6 min de lecture Connecté

Google Stadia, GeForce Now, PlayStation Now... Comparatif des offres de "cloud gaming"

ÉCLAIRAGE - Avec Stadia, Google espère démocratiser le jeu dans le nuage et rejoint les services déjà existants proposés par Sony, Nvidia et Shadow.

Google Stadia sera lancé d'ici la fin 2019
Google Stadia sera lancé d'ici la fin 2019 Crédit : AFP
BenjaminHuepro
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Déjà présent sur le très lucratif segment du jeu mobile, Google a mis les deux pieds dans l'industrie vidéo-ludique cette semaine en annonçant le lancement dans le courant de l'année de Stadia, une plateforme de jeu en ligne par streaming censée permettre de jouer, regarder et créer depuis n'importe quel écran à tout moment. Stadia promet de sonner le glas de l'ère des consoles de salon en démocratisant le "cloud gaming". 

Cette technologie en plein essor se passe des machines physiques et fait communiquer des milliers de serveurs à très haute vitesse pour streamer le son et l'image des jeux sur les écrans des joueurs connectés au service via Internet, comme Netflix et Spotify le font dans le cinéma et la musique. Le "cloud gaming" se distingue des services de jeux par abonnement à télécharger comme le proposent le Xbox Game Pass de Microsoft, Utomik ou Jump.

Google n'est pas le premier acteur à s'intéresser à cette technologie. Sony, Nvidia, Shadow ou Blacknut proposent déjà des offres de "cloud gaming". Microsoft et Tencent ont des projets dans les tuyaux. Mais aucun n'a pour l'instant réussi à toucher une audience globale. L'objectif de Google est de tirer profit de la puissance de son cloud informatique pour ouvrir de nouveaux horizons aux joueurs et aux créateurs de jeux. Tour d'horizon des offres actuelles des principaux acteurs du marché.

À lire aussi
Le 20 février 2019, Samsung présentait son Galaxy Fold, retiré provisoirement du marché. smartphone
Samsung : les fabricants chinois peuvent-ils dépasser le n°1 mondial ?

Google Stadia

Google Stadia sera accessible sur PC, tablette, smartphone et TV
Google Stadia sera accessible sur PC, tablette, smartphone et TV Crédit : Capture d'écran

La promesse. Google Stadia promet de pouvoir jouer instantanément avec d'excellentes performances graphiques (1080p et 60 images seconde) sur n'importe quel écran connecté à Internet sans avoir à investir dans une console de salon. Le service permettra de passer facilement d'un écran de smartphone à celui d'une tablette, d'un PC ou d'une télévision et offrira des passerelles avec YouTube et Google Assistant pour partager ses parties avec la communauté ou solliciter de l'aide

Les conditions requises. Google n'a pas précisé quelles était la configuration minimale requise pour une expérience de jeu satisfaisante. Au lancement de la version d'essai de Stadia cet automne, Google avait indiqué qu'il fallait disposer d'une connexion d'au moins 25 mégabits par seconde pour l'utiliser. C'est aussi ce que préconise Netflix pour visionner son catalogue en 4K. Selon Phil Harrison, l'un des directeurs du projet interrogé après la conférence, il faudra une bande-passante d'au moins 30 mégabits par seconde.

Le catalogue. Pour l'instant, Stadia est annoncé avec Assassin's Creed Odyssey et Doom Eternal. Et c'est à peu près tout. Mais le service peut compter sur le soutien plusieurs éditeurs importants (Ubisoft, id Software, Q-Games,Tequila Work) et des partenariats avec les principaux outils de développement (Unreal, Unity, Havok, AMD, CryEngine).

Le prix. Google n'as pas communiqué sur le modèle économique de Stadia. Mais l'entreprise semble se diriger vers un système d'abonnement. Le coût du service doit être dévoilé cet été. Selon Phil Harrison, Google pourrait proposer une grille tarifaire progressive avec différentes gammes de prix en fonction de la fréquence d'utilisation du service.

PlayStation Now

PlayStation Now donne accès à plus de 600 titres
PlayStation Now donne accès à plus de 600 titres Crédit : Sony

La promesse. Lancé en France en 2017 par Sony, PlayStation Now offre un accès illimité à un large catalogue de jeux PS2, PS3 et PS4 en échange d'un abonnement mensuel. L'utilisateur n'a pas besoin de les installer. Les titres sont lus directement sur les serveurs de Sony.

Les conditions requises. Les jeux sont jouables en streaming depuis une PlayStation 4 ou depuis un PC sous Windows. Les jeux PS2 et PS3 sont jouables dans le cloud. Tous les jeux sont proposés avec une définition de 720p sauf ceux de la PS4 qu'il est possible de télécharger en 1080p pour jouer hors-connexion. Pour une expérience de jeu satisfaisante, Sony recommande une connexion d'au moins 5 mégabits par seconde.

Le catalogue. Plus de 600 titres sont accessibles sur le PlayStation Now. On trouve à la fois des hits comme Red Dead Redemption, The Last of Us ou Uncharted 3 et un catalogue généreux de jeux classiques et de vieilles licences PS2 pour joueurs nostalgiques.

Le prix. Après une période d'essai gratuite de sept jours, Sony facture le PlayStation Now 14,99 euros par mois. Il est aussi possible de s'abonner pour un an au prix de 99,99 euros, soit un peu plus de 8 euros par mois. L'abonnement au PlayStation Now ne donne pas accès aux services du PlayStation Plus, la plateforme de jeu en ligne de la PS4.

