élargir nos connaissances sur l'origine du système solaire. 

"L'atterrissage est un succès, un grand succès", a déclaré aux journalistes Takashi Kubota, directeur de recherche pour ce programme de l'Agence d'exploration spatiale japonaise. Son compatriote Yuichi Tsuda, le chef de projet de cette expédition à quant à lui qualifier l’événement d'"historique".

Afin de mieux comprendre les enjeux derrière cette réussite scientifique et technologiques voici 5 choses à savoir sur la sonde Hayabusa-2

1. Un projet "sans précédent pour l'humanité"

C'est avec ces mots qu'Yuichi Tsuda décrit la mission d'Hayabusa-2. L'objectif est simple :
ramener sur terre des échantillons de matière primitives pour élargir notre compréhension des conditions de formation des planète et ainsi mieux protéger la nôtre. L'astéroïde Ryugu sur lequel s'est posé la sonde comporte des traces d'eau et de carbone très anciennes.

2. Un voyage de 3,2 milliards de kilomètres

À lire aussi
Illustration astronome amateur Propulsé
Espace : une deuxième comète interstellaire découverte dans notre système solaire

3 ans et demi après son départ de la Terre Hayabusa-2 est arrivé en juin 2018 à 20 kilomètre de l'astéroïde Ryugu. Ce dernier se trouve à 340 millions de kilomètres de la terre mais un voyage en ligne droite est impossible. La sonde de 6 mètres d'envergure aura donc dû effectuer un petit détour de 2,86 milliards de kilomètres pour arriver à destination.

3. Du monde à bord

La sonde a emporté avec elle deux robots miniatures -de la taille d'une boite à chaussure-  censé servir d'éclaireur avant le contact entre Hayabusa-2 et l'astéroïde. Les deux appareils japonais et franco-allemands ont été largués entre septembre et octobre 2018 pour analyser la consistance du sol de l'astéroïde. 

Un "impacteur" -une sorte de canon spatial- était également du voyage. Son rôle était de créer un cratère sur Ryugu afin de permettre à la sonde d'accéder au sous-sol de l'astéroïde. Une mission qu'il a remplie avec succès.

4. Un retour prévu fin 2020

Le départ d'Hayabusa-2 est prévu en fin d'année pour une arrivé sur Terre un an plus tard. Une fois en orbite autour de notre planète la sonde larguera une capsule contenant les échantillons prélevés sur le corps céleste et repartira pour une autre mission. Sauf problème majeur elle devrait en effet disposer d'assez de carburant pour continuer son périple spatial.

5. Un parent moins chanceux

Si Hayabusa première du nom a fini par devenir un symbole national de persévérance elle n'aura pas connu la même réussite que sa cadette. Lancée en 2003 pour une mission similaire sur un astéroïde plus récent elle aura mis 7 ans pour remplir entièrement ses objectifs. À ce périple interminable se sont ajoutés de nombreux problèmes techniques. Un parcours semé d'embûches qui lui aura valu un statut à part entière au pays du soleil levant.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Propulsé Espace Astéroïdes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants