3 min de lecture Perché

Google veut percer les secrets du vieillissement avec les rats-taupes nus

Cette espèce de rongeurs totalement dépourvue de pilosité pourrait repousser les limites de l'espérance de vie humaine.

Le rat-taupe nu est au coeur des recherches de Google
Crédit Image : Wikicommons

Pourquoi un rat-taupe nu est capable de vivre plus de trente ans mais une souris seulement trois ? Cette question est au cœur des travaux de la California Life Compagny. Cette société de biotechnologies fondée par Google en 2013 à l’initiative du PDG du groupe de Mountain View, Larry Page, et d'un pionnier de la biochimie, Arthur Levinson, a l'ambition de repousser les limites de l'espérance de vie humaine en perçant les secrets du vieillissement pour le ralentir et lutter contre les maladies associées à l’âge.

Calico se rêve en Bell Labs des temps modernes, les fameux centres de recherche d’AT&T, berceau du laser, du transistor, du système d'exploitation Unix et de la cellule photovoltaïque. Une pépinière de Prix Nobel où sont nées quelques unes des plus grandes inventions du siècle dernier. Pour mener à bien ses missions, Calico est généreusement financée par Alphabet, la maison-mère de Google, et la société pharmaceutique AbbVie. Son budget serait supérieur à 1,5 milliard de dollars.

Dans la région de San Francisco, Calico s’est constitué un groupe de recherche universitaire d’élite, écrit le Mit Technology Review, seul média à avoir pu observer de près le fonctionnement de l’entreprise à ce jour. Des partenariats ont été établis avec des universités et des instituts de recherche. Parmi la centaine d’employés, on trouve de nombreuses pointures, comme la spécialiste de l’intelligence artificielle à Stanford, Daphne Koller, et la biologiste Cynthia Kenyon qui a réussi à multiplier l’espérance de vie d’un ver par deux en découvrant le premier gène du vieillissement il y a deux décennies.

Cynthia Kenyon: Experiments that hint of longer lives

Comprendre la génétique d'une espèce hors-normes

Dans les locaux ultra secrets de la société, les matières se croisent et les savoirs se mêlent avec le privilège de participer à la recherche fondamentale sans impératif de retour sur investissement. Une condition nécessaire aux recherches sur le vieillissement, forcément longues et coûteuses. Les chercheurs suivent une colonie d'un millier de souris pour trouver la trace d'une signature moléculaire du vieillissement dans leur sang, leurs selles ou leurs urines. Le budget alloué à leur alimentation est de 3 millions de dollars, selon le MIT Tech Reviw, sans compter l'entretien de leurs cages et le coût des expériences.

L'argent des fondateurs de Google finance aussi une étude qui pourrait durer plus longtemps : le suivi d'une colonie de rats-taupes nus, des rongeurs de la taille d'une souris, totalement dépourvus de pilosité, quasiment aveugles et franchement peu ragoutants. Cette espèce hors-norme a la particularité de vieillir à vitesse ralentie et d'avoir développé des défenses biologiques contre le cancer en produisant en grande quantité un acide empêchant les cellules de s'agglutiner pour former des tumeurs. 

Les rats-taupes nus vivent plus de 30 ans en moyenne, soit sept fois plus qu'un rat et dix fois plus qu'une souris. À l'échelle humaine, c'est comme si un individu pouvait vivre plusieurs siècles en parfaite santé. Les chercheurs de Calico espèrent réussir à séquencer le génome de l'animal pour comprendre sa génétique et mettre en lumière la façon dont il trompe le vieillissement. Selon David Bolstein, le directeur scientifique de Calico, les premiers résultats ne devraient pas être connus avant une décennie, dans le meilleur des scénarios. 

La Silicon Valley rêve d'immortalité

Les fondateurs de Google ne sont pas les premiers milliardaires à ériger le vieillissement en "problème le plus fondamental non résolu par la biologie", comme le décrivent les communiqués de presse de Calico. Les patrons de la Silicon Valley sont nombreux à se pencher sur la question du temps qui passe, l'une des rares choses qu'ils ne peuvent s'offrir avec leurs gigantesques fortunes.

Le cofondateur du géant américain des bases de données Oracle, Larry Ellison, a cédé 335 millions de dollars à la recherche sur la question à travers sa fondation. Le cofondateur de Paypal et argentier controversé de la Silicon Valley, Peter Thiel, finance la cause de longue date et s'est déclaré très enthousiaste sur la parabiose, la transfusion du sang de jeunes personnes à des individus plus âgés, dans une interview cet été. 

Porteur du gène de la maladie de Parkinson, le cofondateur de Google, Sergey Brin, finance depuis la fin des années 2000 une approche algorithmique de la recherche sur cette dégénérescence. Et le Palo Alto Longevity Prize offre chaque année 500.000 dollars à quiconque démontre qu’il est capable de prolonger radicalement la vie d’un mammifère. Ces financements privés, nourris par de grandes ambitions, stimulent un secteur auquel les organismes publics de santé ne consacrent qu'une part symbolique.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés