5 min de lecture NASA

GPS, IRM, poêles... Comment la Nasa a changé notre vie quotidienne

ÉCLAIRAGE - À l'occasion de l'anniversaire des 60 ans de la Nasa, retour sur les innovations et découvertes qui ont changé notre vie de tous les jours. Des pneus de voiture aux appareils sans fil, l'avancée spatiale a permis de découvrir de nouvelles façons de vivre.

La Nasa fête ses soixante ans en 2018
La Nasa fête ses soixante ans en 2018 Crédit : AFP
Leia Hoarau
Leia Hoarau
Journaliste

La Nasa fête ses 60 ans ce lundi 1er octobre. Pendant toutes ces années, l'agence américaine a eu pour but de pousser toujours plus loin la découverte spatiale. Des premiers pas de l'Homme sur la Lune à la découverte d'exoplanètes et l'analyse in situ de notre Soleil, on peut se questionner sur l'impact que toutes ces innovations sur notre quotidien. 

Face à certains mécontents (qui se demandent notamment à quoi sert tout cet argent "gaspillé" par les gouvernements dans le domaine de la recherche spatiale), il paraît important de rappeler que certaines des découvertes ont permis de révolutionner beaucoup de choses de notre vie de tous les jours. Des poêles en téflon aux trains, en passant par le progrès médical... retour sur ces innovations créées par les programmes spatiaux, et devenues banales.

Télécommunications : GPS, ordinateurs, processeurs...

C'est sûrement une des inventions les plus anciennes. Avant d'envoyer les Hommes dans l'espace, la Nasa a lancé de nombreux satellites capables de communiquer avec la Terre. Les versions les plus sophistiquées d'aujourd'hui nous permettent de passer des appels téléphoniques longue distance.

Aujourd'hui, ils sont des milliers à tourner autour de notre planète et permettent, en plus de communiquer, de transmettre également du son et des images, de prévoir les catastrophes naturelles, de surveiller l'évolution des incendies, de proposer des systèmes de géolocalisation ultra-précis (GPS), d'élaborer des systèmes de détresse (balises Agros et Cospas-Sarsat)...

Un satellite (illustration)
Un satellite (illustration) Crédit : SIPA
À lire aussi
La Nasa a détecté la signature chimique de la molécule d'eau dans les geysers de vapeur qui s'échappent de la surface d'Europe espace
La lune Europe est officiellement une candidate idéale pour héberger la vie

Côté informatique, la conquête spatiale a également permis de faire des progrès en termes de programmation et de systèmes embarqués : ainsi, en 1966, les fusées Apollo embarquent le premier ordinateur au monde à circuits intégrés. Miniaturiser et alléger les équipements des sondes, des lanceurs et des modules, tout en leur donnant de plus en plus de puissance, constituent toujours aujourd'hui une des priorités des équipes de recherche.

Enfin, petite révolution numérique inventée par l'agence spatiale américaine : les appareils sans fil. Au départ, le problème venait du fait que la perceuse devant permettre de récolter des échantillons sur la Lune devait être banchée. Hors, pas de prise sur la Lune... Les ingénieurs ont donc imaginé une perceuse dotée d'un moteur à aimant puissant et d'une autonomie maximale. Le début d'une nouvelle ère : adieu les câbles et merci la Nasa.

Médecine : membres artificiels, pompes à insuline, IRM...

Côté médecine, la science spatiale a été généreuse. L'impossibilité de mesurer la température des étoiles sans les toucher a entraîné chez les chercheurs un regain d'originalité : le thermomètre à infrarouge. Le capteur a ensuite été placé dans un thermomètre auriculaire : il mesure la quantité d'énergie que le tympan fait passer dans le canal auditif. Les modèles évolués, que l'on trouve généralement en milieu hospitalier, peuvent prendre la température en moins de deux secondes.

Scanner permettant la Virtopsie
Scanner permettant la Virtopsie Crédit : Laure Broulard

Idem pour l'IRM (imagerie par résonance numérique). Conçue dans les années 1970, cette technologie n'a pas été inventée par la Nasa mais a été largement améliorée par elle. Ce système permettait de détecter les imperfections des pièces destinées à être envoyées dans l'espace, et d'agrandir des images de la surface de la Lune. Il permet aujourd'hui d'obtenir des images 2D et 3D de l'intérieur du corps humain.

Autre avancée du domaine médical : la pompe à insuline. Elle s'inspire du bras robotique mécanique présent dans le laboratoire biologique du vaisseau spatial Viking, lancé en 1986. La pompe d'assistance ventriculaire, elle, utilisée dans les cœurs artificiels, est dérivée des pompes à carburant des navettes spatiales. Enfin, le composite de certaines prothèses modernes est utilisé pour construire des fusées, et le système de recyclage des fluides (utilisé dans les machines de dialyse) est issu des missions Apollo.