Nvidia GeForce Now

GeForce Now utilise la puissance des cartes graphiques Nvidia pour offrir une excellente configuration à ses utilisateurs.
GeForce Now utilise la puissance des cartes graphiques Nvidia pour offrir une excellente configuration à ses utilisateurs. Crédit : Nvidia

La promesse. Le service de cloud gaming de Nvidia utilise la puissance des cartes graphiques du constructeur historique de semi-conducteurs pour transformer une TV ou un ordinateur en machine de gaming. Encore en version bêta, le service est intégré dans les boxes multimédia Nvidia Shield TV et dans les tablettes Nvidia Shield. Il est aussi disponible sur Mac et PC.

Les conditions requises.  GeForce Now propose une expérience de jeu satisfaisante à partir de 25 mégabits par seconde. Pour profiter pleinement du service, il est préférable de disposer d'une bande passante de 50 mégabits par seconde. Pour obtenir un accès, il faut effectuer une demande à cette adresse. La plateforme revendique environ 300.000 utilisateurs. Un million de personnes seraient actuellement sur liste d'attente. Nvidia entend ainsi maintenir la rapidité d'accès et les performances du service.

Le catalogue. GeForce Now permet d'accéder aux ludothèques de services comme Steam, Uplay, Blizzard et Battle.net depuis les serveurs de Nvidia. Plus de 400 titres sont ainsi proposés, dont des hits comme Playerunknown's Battlegrounds, Fortnite ou Far : Lone Sails.

Le prix.  Initialement proposé avec un abonnement à 9,99 euros par mois, GeForce Now est désormais accessible gratuitement durant toute la période de test pour un panel restreint d'utilisateurs.  Mais il faut ensuite payer les jeux ou l'abonnement mensuel aux plateformes. Les tarifs de la version finale seront communiqués ultérieurement. Le boîtier Shield TV est quant à lui vendu environ 199 euros.

Blacknut

Blacknut met en avant un catalogue très familial
Blacknut met en avant un catalogue très familial Crédit : Blacknut

La promesse. Blacknut permet de jouer en streaming depuis n'importe quel smartphone, tablette, ordinateur PC et Mac ou téléviseur connecté Android. Il n'existe pas encore d'application iOS ou Apple TV.

Les conditions requises. L'entreprise préconise une connexion d'au moins 6 mégabits par seconde pour profiter du service. 

Le catalogue. Blacknut met en avant une sélection de plus de 250 jeux mis à jour régulièrement. On retrouve parmi eux de nombreux titres de studios indépendants comme Evoland, Shelter ou The Next Penelope ainsi qu'un large catalogue familial couvrant de nombreuses thématiques.

Le prix. Blacknut est accessible moyennant un abonnement mensuel sans engagement de 9,99 euros ou à 14,99 euros avec la possibilité de jouer en même temps sur quatre écrans. Le service propose deux semaines d'essai gratuit et des offres de trois mois + une manette à 39,99 euros ou trois mois + deux manettes à 59,99 euros..

Shadow

Shadow simule un PC de gamer via le cloud
Shadow simule un PC de gamer via le cloud Crédit : Shadow

La promesse. Conçu par la start-up française Blade, Shadow permet de simuler un PC virtuel haut de gamme grâce au cloud. Shadow ne se limite pas aux jeux vidéo mais permet de faire tout ce que fait un ordinateur de la navigation Web au montage vidéo en passant par la création graphique. Le service propose un matériel évolutif régulièrement mis à jour avec les meilleurs composants.

Les conditions requises. Shadow est accessible sur PC, Mac, iOS, Android et Linux. Le service nécessite un débit de 15 mégabits par seconde pour jouer avec du 1080p stable. Pour la 4K, il faut une connexion supérieure à 30 mégabits par seconde. Le bureau de base de Shadow est accessible à partir de 2 mégabits par seconde.

Le catalogue. Shadow ne propose de ludothèque à proprement parler mais fournit une technologie capable de faire tourner les jeux les plus exigeants. Libre au joueur de l'utiliser avec les titres de son choix.

Le prix. Shadow est plus cher que les services précédemment évoqués. Plusieurs offres sont commercialisées : une sans engagement à 39,99 euros par mois avec un essai d'un mois à 29,95 euros et une avec engagement de douze mois à 29,95 euros avec un essai de trente jours à 29,95 euros sans engagement.

Une technologie encore très inégalitaire

Côté utilisateur, le principal prérequis du "cloud gaming" est de disposer d'une connexion à Internet en très haut débit pour bénéficier d'une expérience de jeu optimale, sans ralentissement, ni temps de latence. Ce que permettra la 5G lorsque les infrastructures seront déployées d'ici quelques années. 

En France, le débit moyen des clients ADSL est de 8 mégabits par seconde, selon la dernière étude sur les débits de l'Internet fixe publiée par l'UFC-Que Choisir le 21 mars, et de 175 mégabits par seconde pour les abonnés au très haut débit, qui représentent encore moins de 10 millions de personnes. Et près de 7 millions de Français disposent d'une connexion inférieure à 3 mégabits par seconde. Pour eux, le "cloud gaming" est encore loin d'être une réalité.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Jeux vidéo Google
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797262154
Google Stadia, GeForce Now, PlayStation Now... Comparatif des offres de "cloud gaming"
Google Stadia, GeForce Now, PlayStation Now... Comparatif des offres de "cloud gaming"
ÉCLAIRAGE - Avec Stadia, Google espère démocratiser le jeu dans le nuage et rejoint les services déjà existants proposés par Sony, Nvidia et Shadow.
https://www.rtl.fr/actu/futur/google-stadia-geforce-now-playstation-now-comparatif-des-offres-de-cloud-gaming-7797262154
2019-03-23 07:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/FmtNB7w6-TdbdB1EduI_VQ/330v220-2/online/image/2019/0322/7797270690_google-stadia-sera-lance-d-ici-la-fin-2019.jpg