Pneus, airbags... La sécurité avant tout

Un pneu de voiture (illustration)
Un pneu de voiture (illustration)

Les navettes spatiales ont pour objectif de faire voyager des êtres humains hors de l'orbite terrestre. Pour qu'une telle aventure réussisse sans dommage, la sécurité est primordiale. Beaucoup d'adaptations créées sur les fusées sont aujourd'hui utilisées au quotidien. À commencer par les roues des voitures : c'est un parachute de la sonde Viking (lors de son arrivée sur Mars) qui est à l'origine de cette trouvaille inattendue. La fibre, souple et résistante compose les pneus Radial, qui ont une durée de vie bien plus longue que les montures classiques.

Les airbags viennent également d'un système mis au point dans le cadre du développement des accéléromètres spatiaux. Et les caméras de sécurité utilisées lors des crash tests de voiture, robustes et rapides (1.000 images par seconde), avait pour but, à l'origine, d'enregistrer des essais en parachute pour les systèmes d'atterrissage.

Poêles en téflon, détecteurs de fumée et matelas

La Nasa a également facilité la vie quotidienne à la maison. La poêle en téflon en est le parfait exemple. Le Téflon est un matériau destiné à protéger les premiers satellites, cette matière ayant une excellente résistance thermique et chimique, ainsi qu'un coefficient de frottement extrêmement faible (les éléments extérieurs "glissent" dessus). Les ingénieurs français de l'entreprise Téfal ont repris l'idée dans les années 1950.

Depuis mars 2015, le détecteur de fumée est obligatoire dans toutes les habitations
Depuis mars 2015, le détecteur de fumée est obligatoire dans toutes les habitations Crédit : Thinkstock/pablo_rodriguez1

Nos détecteurs de fumée proviennent aussi de la recherche spatiale. Dans le cadre des exigences de sécurité nécessaires à la mise en orbite d'êtres humains, l'intérieur des cockpits et lieux de vie des fusées et des stations spatiales internationales est doté de détecteurs de fumée pour prévenir le déclenchement des incendies ou le dégagement des gaz toxiques. 

Côté chambre, le matelas à mémoire de forme composait à la base les sièges des navettes spatiales. Le plastique, en silicone-polyuréthane à cellules ouvertes a été créé afin de diminuer l'impact des atterrissages. Il permet ainsi de répartir uniformément le poids et la pression pour mieux absorber les chocs. 

Capteurs photo, verres anti-rayures et panneaux solaires

Un appareil photo
Un appareil photo Crédit : DR

Un élément important lié à la sécurité des astronautes : les casques sont composés de verres anti-rayures. Grâce à leur grande résistance, ils ont pour objectif de protéger les astronautes des salissures et des particules susceptibles d'endommager les viseurs. 

Dans la même ligne d'idée, les CCD, ces capteurs photographiques qui se trouvent dans nos téléphones portables, viennent également de l'ingénierie spatiale. Et, chose étonnante, la technologie permettant d'effectuer des "selfies" a été adaptée aux téléphones portables par les ingénieurs de l'agence spatiale.

Les panneaux solaires font également partie intégrante de notre quotidien. Ne sachant pas comment faire voler un avion sans pilote pendant des jours, la solution de la Nasa a été de puiser l'énergie directement dans notre Soleil.

Couvertures de survie, textiles ignifugés et radeaux

Majoritairement utilisés dans la construction et le bâtiment, les textiles ignifugés ne peuvent pas prendre feu : ils trouvent leur origine dans le textile pare-flamme en Kevlar initialement destiné à protéger les spationautes des effets calorifiques du rayonnement thermique. 

De même, la couverture de survie, cette mince couverture brillante avec laquelle on couvre les personnes lors d'accident ou de catastrophe naturelle, était au départ un film plastique aluminé en Mylar, créé en 1960 et chargé de réfléchir les ondes radio sur le ballon satellite Echo 1. 

La Nasa a également mis au point les radeaux de sauvetage pour pouvoir récupérer en mer les Hommes de retour d'un voyage spatial. Ils se déploient seuls en quelques secondes. L'originalité de l'innovation : même par vent fort et mer agitée, le radeau reste stable. La technologie a finalement été adoptée sur tous les navires du monde.

Un bateau de sauvetage (illustration)
Un bateau de sauvetage (illustration) Crédit : Anne-Claire Danel
La rédaction vous recommande
Lire la suite
NASA Espace Anniversaire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants